Méthanation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondue avec la méthanisation, processus naturel biologique de dégradation de la matière organique en absence d'oxygène.

La méthanation est une réaction de synthèse du méthane (CH4) à partir de dihydrogène (H2) et de monoxyde de carbone (CO) ou de dioxyde de carbone (CO2) en présence d'un catalyseur. En tant que procédé industriel elle est principalement utilisée dans les sites de synthèse d'ammoniac[1] et intéresse les producteurs de Méthanol et de DME[2].

La méthanation du dioxyde de carbone voit son champ d'intérêt s'élargir avec le développement des énergies éolienne et solaire qui nécessite de pouvoir stocker l'électricité produite en surplus. On parle alors de conversion d'électricité en gaz (Power to gas), qui pourrait contribuer à la transition énergétique et à une diminution des rejets globaux de CO2[3].

Réactions chimiques[modifier | modifier le code]

La méthanation permet de convertir le monoxyde de carbone et le dioxyde de carbone en méthane et en eau selon deux réactions :

  • (ΔH = -165 kJ/mol298K)[3]

c'est le procédé inverse du vaporeformage, qui peut être utilisé pour transformer le méthane en gaz de synthèse ;

Cette réaction est connue sous le nom de réaction de Sabatier.

Pour obtenir un taux de conversion et d'une sélectivité en méthane élevés la réaction (très exothermique) a lieu à des températures comprises entre (320 °C et 430 °C), à une pression de 5 à 15 bars et en présence d'un mécanisme catalytique qui a été très étudié[4]. En 2017, on estime que deux types de mécanismes coexistent ou dominent (selon les cas) :

  1. l'un postule que la réaction passe par le CO (comme intermédiaire ensuite converti en méthane via une méthanation du CO)[5],[6] (La méthanation du monoxyde de carbone n'est pas encore bien comprises, ou son explication ne fait pas consensus en 2017[7],[8],[9]);
  2. l'autre suppose une conversion directe du CO2 en méthane (via la formation de carbonates et de formiates en surface du catalyseur).

Dans ces deux cas, l'hydrogène est adsorbé et dissocié à la surface de la phase active.

Histoire[modifier | modifier le code]

La découverte de la réaction de base date d'il y a plus d'un siècle, mais la réaction de conversion est complexe et très exothermique (tout en exigeant que le réacteur reste dans une fourchette précise de température). Ses catalyseurs solides se dégradent en outre assez rapidement. Ceci explique qu'en 2017, ses développements industriels semblent encore assez lents[4].

Les premières méthanations à échelle industrielle ont été faites en période de crise de l'énergie (en Allemagne durant la seconde guerre mondiale pour produire du gaz naturel de synthèse (SNG) via la gazéification du charbon puis dans la décennie 1960–1970 alors que le prix du gaz venait de connaître une hausse importante[4].

Les premiers procédés de méthanation, utilisés pour la production de gaz naturel de synthèse (SNG), à partir de la gazéification du charbon, ont vu le jour en Allemagne lors de la seconde guerre mondiale. Ce n'est cependant qu'à partir des années 1960–1970, à la suite d'une forte hausse du prix du gaz, que la synthèse de SNG à partir de charbon a reçu un réel intérêt industriel, avec la mise au point de chaines de réacteurs adiabatiques ; pour améliorer le rendement de conversion, ces réacteurs sont soit séparés par de nombreux échangeurs de chaleur (destinés à refroidir les gaz) soit comprennent un système de gestion du surplus de chaleur au sein du réacteur (alors presque toujours à lit fluidisé).
Ces technologies datent principalement des années 1970–1980 (méthanation du syngas, un mélange CO/H2/CO2 ; tentatives de produire du méthane à partir de charbon ; deux cas où c'est la conversion du CO qui était principalement recherchée)[4].

De nouveaux réacteurs sont plus récemment apparus (de type « réacteurs-échangeurs », associant intimement la gestion de la réaction chimique et celle de l'échange thermique. L'intérêt pour ces techniques est relancé par le power to gas[4].

Différents catalyseurs ont été testés ; Ils comprennent une phase active métallique (le siège de la réaction) plus ou moins finement distribuée sur un support (poreux ou non) qui est un oxyde (ex : oxyde d'alumine (Al2O3), de silice (SiO2) ou de cérine (CeO2). De nombreux métaux nobles et de transition du groupe VIII B ont été plus ou moins efficacement testés comme phase active du catalyseur (ex : le Ru, le Rh, le Pd, le Pt, le Co, le Fe, le Mn, le W, ou surtout le Ni car il est le moins coûteux)[4].

Ainsi divers catalyseurs à base de Rh[10], Ru[11] et Ni[12] ont été étudiés dans cette réaction.

Importance critique du catalyseur et de la température[modifier | modifier le code]

Le catalyseur doit diminuer l'énergie de la liaison carbone-oxygène pour casser la molécule de CO2 qui est très stable. Les catalyseurs actuellement utilisés sont de type acide de Lewis à pression atmosphérique et à une température de 200 °C-600 °C. Durant sa durée de vie qui est de 5 000 à 7 500 heures il permet théoriquement de convertir jusqu'à plus de 80 % du CO2 en méthane entrant dans le réacteur.

Dans ce système, à moins de 200 °C, la conversion devient presque nulle, et à partir de 350 °C une réaction secondaire se forme, qui diminue également le rendement de conversion : c'est la réaction de Dussan lors de laquelle le gaz réagit avec la vapeur d'eau, ce qui provoque une apparition dominante de monoxyde de carbone [3] (toxique). Cette eau est aussi une base de Lewis qui va bloquer les sites acides qui sont les sites actifs du catalyseur.
Accroître la température de réaction ou celle du catalyseur permettrait de désorber l’eau de la surface du catalyseur mais en conduisant à un dépôt de carbone (réaction de Boudouard) qui pollue le catalyseur puis l'inactive[3]. D'autres réactions indésirables sont le craquage du méthane ou la décomposition des oxydes de carbone. Chaque catalyseur a des "poisons" qui dégradent ou annihilent ses fonctions ; par exemple le phosphore, l'arsenic et plus encore le soufre (tout particulièrement s'il est présent sous sa forme H2S sont des "poisons" fréquents du nickel utilisé comme catalyseur[4].
On recherche donc encore un procédé peu consommateur d'énergie fonctionnant à pression atmosphérique et à une température peu élevée, ce qui demande un catalyseur très actif, sélectif, stable, peu coûteux, facile à mettre en forme[3].

Plusieurs familles de catalyseurs ont été testées dont à base de Nickel (ex : Ni/γAl2O3 (5Ni-alumine) ou de type Rh-CZ, ou à base de Nickel supporté sur des oxydes de Cérium-Zirconium (ou oxydes mixtes cérine-zircone ; avec divers proportion de cérium et/ou zirconium), avec comme précurseurs possibles pour la synthèse du substrat catalytique le Nitrate hexahydraté de nickel (II) ou l'acétate tétrahydraté de nickel (II)[13]. Le dopage du catalyseur à l'oxyde de cérium permet le stockage et la mobilité de l’oxygène[3]. Le nickel peut être un catalyseur supportés sur des oxydes mixtes de Cérium-Zirconium (Cex Zr1-xO2), sur des hydrotalcites, des zéolites ou divers oxydes mésoporeux présentant le double intérêt d'avoir une surface spécifique suffisante, un grande stabilité thermique aux gammes de températures nécessaires [3].

L'utilisation d'un « plasma catalytique » (c'est-à-dire d'un « couplage plasma DBD (décharge à barrière diélectrique)/catalyseur », peu consommateur d'énergie) a été proposée par Magdalena Nizio en 2016 à l'Université Pierre-et-Marie-Curie-Paris VI[3],[14],[15]. Ce plasma non-thermique peut être activé par une « énergie électrique fournie au catalyseur via un courant sinusoïdal à haute tension (14 kV) ». Cette énergie produit des « ‘streamers’, responsables de la polarisation positive ou négative des sites catalytiques », laquelle va relancer l'adsorption des réactifs du milieu sur le catalyseur, et d'autre part une désorption de l'eau du catalyseur (à basse température (moins de 200 °C), ce qui augmente aussi la durée d'activité du catalyseur). Selon Magdalena Nizio dans des conditions adiabatiques à 120 °C-150 °C la conversion du CO2 en CH4 est alors de 85 % environ, avec une sélectivité proche de 100 % (pour un gaz initial comprenant 20 % (vol.) de CO2 et 80 % (vol.) de H2[3].

Les catalyseurs doivent dans tous les cas subir une méthode de préparation par exemple par imprégnation d’un support (ex : mousse[16], Zéolite puis acidification, ou par voie sol-gel (intégrés dans un pseudo sol-gel parfois qualifié à tort de résine) pour développer une grande surface spécifique[13].

Une piste récemment explorée (années 2010)[17],[18] est celle d'une catalyse photoassistée (éventuellement par la lumière du soleil). Le catalyseur photosensible utilisé est à base de Nickel (Ni-Al2O3/SiO2), efficace à basse température (testé à 225 °C) en conditions d'écoulement continu (atteignant jusqu'à 3,5 % de conversion du CO2 avec une sélectivité complète en CH4, pour une irradiation de puissance 2 327 W/m−2 et un temps de contact de 1,3 s[19].

Parallèlement des voies biotechnologiques, dites de « catalyse microbienne » et Biométhanation sont également étudiées non pas pour « convertir » de l'électricité en gaz, mais pour industriellement produire du gaz à partir de CO2 et d'hydrogène[20].

Article détaillé : méthanisation.

Usages[modifier | modifier le code]

La méthanation est (ou pourrait bientôt être) utilisée :

  • lors de la synthèse de l'ammoniac, pour éliminer le monoxyde et le dioxyde de carbone résiduels, qui sont des poisons catalytiques ;
  • dans la gazéification du charbon[4] ;
  • dans la production d'un gaz naturel de synthèse (GNS) à partir de gaz de bois ;
  • pour la synthèse Fischer–Tropsch ;
  • comme vecteur de stockage et de transport de l'électricité d'origine renouvelable et intermittente[21] (produite de plus en plus massivement). Dans le scénario négaWatt[22] ce procédé pourrait bientôt permettre d'utiliser le méthane de synthèse, injectable dans les réseaux de distribution de gaz et dans les dispositifs de stockage existants. De tels projets sont développés par divers opérateurs gaziers, sous la dénomination générique « Power to gas » (conversion d'électricité en gaz) (cf. infra) ;
  • pour réduire le CO2 émis par les cimenteries, en le combinant à de l'hydrogène obtenu par électrolyse à partir d'électricité produite massivement pas des centrales nucléaires (aux heures creuses notamment). Areva a calculé en 2011 [21] que si la Chine « convertissait tout le CO2 émis par ses cimenteries, elle produirait l'équivalent de 10 millions de barils par jour, soit 10 % de la production mondiale ».

Conversion d'électricité en gaz[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Conversion d'électricité en gaz.

Le principe de la conversion d'électricité en gaz est de stocker l'électricité excédentaire (par exemple produite par le solaire ou l'éolien) sous forme d'hydrogène transformé en méthane (par adjonction de CO2). Ce méthane peut être stocké en réservoir souterrain et distribué par le réseau de gaz naturel existant. En cas de manque d'électricité, il peut alimenter des turbines et en produire. Il peut aussi être utilisé pour l'industrie, le chauffage ou comme carburant de véhicules[4]. L'efficacité et l'efficience des centrales power to gas dépendra fortement du processus de méthanation du CO2 et donc de l'efficience des catalyseurs utilisés.

(Power to gas), et notamment le projet allemand Volt Gaz Volt[23], est en cours d'expérimentation à Stuttgart dans un prototype de 250 kW qui sera suivi (2013) d'une unité de méthanation industrielle de 6,3 MW (juin 2013) évaluée à 20 à 30 millions d'euros en coûts d'investissement. Elle devrait produire un méthane de qualité pour 25 centimes d'euro par kWh de gaz (prix qui pourrait passer à 8 centimes en 2018[23]) selon les auteurs du projet monté avec Audi, SolarFuel et EWE.

En France, l’AFUL Chantrerie, située à Nantes, a mis en service en novembre 2017 le démonstrateur MINERVE. Cette unité de méthanation de 14 Nm3/jour a été réalisée par Top industrie, avec l'appui de Leaf. Cette installation permet d’alimenter une station GNV et d'injecter du méthane dans la chaudière gaz naturel de la chaufferie[24].

GRTgaz développe également sur le port de Marseille un projet similaire de stockage d'électricité sous forme de méthane, baptisé JUPITER 1000[25],[26]. L'unité de méthanation de 500 kW est fabriquée dans le cadre d'un partenariat entre le CEA et ATMOSTAT. La mise en service de l'installation est prévue en 2018.

La méthanation est notamment promue en France par l'eurodéputée Corinne Lepage et le Pr Robert I. Bell qui ont lancé mi-2013 un projet de fond de régénération intergénérationnel qui serait abondé par les gains de productivité produits par ces nouvelles technologies : il peut aussi valoriser le surplus d'électricité nucléaire périodiquement produit en France la nuit ou quand la consommation est faible[27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Smil 2001, p. 120
  2. Amouroux J & Cavadias S (2017). Electro catalytic reduction of carbon dioxide under plasma DBD process. Journal of Physics D: Applied Physics.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i Magdalena Nizio (2016) Plasma catalytic process for CO2 methanation. | Catalysis | Thèse - Université Pierre-et-Marie-Curie - Paris VI, 2016. | English, résumé en Français. <NNT : 2016PA066607>. <tel-01612734>
  4. a, b, c, d, e, f, g, h et i Ducamp J, Bengaouer A, Baurens P, Fechete I, Turek P & Garin F (2017) Statu quo sur la méthanation du dioxyde de carbone: une revue de la littérature. Comptes Rendus Chimie
  5. ABeuls A, C. Swalus, M. Jacquemin, G. Heyen, A. Karelovic, P. Ruiz (2012), Methanation of CO2: Further insight into the mechanism over Rh/γ-Al2O3 catalyst ; Appl. Catal. B (113–114), pp. 2-10|résumé
  6. S. Eckle, H.-G. Anfang, R.J (2011), What drives the selectivity for CO methanation in the methanation of CO2-rich reformate gases on supported Ru catalysts? | Behm Appl. Catal., A391 , pp. 325-333 |résumé
  7. I. Alstrup J (1995). On the Kinetics of Co Methanation on Nickel Surfaces| Catal., 151 , pp. 216-22
  8. A. Karelovic, P. Ruiz (2013), Mechanistic study of low temperature CO2 methanation over Rh/TiO2 catalysts|J. Catal., 301, pp. 141-153
  9. W. Wang, S. Wang, X. Ma, J. Gong (2011) Wang, W., Wang, S., Ma, X., & Gong, J. (2011). Recent advances in catalytic hydrogenation of carbon dioxide. Chemical Society Reviews, 40(7), 3703-3727; Chem. Soc. Rev., 40, p. 3703|résumé
  10. (en) Paraskevi Panagiotopoulou, Dimitris I. Kondarides et Xenophon E. Verykios, « Selective methanation of CO over supported noble metal catalysts: Effects of the nature of the metallic phase on catalytic performance », Applied Catalysis A: General,‎ , p. 45-54 (DOI 10.1016/j.apcata.2008.03.039)
  11. (en) Toshimasa Utaka, Tatsuya Takeguchi, Ryuji Kikuchi et Koichi Eguchi, « CO removal from reformed fuels over Cu and precious metal catalysts », Applied Catalysis A: General,‎ , p. 117-124 (DOI 10.1016/S0926-860X(03)00048-6)
  12. K.O. Xavier, « Doping effects of cerium oxide on Ni/Al2O3 catalysts for methanation », Catalysis Today,‎ , p. 17-21
  13. a et b Ocampo F (2011). Développement de catalyseurs pour la réaction de méthanation du dioxyde de carbone (Thèse de doctorat ; PhD thesis), Université de Strasbourg, France, 2011. 201)
  14. Nizio, M. (2016). Plasma catalytic process for CO2 methanation (Doctoral dissertation, Université Pierre-et-Marie-Curie-Paris VI)
  15. Amouroux J & Cavadias S (2017). Electro catalytic reduction of carbon dioxide under plasma DBD process. Journal of Physics D: Applied Physics.
  16. Frey M, Edouard D & Roger A.C (2015). Optimization of structured cellular foam-based catalysts for low-temperature carbon dioxide methanation in a platelet milli-reactor. Comptes Rendus Chimie, 18(3), 283-292 (résumé)
  17. Neaţu, J. Maciá-Agulló and H. Garcia (2014)Solar Light Photocatalytic CO2 Reduction: General Considerations and Selected Bench-Mark Photocatalysts, Int. J. Mol. Sci. 2014, 15(4), 5246-5262; doi:10.3390/ijms15045246|résumé
  18. Y. Zhao, G. Chen, T. Bian, C. Zhou (2015)Defect-Rich Ultrathin ZnAl-Layered Double Hydroxide Nanosheets for Efficient Photoreduction of CO2 to CO with Water, G. I. N. Waterhouse, L.-Z. Wu, C.-H. Tung, L. J. Smith, D. O'Hare and T. Zhang, Adv. Mater., 27, 7824–7831|résumé|DOI=10.1002/adma.201503730
  19. Albero J, Domínguez E, Corma, A & Garcia H (2017). Continuous Flow Photoassisted CO2 Methanation. Sustainable Energy & Fuels.
  20. Lecker, B., Illi, L., Lemmer, A., & Oechsner, H. (2017). Biological hydrogen methanation – A review. Bioresource Technology, 245, 1220-1228.
  21. a et b Audition d'Alain Bucaille au Sénat par l'OPECST, sur le thème Énergies alternatives : gestion de l'intermittence et maturité des technologies in Comptes rendus de l'office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, 24 novembre 2011
  22. Scénario négaWatt 2011
  23. a et b Matthieu Combe, « Le projet Volt Gaz Volt répond à l’intermittence des ENR », sur Techniques de l'ingénieur, (consulté le 13 novembre 2014).
  24. « Un démonstrateur Power to gas en service à Nantes », sur Le Moniteur, (consulté le 9 février 2018).
  25. « GRTgaz va développer sur le Port de Marseille un projet de stockage d'électricité sous forme de gaz », sur Le Parisien,
  26. « Une alternative aux batteries basée sur l'hydrogène et le captage de CO2 », sur LesEchos,
  27. « Intermittence des EnR et stockage: projet Volt Gaz Volt », sur Énergie 2007, (consulté le 28 août 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albero J, Domínguez E, Corma A & Garcia H (2017) Continuous Flow Photoassisted CO2 Methanation. Sustainable Energy & Fuels.
  • Bogdanova, V., George, E., Meynet, N., Kara, Y., & Barba, A. (2017). Numerical CFD Simulations for Optimizing a Biomass Gasifier and Methanation Reactor Design and Operating Conditions. Energy Procedia, 120, 278-285
  • (en) Vaclav Smil, Enriching the Earth: Fritz Haber, Carl Bosch, and the Transformation of World Food Production, MIT Press, , 358 p. (ISBN 978-0-262-69313-4)
  • Schubert M, Wilhelm M, Bragulla S, Sun C, Neumann S, Gesing T.M, ... & Bäumer M (2017) [Schubert, M., Wilhelm, M., Bragulla, S., Sun, C., Neumann, S., Gesing, T. M., ... & Bäumer, M. (2017). The Influence of the Pyrolysis Temperature on the Material Properties of Cobalt and Nickel Containing Precursor Derived Ceramics and their Catalytic Use for CO2 Methanation and Fischer–Tropsch Synthesis. Catalysis Letters, 147(2), 472-482 The Influence of the Pyrolysis Temperature on the Material Properties of Cobalt and Nickel Containing Precursor Derived Ceramics and their Catalytic Use for CO2 Methanation and Fischer–Tropsch Synthesis]. Catalysis Letters, 147(2), 472-482