Mars Society

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mars Society
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique but non lucratif
But Exploration de Mars
Zone d’influence International
Fondation
Fondation août 1998
Identité
Siège Lakewood
Personnages clés

Conseil d'administration[1] :

Équipe :

  • Chris Carberry (directeur exécutif)
  • Gary Fisher (trésorier)
  • Sara Spector (secrétaire)
  • Artemis Westenberg (directrice, relations internationales)
  • Patt Czarnik (directeur, adhésions)
  • Kevin Sloan (directeur, relations publiques)
  • Alex Kirk (webmaster)
Site web www.marssociety.org

La Mars Society est une organisation internationale, à but non lucratif, ayant pour principal objectif de promouvoir l'exploration et la colonisation de la planète Mars. Elle a été créée en 1998 par Robert Zubrin, et a reçu le soutien d'écrivains et réalisateurs de science-fiction, tels que Kim Stanley Robinson ou James Cameron, et de divers scientifiques (astronomes, astrophysiciens, planétologues, biologistesetc.).

L'organisation se consacre à convaincre le public et les gouvernements des bénéfices de l'exploration spatiale et de Mars en particulier, et défend l'idée de missions humaines vers Mars[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Mars Society est officiellement née lors de sa conférence fondatrice en , lorsque plus de sept cents représentants — astronomes, scientifiques, ingénieurs, astronautes, entrepreneurs, professeurs, étudiants et amateurs de l'espace — ont participé à un week-end de discussions et de présentations des principaux défenseurs de l'exploration de Mars.

Elle compte aujourd'hui environ cinq mille membres dans une cinquantaine de pays.

Son principe est de montrer que Mars est un objectif réalisable grâce à une série de projets, techniques ou autres, et notamment :

  • la poursuite de l'élaboration du plan de la mission Mars Direct pour envoyer des humains sur Mars[4] ;
  • le programme Mars Analogue Research Station (en) (MARS – Station de recherche analogue à Mars) d'étude des possibles futurs habitats martiens, situés sur des terrains ressemblant à Mars ;
  • le concours Mars Society Analogue Pressurized Rover, un concours pour concevoir un véhicule tout-terrain pressurisé utilisable sur Mars ;
  • le programme Mars Gravity Biosatellite, un programme pour concevoir, construire et lancer un satellite en rotation pour fournir artificiellement une gravité partielle de 0,38 g, équivalente à celle de Mars, et accueillir une petite population de souris pour étudier les effets sur la santé d'une gravité partielle ; c'est à l'origine une initiative de la Mars Society qui est maintenant soutenue par un portail web[5] ;
  • la mission de ballon martien conduite par la section allemande de la Mars Society ;
  • le programme Tempo3 (Tethered Experiment for Mars inter-Planetary Operations), un satellite fondé sur CubeSat ayant pour but de démontrer la génération d'une gravité artificielle en utilisant des masses reliées par un câble.

En dehors de cela, la Mars Society :

  • donne des conférences et des présentations sur Mars Direct aux écoles, collèges, universités, organismes professionnels et grand public ;
  • promeut l'enseignement des sciences, de l'astronomie et des sujets liés aux vols spatiaux dans les écoles ;
  • fait campagne pour plus d'investissement de la part de chaque pays dans la recherche et le développement spatial ;
  • accueille des conférences annuelles sur l'exploration de Mars aux États-Unis, en Europe et en Australie ;
  • soutient activement la NASA, l'ESA et d'autres agences spatiales dans leurs programmes en cours d'exploration de Mars.

Son comité directeur inclut des personnalités comme Buzz Aldrin et Peter H. Smith.

D'autres personnalités ont fait partie par le passé du comité directeur de la Mars Society comme Kim Stanley Robinson, Michael Griffin, Christopher McKay, et Pascal Lee[6].

Sections européennes[modifier | modifier le code]

Autriche : ASF (Österreichisches Weltraum Forum, OeWF)[7].

L'ASF (Österreichisches Weltraum Forum, OeWF) est un réseau national pour l'aérospatiale et les passionnés de l'espace, et la branche autrichienne de la Mars Society. Le « Forum » est ainsi devenu une plateforme de communication entre le secteur spatial et le public ; elle est ancrée dans un réseau mondial de spécialistes de l'industrie spatiale, de la recherche et de la politique. Par conséquent, l'OeWF facilite un renforcement du secteur national de l'Espace par une plus forte visibilité publique des activités spatiales, des ateliers et conférences techniques ainsi que des projets liés au Forum.

Ses recherches sont principalement liées à Mars, par exemple :

  • la mission AustroMars avec près de 130 bénévoles impliqués dans une simulation de mission à la Mars Desert Research Station (MDRS : Station martienne de recherche du désert) ;
  • Polares, programme de recherche sur plusieurs années, qui comprend le développement d'un système analogue de robot martien, un nouveau prototype de scaphandre baptisé « Aouda.X », qui doivent aboutir à une expédition dans l'Arctique en 2011.

Le Forum compte un petit nombre de membres professionnels qui contribuent à des projets spatiaux, principalement en coopération avec d'autres associations autrichiennes ainsi qu'avec des organisations spatiales internationales. Le spectre de leurs activités varie de simples présentations dans des salles de classe à des expositions sur l'Espace de quinze mille visiteurs ; des rapports d'expert pour le ministère fédéral autrichien de la Technologie à des activités de transfert de technologies spatiales pour les applications terrestres.

Pays-Bas : Stichting Mars Society Nederland[8].

La section néerlandaise de la société de Mars (Mars Society Pays-Bas) a débuté avec son site web en 1999. La MS PB est enregistrée aux Pays-Bas en tant qu'organisation à but non lucratif (« stichting »). Les membres inscrits versent une cotisation annuelle. Les activités de la MS PB sont axées sur la sensibilisation du public à travers des conférences (nationales et européennes), des expositions, des événements et des campagnes médiatiques.

Le principal moyen de communication avec les membres et le public en général est le site web consacré à Mars et aux sujets liés à l'espace. En coopération avec la Société Néerlandaise pour l'Aérospatiale (NVR), MS PB s'efforce d'éduquer la jeunesse avec le programme « enfants pour l'espace » et le « programme RuimteWijs », donnant des conférences sur Mars dans tout le pays. Des conférences sur Mars sont également données conjointement avec la Société astronomique néerlandaise. Enfin, MS PB coopère avec la Planetary Society à des manifestations sur Mars.

MS PB a été impliqué dans des projets internationaux de la Mars Society depuis le début, et elle soutient la coopération européenne dans les projets spatiaux.

Artemis Westenberg, présidente de MS PB, après avoir été impliquée dans le soutien de mission pour les bases de simulation de la Mars Society depuis plusieurs années, assume depuis 2008 la responsabilité de Directeur de Mission pour la Mars Desert Research Station, gérant tous les aspects de cette base dans l'Utah.

Allemagne : Mars Society Deutschland[9].

La section allemande de la Mars Society (Mars Society Deutschland - MSD) a été fondée en 2001. La MSD est enregistrée en Allemagne comme une association à but non lucratif. Les membres inscrits versent une cotisation annuelle. Les activités de la MSD sont axées sur les aspects techniques de projets scientifiques et plus particulièrement celui du ballon sonde Martien ARCHIMEDES. Le principal moyen de communication avec les membres et le grand public est son site web avec des informations sur le projet ARCHIMEDES, des publications sur Mars et d'autres sujets spatiaux, des actualités, qui peuvent être commentées par les visiteurs du site, et le Forum de l'Espace.

Le conseil d'administration de MSD est composé de cinq membres. Depuis , son président est Michael Danielidis, Dr. en physique spatiale. La mise au point d'ARCHIMEDES est dirigée par l'ingénieur Hannes Griebel, qui est également membre du conseil d'administration de MSD.

ARCHIMEDES est actuellement en cours de développement. C'est le projet majeur de la MSD depuis 2001. En 2006, des essais en vol ont été entrepris pour tester le nouveau système de ballon en faible gravité. Les essais ont été jusqu'à présent effectués soit dans un Airbus A300 pendant des vols paraboliques de courte durée, soit lors de campagnes d'essai de fusées sonde REXUS3-REGINA et REXUS4-MIRIAM pour les tests de plus longue durée dans des conditions spatiales. D'autres tests de vol sont prévus pour les prochaines années avec l'objectif de qualifier ARCHIMEDES pour sa mission vers Mars en 2018. ARCHIMEDES sera envoyé vers Mars à bord d'une sonde martienne de type AMSAT ou d'un satellite similaire. ARCHIMEDES est développé par la MSD avec l'appui des Forces Armées Allemandes à Neubiberg près de Munich, de l'IABG à Ottobrunn, de DLR-Moraba pour les lancements de fusées, d'autres universités, et de plusieurs entreprises industrielles pour certains points techniques.

France : Association Planète Mars[10].

La section française de la Mars Society a été fondée en 1999 comme « Association Planète Mars ». C'est un organisme à but non lucratif (association Loi 1901) ayant son siège à Paris. Son fondateur est Richard Heidmann, ingénieur en propulsion spatiale, qui a participé au congrès de fondation de la Mars Society en et qui est membre du Steering Committee de la Mars Society. Il en a été son président pendant plus de dix ans avant de céder sa place à Alain Souchier, également ingénieur en propulsion spatiale.

Tout en appuyant pleinement les idées et les actions de la Mars Society, elle estime que celles-ci doivent être adaptées au contexte culturel et politique de la France et l'Europe.

L'Association Planète Mars exerce son activité principalement dans la communication au public par des conférences, des expositions, des événements, des interventions dans les médias (TV, radio, magazines, etc.). Elle agit aussi occasionnellement en tant que conseiller pour des journalistes ou des cinéastes. Chaque fois que possible, elle coopère avec d'autres associations ou organismes de sensibilisation aux sciences, ce qui lui permet de renforcer son action et d'atteindre un public plus large.

L'association Planète Mars fait un effort particulier pour attirer l'intérêt des jeunes. 25 % de ses membres cotisants ont moins de 25 ans. Elle développe des expériences de tutorat et propose des projets liés à Mars pour les étudiants en ingénierie. L'association encourage la formation de groupes de travail sur des sujets divers. Aujourd'hui, trois groupes sont actifs, respectivement sur la Sécurité de mission, l'Architecture martienne et les Aspects médicaux. Elle a participé à plusieurs missions dans les bases de simulation MDRS et FMARS, développant en particulier un prototype de « Véhicule d'exploration de paroi ».

Un autre domaine d'action est le lobbyisme, tant au sein du personnel politique et institutionnel en France qu'au niveau européen (Conseil Européen, ESA). À l'occasion des événements importants, elle publie des documents politiques pour exposer son point de vue, et les distribue tant aux décideurs qu'à la presse. Cela a été notamment le cas en , à la suite de l'initiative américaine d'exploration spatiale, et en en vue du conseil ministériel de l'ESA.

Italie : Italian Mars Society[11].

La section italienne de la Mars Society (Italian Mars Society) a été fondée en 2005. Son siège est à Curno (Bergamo), près de Milan, et son président est Antonio Del Mastro, entrepreneur et propriétaire d'une société de conseil en ingénierie.

La Mars Society italienne réalise des activités de vulgarisation scientifique relatives à la Planète Rouge. Elle collabore avec les autres sections européennes de la Mars Society pour bâtir un réseau de connaissances dont l'objectif est de développer l'intérêt des Européens pour l'exploration de Mars.

Belgique : Mars Society Belgium[12].

L'association a été créée au début de l'année 2009.

Pologne : Mars Society Polska (MSP)[13].

Mars Society Polska (MSP) participe à la création de l'industrie spatiale polonaise. Puisque ce secteur est encore en développement, elle veut saisir l'opportunité d'y créer une composante martienne. La Pologne était le dernier état membre de l'UE à signer l'accord de coopération avec l'ESA. La plupart des projets se concentrent sur la technologie des satellites. MSP est la principale organisation à promouvoir l'exploration et les vols spatiaux habités. Outre des sponsors privés, elle s'appuie sur les ressources acquises par le ministère des Sciences et de l'Enseignement supérieur et les autorités locales (qui proposent des projets plus accessibles au grand public).

Son premier projet a été un rover pressurisé. Il a surtout permis le développement de la Mars Society polonaise, sur la base d'actions éducatives dans les écoles polonaises. Ensuite, la MSP a été coorganisatrice de l'édition polonaise du concours « Red Rover Goes to Mars », et elle a lancé un jeu sur la colonisation de Mars (Columbia negotiation Memorial). En 2007, elle a organisé le premier Festival martien, un évènement de deux jours auquel ont participé six cents visiteurs, et Discovery Channel en tant que sponsor principal. Mars Festival 2008 a été un événement moins important en raison des efforts importants mis dans d'autres projets, en particulier celui du rover polonais, nommé « Skarabeusz ».

Le projet principal de MSP est maintenant l'habitat martien polonais. Il est basé sur un concept de l'architecte Janek Kozicki. Il consiste en trois modules gonflables joints, avec une surface utilisable de 900 m2 et sera construit et placé à proximité d'une grande ville. Ce projet sera donc accessible à un large public et aux médias.

La MSP a établi une présence constante dans les principaux médias polonais, et travaille à la réalisation d'un documentaire de présentation. Elle développe également des logiciels — systèmes informatiques pour le futur habitat martien, avec Virtual Mars Base et accès distant. Jan Kotlarz de MSP a créé un logiciel RODM pour la modélisation de la surface de Mars basé sur des photos haute-résolution de Mars Reconnaissance Orbiter, RODM est actuellement testé par la NASA et l'ESA.

Royaume-Uni : Mars Society UK[14].

La Mars Society UK est la section la plus ancienne de la Mars Society en dehors des États-Unis. Elle a tenu sa première réunion publique le , à Londres. Le professeur Colin Pillinger, chef du projet Beagle 2, était le principal orateur. L'événement a d'autant plus marqué que c'était la première fois que Beagle 2 était présenté au grand public au Royaume-Uni. De 1998 à 2003, la Mars Society UK (MSUK) a continué à soutenir Beagle 2, organisant de nombreuses manifestations publiques au cours desquelles les membres de l'équipe du projet Beagle 2 s'exprimaient. La maquette de Beagle 2 y était exposée.

  • MSUK a accueilli la première réunion des dirigeants des Mars Society européennes, avec des représentants de France, d'Allemagne, de Pologne, d'Espagne et des Pays-Bas.
  • Elle a organisé en 2002 un « Jour martien », suivi par quelque deux cents personnes. L'événement a été couvert par les principales télévisions du Royaume-Uni (BBC, ITN, Sky News).
  • En 2003, elle a fait accepter et publier des documents par le gouvernement britannique dans le cadre d'un réexamen de la politique spatiale du Royaume-Uni. Elle a aussi milité pour la participation du Royaume-Uni dans les projets de vols spatiaux habités.
  • Depuis 2006, elle a participé au comité de décision du Prix Arthur Clarke, une des récompenses les plus prestigieuses accordée au Royaume-Uni pour contribution dans les domaines de la recherche et de l'exploration spatiale. Elle a également produit des consultations et Livres blancs sur les changements de politique spatiale du Royaume-Uni et a contribué à la décision du gouvernement britannique de s'engager activement dans les vols spatiaux habités à partir de 2010.
  • Elle est actuellement engagée dans une nouvelle révision de la politique spatiale du Royaume-Uni visant à déterminer le besoin pour le Royaume-Uni de disposer d'une agence spatiale dédiée.

Plus récemment, la MSUK a participé à l'effort de plusieurs organismes et personnalités pour organiser une Conférence sur l'Espace au Royaume-Uni (UK Space Conference - UKSC). Une première réunion constitutive a eu lieu en .

Espagne : Mars Society Espana[15].

Suisse : Mars Society Switzerland[16].

La Mars Society Switzerland (MSS) a été créée en par Pierre Brisson, un des membres fondateurs de la Mars Society et membre du conseil d'administration de l'Association Planète Mars (France). Elle couvre l'ensemble des territoires suisses de langues française et allemande. Elle maintient des liens étroits avec l'Association Planète Mars.

Elle veut convaincre le public suisse de l'intérêt de l'exploration de Mars et de la faisabilité de cette exploration aussi bien par vols habités que par vols robotiques, en utilisant les concepts de la théorie dite « Mars Direct » telle qu'exposée par Robert Zubrin. Elle veut rassembler autour des scientifiques suisses travaillant sur Mars, toutes les personnes qui partagent leur intérêt pour l'exploration de cette planète.

Elle a participé, par une « session martienne », au huitième Swiss Geoscience Meeting (8SGM) qui a regroupé les géologues suisses en à Fribourg sur le thème « Hot and cold, extreme climates in space and time.

En , elle a coorganisé, avec le Space Center de l'EPFL le 5e Space Exploration Day, sur le thème « 50 years of Human Presence in Space; Mars Next or Bust? ».

Du au , elle a été l'hôte, à Neuchâtel, de la 11e Convention européenne sur Mars (EMC11), qui a été l'occasion de faire le point sur l'avancée de l'exploration et les modalités du voyage par vols robotiques et habités. EMC11 a regroupé 25 présentations de spécialistes dans tous les domaines intéressés par l'exploration de Mars et deux débats avec la Presse (Le Temps et Beobachter Natür). Les abstracts des présentations et le compte rendu sont accessibles sur le site de l'association.

Le , elle a organisé à Berne, au Musée d'histoire naturelle, une conférence, « Searching for Life on Mars », centrée sur une présentation du Pr André Maeder, astrophysicien bien connu de l'université de Genève qui a publié fin 2011 L'unique Terre habitée ? (éditions Favre). Cette présentation a été suivie de celle du Dr Beda Hofmann, chef du Département des Sciences de la terre au Musée d'histoire naturelle de Berne, qui a présenté son fichier des formes primitives de vie (terrestres) qui doit servir de base de comparaisons pour la prochaine mission au sol, ExoMars, de l'ESA. Enfin, Pierre Brisson a fait le point sur la mission MSL.

Pierre Brisson a suscité une autre conférence, au Club 44 de la Chaux-de-Fonds, le . Cette conférence était centrée sur une présentation du Pr Michel Cabane. Ce dernier (chercheur au LATMOS) est professeur émérite de l'université Pierre-et-Marie-Curie et responsable du chromatographe en phase gazeuse (GC) embarqué sur Curiosity (et à ce titre co-PI[Quoi ?] du laboratoire SAM). Il a fait le point sur l'exploration du Cratère Gale et a montré au regard des dernières analyses de roches effectuées par les instruments de Curiosity, pourquoi on pouvait dire que la planète Mars avait été jadis habitable. Il a également présenté les questions qui se posent souvent sur la compréhension du milieu martien.

Une autre section de la Mars Society est également en cours[Quand ?] de création au Luxembourg.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]