Colette, une femme libre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Colette, une femme libre
Réalisation Nadine Trintignant
Scénario Nadine Trintignant
Marie Trintignant
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Biographie
Première diffusion

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Colette, une femme libre est un téléfilm biographique français en deux parties réalisé en 2003 par Nadine Trintignant et diffusé en 2004.

Biographie de la femme de lettres Colette, il s'agit également du dernier rôle de Marie Trintignant, morte tragiquement peu avant la fin du tournage fin juillet 2003.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le téléfilm, divisé en deux parties, évoque premièrement l'amour de Colette pour Willy puis, après souffrance, sa liaison avec Mathilde de Morny, dite Missy, relation qui fait scandale.

Colette, une femme libre aborde ensuite le mariage avec Henry de Jouvenel, son journalisme et sa vie sous la Première Guerre mondiale[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage de Colette, j'en femme libre a lieu Vilnius, la capitale lituanienne[1].

Accueil[modifier | modifier le code]

Olivier Wicker de Libération parle d'« une épreuve pour les admirateurs de Colette et de Marie Trintignant » et d'un film « médiocre », « lent », aux décors « artificiels ». Le critique déplore le fait que l'on ne voit presque jamais Colette écrire, et que la plus grande partie du film ne soit consacrée qu'à ses histoires d'amour, dans lesquelles « des kilos de pathos dégoulinent de l'écran »[2].

Selon Le Monde, Colette, une femme libre est « une trop longue succession de scènes de chamailleries et de pleurnicheries » et dénature l'écrivaine, qui elle « acceptait l'échec » de ses amours avec « sagesse ». Le journal, même s'il critique les décors qui ne paraissent pas réels, se réjouit du jeu de Marie Trintignant (« émouvante, drôle et lumineuse ») et de la musique de Philippe Sarde, une musique qui « ponctue les moments capitaux avec intelligence et finesse »[1].

Pour L'Humanité, on ne retrouve pas dans ce film « la force exprimée par Nadine et Marie Trintignant dans Victoire ou la Douleur des femmes »[3].

Récompense[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c A. Cr., « Colette, une femme libre », sur Le Monde, (consulté le 13 juin 2018).
  2. Olivier Wicker, « Colette, gros malaise », sur Libération, (consulté le 13 juin 2018).
  3. C. B., « Colette, une femme libre », sur L'humanité, (consulté le 13 juin 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]