RD-191

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
RD-191
Description de l'image RD-191 MAKS2013.JPG.
Caractéristiques
Type moteur Combustion étagée
Ergols Kérosène / Oxygène liquide
Poussée 2090 kN (dans le vide)
1920 kN (au sol)
Pression chambre combustion 258 bars
Impulsion spécifique 337,5 s. (vide)
311,2 (sol)
Rallumage Non
Poussée modulable 27 à 105%
Moteur orientable Oui
Masse 2220 kg (à sec)
Hauteur 3,78 m.
Diamètre 2,21 m.
Rapport poids/poussée 98
Durée de fonctionnement -
Utilisation
Utilisation Premier étage
Lanceur Angara
Premier vol 9/7/2014
Statut opérationnel
Constructeur
Pays Russie
Constructeur NPO Energomach

Le RD-191 est un moteur-fusée à ergols liquides russe dont le développement a débuté à la fin des années 1990 et destiné à propulser le premier étage du nouveau lanceur Angara. Ce moteur à combustion étagée brûle un mélange de kérosène et d'oxygène liquide et a une poussée de 192 kNewtons au sol. Le RD-191 est une version mono-chambre du RD-170. Son premier vol a eu lieu le 9 juillet 2014. Plusieurs versions dérivées ont été développées pour propulser d'autres lanceurs. Le RD-151 pour propulser la fuse la fusée sud-coréenne Korea Space Launch Vehicle (premier vol en 2009), le RD-193 pour propulser une version à venir de la fusée Soyouz 2-1 V et le RD-181 pour équiper le premier étage de la fusée américaine Antares 200 (premier vol prévu en 2016).

Historique[modifier | modifier le code]

Le développement du RD-191 début fin 1998. Le moteur propulse le premier étage de la famille de lanceurs Angara qui doit remplacer à la fois les fusées Proton et Zenit. En juin 2011 le moteur a accumulé environ 27 000 secondes de fonction sur banc d'essais. Le premier lancement de la fusée Angara (vol suborbital), a eu lieu le 9 juillet 2014[1].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Le RD-191 est moteur-fusée à ergols liquides qui dérive du RD-170 mis au point pour la propulsion de la fusée géante Energia et utilisé depuis cette époque par la fusée Zenit. Alors que le RD-170 comporte 4 chambres de combustion le RD-191 en comporte une seule et sa poussée est réduite en conséquence : 2090 kN dans le vide et 1920 kN au sol. Le RD-191 est, comme son ainé, un moteur à combustion étagée qui brûle un mélange de kérosène et d'oxygène liquide. Grâce à cette architecture technique performante il dispose d'une impulsion spécifique élevée de 337 s dans le vide. L'orientation du moteur peut être écartée de 8 degrés de la verticales selon deux axes, ce qui permet de contrôler la direction de la poussée et d'orienter la fusée en lacet et tangage[2]. La poussée peut être réduite jusqu'à 27 % et brièvement poussée jusqu'à 105%[3].

Versions dérivées[modifier | modifier le code]

Plusieurs versions ont été développées à partir du RD-191 :

RD-151[modifier | modifier le code]

Une version du moteur moins puissante (poussée de 167 tonnes), baptisée RD-151, a déjà volé à trois reprises en propulsant le premier étage de la fusée sud-coréenne Korea Space Launch Vehicle fourni par la Russie. Le premier vol a eu lieu le 30 juillet 2009 donc bien avant le premier vol de la version RD-191 dont il dérive.

RD-181[modifier | modifier le code]

Le RD-181 est une version développée pour l'exportation qui a été choisie en janvier 2015 par la société Orbital Sciences Corporation pour remplacer le NK-33 utilisé sur la fusée américaine Antares. Le RD-181 est une version adaptée pour permettre le remplacement du NK-33 sans changement structurel important du lanceur Antares. Celui-ci utilises deux RD-161. Le moteur est monté sur un cardan qui permet d'orienter la poussée en l'écartant de 5° de l'axe du lanceur[4]. Le premier vol est prévu en 2016.

RD-193[modifier | modifier le code]

Le RD-193 est une version dont le développement a été annoncé par le constructeur du moteur le 1er aout 2011. Cette version doit remplacer le moteur NK-33 utilisée par le premier étage de la version légère de Soyouz (2-1v) lorsque le stock de moteurs déjà construit aura été épuisé (la chaine de fabrication démantelée dans les années 1970 n'a pas été réactivée). Le RD-193 diffère du RD-191 par des modifications portant sur les interfaces entre la chambre de combustion et la turbopompe et entre les sous composants du générateur de gaz. Contrairement à la version d'origine, la poussée du RD-193 n'est plus orientable car le contrôle d'attitude est pris en charge par d'autres propulseurs sur le lanceur Soyouz. Ces modifications permettent de disposer d'un moteur d'une masse réduite de 300 kg et de réduire sa hauteur de 76 cm[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « RD-91 », sur Energomash (consulté le 27 avril 2014)
  2. (en) Anatoly Zak, « Angara's engine gets a job in the US », sur russianspaceweb.com (consulté le 1er mai 2015)
  3. (en) Patric Blau, « Angara 1.2PP », sur spaceflight101.com,‎
  4. (en) Patric Blau, « Upgraded Antares Rocket completes Static Fire Test for Resumption of ISS Cargo Flights », sur spaceflight101.com,‎
  5. (en) Anatoly Zak, « RD-193 project », sur russianspaceweb.com (consulté le 1er mai 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Angara
  • RD-170 version à quatre chambres de combustion dont dérive le RD-191
  • RD-180 version à deux chambres de combustion également dérivée du RD-170

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :