Propulsion à gaz froid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La propulsion à gaz froid est technique de propulsion spatiale utilisées par les engins spatiaux pour effectuer de petites corrections d'orientation ou de vitesse. Un propulseur à gaz froid utilise un gaz stocké sous haute pression qui est simplement libéré dans une tuyère qui permet d'orienter la poussée exercée.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

La propulsion à gaz froid permet d'exercer des poussées très faibles et de courte durée. Le système est très simple car les vannes sont les seules pièces mobiles et il n'est le siège d'aucune combustion. Par conséquent il est d'une grande fiabilité. Par contre la vitesse d'éjection des gaz, donc le rendement, est faible (800 à 1500 m/s) si on la compare à celle d'un moteur-fusée à ergols liquides ou à un propulseur à propergol solide et la poussée ne peut dépasser 50 Newton. Les gaz utilisés (généralement de l'azote ou de l'hélium) sont peu corrosifs.

Ces caractéristiques le réservent généralement au contrôle d'attitude d'un satellite ou d'une sonde spatiale qui ne nécessite que de très faibles poussées, mais répétées un très grand nombre (jusqu'à plusieurs dizaines de milliers pour une sonde spatiale) et consommant une quantité de carburant limitée sur la durée d'une mission ce qui permet de rendre acceptable le mauvais rendement. Lorsqu'un engin spatial utilise ce type de propulsion il dispose de plusieurs tuyères fixes (typiquement jusqu'à 16) orientées dans les principales directions pour pouvoir agir selon tous les axes. Ce mode de propulsion est souvent accompagné d'une propulsion liquide (utilisant le plus souvent de l'hydrazine) qui est utilisée pour les manœuvres nécessitant des poussées plus importantes : corrections de trajectoire, changements d'orbite.


Comparaison des caractéristiques des différentes techniques de propulsion spatiale
Type de propulsion Impulsion spécifique
(secondes)
Poussée
(newtons)
Domaine d'utilisation
Gaz froid 50-170 0,05-20 Contrôle d'orbite et d'attitude
Propulsion à propergol solide 280-310 50-50000 Étages de fusée, rétrofusée, moteur d'apogée, propulseur d'appoint
Propulsion à ergols liquides Premier ou deuxième étage de fusée, moteur correction de trajectoire ou d'orbite des vaisseaux spatiaux
Hydrazine à surchauffe 280-300 0,05-0,5 Contrôle d'orbite et d'attitude
diergols 280-315 5-500 Manœuvre de transfert,
Contrôle d'orbite et d'attitude
Propulsion électrique
Électrothermie 450-600 0,1-0,2
Électrostatique 2500-3000 0,02 Contrôle d'orbite et d'attitude
Plasma 1200-2500 0,01-0,1 Contrôle d'orbite et d'attitude

|}

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]