Souleymane Diamanka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Souleymane Diamanka
Description de l'image SOULEYMANE DIAMANKA.jpg.
Informations générales
Naissance (46 ans)
Dakar, Drapeau du Sénégal Sénégal
Activité principale poète, slameur, auteur-compositeur-interprète, parolier, acteur
Genre musical slam, spoken word
Instruments voix
Années actives depuis 1991
Labels Disques Barclay, Fait Main Productions
Site officiel souleymanediamanka.com

Souleymane Diamanka est un poète-slameur et acteur franco-sénégalais[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1974 au Sénégal, Souleymane Diamanka grandit dans la ville de Bordeaux où il apprend la langue française à l'école et la langue peule à la maison[2]. Durant l'adolescence, Souleymane Diamanka intègre le groupe de hip hop Djangu Gandhal avec lequel il effectue en 1991, au festival du Printemps de Bourges, les premières parties du groupe NTM[2]. Il découvre le slam au sein du collectif 129H puis il déclame de la poésie à l'Union Bar du quartier de Ménilmontant à Paris[3].

L'Hiver peul (2007)[modifier | modifier le code]

Repéré par des producteurs grâce à sa page Myspace, il publie en 2007 son premier album chez Barclay / Universal Music France : L'Hiver peul. Poète à la voix grave, il s'introduit dans la tradition des griots de l'Afrique de l'Ouest pour débuter son album composé de 16 titres :

« Je m’appelle Souleymane Diamanka dit Duajaabi
Jeneba
Fils de Boubacar Diamanka dit Kanta Lombi
Petit-fils de Maakaly Diamanka dit Mamadou Tenen(g)
Arrière-petit-fils de Demba Diamanka dit Len(g)el Nyaama
Et cætera et cætera…[4] »

Il invite des artistes émergents aux styles divers, tels que Grand Corps Malade, Kayna Samet. Les musiques sont habillées de peu de notes, et les sonorités renvoient à l'appel des instruments traditionnels africains et aux battements du jazz américain[5]. Le style d'écriture est travaillé, riche en figures de style, mêlés d'assonances, de palindromes, de rimes et holorimes et de calembours finement ciselés. Avec une voix grave, il aborde des thèmes tels que la mort, la solitude, l'immigration ou l'héritage familial, culturel et patrimonial[5].

Être humain autrement (2016)[modifier | modifier le code]

En 2015, après avoir effectué un détour par Addis-Abeba, le poète oral s’installe à Dakar où il écrit, compose, mixe et produit son second album, Être humain autrement, qu'il publie en indépendant sur son site Internet[6]. Comme sur son précédent album, il reprend des chants traditionnels et des contes enregistrés par son père sur des vieilles cassettes audios[réf. nécessaire]. Cet album est une invitation au voyage, au rêve, comme porté par l'optimisme des dictons et des proverbes peuls, extraits des archives familiales.[7] Souleymane Diamanka collabore sur cet album, enregistré dans le Fouladou en Haute-Casamance, avec le musicien américain Kenny Allen qui vit en Éthiopie[8]. Sur ce disque les genres et les langues s'entremêlent, passant des chants peuls au hip-hop puis à la valse, et ses influences poétiques et musicales s'élargissent à des artistes d'horizons variés, comme Jean Gabin, Amadou Hampâté Bâ et Louis Aragon[9].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 2007 : L'Hiver peul
  • 2016 : Être humain autrement

Singles[modifier | modifier le code]

  • 2014: Le Vœu exaucé de Djeneba

Albums live[modifier | modifier le code]

  • 2015 : Live @ Hall Tony Garnier

Participation[modifier | modifier le code]

  • 2012 : Black Bazar, album de Modogo Abarambwa et Sam Tshintu

Filmographie[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Comme acteur-interprète[modifier | modifier le code]

Fictions[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Traits Portraits de Jérôme Thomas[10]
  • 2011 : Les Enfants d'Hampâté Bâ d'Emmanuelle Villard[11]
  • 2017 : Les poètes sont encore vivants de Xavier Gayant[12]

Autres[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données Les Archives du spectacle.

Comme comédien[modifier | modifier le code]

Comme auteur[modifier | modifier le code]

  • 2018 : Songes, mise en scène de Florence Lavaud[13]
  • 2020 : Création partagée de Souleymane Diamanka et Fafiole Palassio en collaboration avec Le Petit Théâtre de Pain[11]

Publications[modifier | modifier le code]

  • 2007 : J’écris en français dans une langue étrangère, co-écrit avec John Banzaï, éditions Complicités [14]
  • 2013 : IntranQu'Îllités no 2, ouvrage collectif sous la direction de James Noël et Pascale Monnin, éditions Passagers des Vents [15]
  • 2013 : Il fait un temps de poème, ouvrage collectif sous la direction d'Yvon Le Men et Francis Goeller, éditions Filigranes[16]
  • 2014 : Écrire à voix haute, livre sur l’oralité co-écrit avec le linguiste Julien Barret, éditions L'Harmattan[17]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Souleymane Diamanka – Poète, Slameur », sur souleymanediamanka.com (consulté le 5 juin 2020)
  2. a et b « Biographie de Souleymane Diamanka », sur Universal Music France (consulté le 9 juin 2020)
  3. « Souleymane Diamanka : le slammeur marchand de sentiments », sur Bondy Blog, (consulté le 9 juin 2020)
  4. « DIAMANKA Souleymane », sur etonnants-voyageurs.com (consulté le 8 juin 2020)
  5. a et b « Festival de La Bâtie. Souleymane Diamanka, souffle poétique à suivre », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 5 juin 2020)
  6. Valérie Marin la Meslée, « Souleymane Diamanka ou l'art d'être humain autrement », sur Le Point, (consulté le 5 juin 2020)
  7. (en-GB) Souleymane Diamanka, « Une nouvelle génération perpétue la culture orale du Sénégal | Souleymane Diamanka », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 9 juin 2020)
  8. (en-US) « Souleymane Diamanka », sur nataal.com (consulté le 5 juin 2020)
  9. « Souleymane Diamanka, gardien slameur de la mémoire peule », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juin 2020)
  10. « "Traits Portraits" », sur Manzi - Impression sur toile, (consulté le 9 juin 2020)
  11. a et b Katti BISCAY, « Z, Performance chorale pour jeunesse en mouvement – Le Petit Théâtre de Pain » (consulté le 9 juin 2020)
  12. AlloCine, « Les Poètes sont encore vivants » (consulté le 9 juin 2020)
  13. « Songe », sur Cie Florence Lavaud (consulté le 9 juin 2020)
  14. « J'écris en français dans une langue étrangère | Musée national de l'histoire de l'immigration », sur www.histoire-immigration.fr (consulté le 9 juin 2020)
  15. « IntranQu’îllités n°2 - Editions Zulma », sur www.zulma.fr (consulté le 9 juin 2020)
  16. « Il fait un temps de poème », sur Filigranes Editions (consulté le 9 juin 2020)
  17. « ÉCRIRE À VOIX HAUTE - Rencontre entre un poète et un linguiste, Souleymane Diamanka, Julien Barret - livre, ebook, epub - idée lecture été », sur www.editions-harmattan.fr (consulté le 9 juin 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]