Ars Technica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Logo de Ars Technica

Adresse arstechnica.com
Commercial  Oui
Publicité  Oui
Langue anglais
Propriétaire Condé Nast
Créé par Ken Fisher
Lancement 1998
État actuel en activité

Ars Technica (/ˌɑːrzˈtɛknɪkə/), parfois simplement appelé Ars, est un site Internet fondé par Ken Fisher (actuel rédacteur en chef) et Jon Stokes en 1998. Ce site est dédié aux actualités et opinions dans les domaines des technologies numériques, de la science et du jeu vidéo et plus généralement de la politique et de la société. Il publie des nouvelles, des critiques et des guides sur le matériel informatique et les logiciels, la science, la politique technologique et les jeux vidéo.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Ars Technica est une expression qui en latin signifie « l'art de la technologie ».

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2008, le site a été acheté par Condé Nast Digital (la division en ligne de Condé Nast Publications[1]. Condé Nast a acheté ce site, ainsi que deux autres, pour 25 millions de dollars et l'a ajouté au groupe Wired Digital de la société, qui comprend également Wired et, anciennement, Reddit. Ars Technica se finance grâce aux revenus des abonnements et de la publicité, et depuis 2001 proposent un service d'abonnement payant.

Gouvernance, organisation du travail[modifier | modifier le code]

Jennifer Ouelette, ancienne rédactrice scientifique de Gizmodo contribue aux aspects scientifique et culturels de l'information.

Beth Mole (doctorat en microbiologie), après avoir travaillé pour Science News gère les aspects santé d'Ars.

Eric Berger, ancien du Houston Chronicle, couvre le thème de l'exploration spatiale.

John Timmer, le rédacteur scientifique d'Ars[2] a auparavant enseigné l'écriture scientifique et le journalisme scientifique à l'Université de Stony Brook et au Weill Cornell Medical College[3],[4]. titulaire d'un diplôme de premier cycle à l'Université de Columbia et d'un doctorat à l'Université de Californie à Berkele, il a ayant travaillé comme postdoctorant au Memorial Sloan Kettering[5],[2].

Le personnel télétravaille principalement, mais dispose aussi de bureaux à Boston, Chicago, Londres, New York et San Francisco.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « About Us », Condé Nast Digital (consulté le )
  2. a et b (en) Geoff Brumfiel, « Science journalism: Supplanting the old media? », sur Nature, (ISSN 0028-0836, DOI 10.1038/458274a, consulté le ), p. 274–277
  3. (en) clock on February 18 et 2010., « ScienceOnline2010 - interview with John Timmer », sur scienceblogs.com (consulté le )
  4. (en-US) Tiên Nguyễn, « A Day in the Life of John Timmer », sur The Open Notebook, (consulté le )
  5. (en-GB) Dana Berry, « More to Science: Working as a science journalist », sur Research in progress blog, (consulté le )