Sziget Festival

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sziget Fesztivál
Sziget
Image illustrative de l'article Sziget Festival
Logo du Sziget Festival

Genre World music, rock, pop, jazz, blues, reggae, metal
Lieu Budapest, Drapeau de la Hongrie Hongrie
Coordonnées 47° 33′ 14″ nord, 19° 03′ 18″ est
Période Mi-août
Scènes
  • Dan Panaitescu Main Stage
  • OTP Bank Stage by A38
  • Telekom Electronic Beats Arena
  • World Music Stage presented by Ibis
  • Colosseum
  • Europe Stage
  • Cirque du Sziget
  • Fidelio Theatre and Dance Tent
  • Petofi Radio - Telekom Volt Festival Staget
  • Light Stage
  • Afro-Latin-Reggae Village
  • Budapest Park Tribute Stage
  • Papageno Classical, Opera and Jazz Stage
  • Hungarikum Village
  • Cökxpon Chill Garden Garden - Sziget Beach
Date de création 1993
Fondateurs Károly Gerendai et Péter Müller
Organisateurs Sziget Produkció
Site web www.szigetfestival.fr

Géolocalisation sur la carte : Budapest

(Voir situation sur carte : Budapest)
Sziget Fesztivál

Géolocalisation sur la carte : 3e arrondissement de Budapest

(Voir situation sur carte : 3e arrondissement de Budapest)
Sziget Fesztivál

Le Sziget Festival (en hongrois : Sziget Fesztivál, [ˈsigɛt ˈfɛstiva:l]) est un festival de musique hongrois, fondé en 1993 à Budapest. Il est l'héritier de l'Île des étudiants (Diáksziget) (1993-1996), de l'Île Pepsi (Pepsi Sziget) (1996-2001). Sziget signifie « île » en hongrois.

Le festival a lieu chaque année dans le 3e arrondissement de Budapest sur l'île d'Óbuda, au bord du Danube. Il rassemble presque 500 000 personnes pour 102 pays représentés, pendant la deuxième semaine du mois d'août. Il a été surnommé le Woodstock européen en référence à l'anniversaire de ce dernier. Après plus de deux décennies d'existence, en 2014 le festival obtient le titre de Meilleur Grand Festival Européen[1] décerné par les European Festival Awards. Il a également été élu « Festival européen préféré des artistes » en 2016.

Origines[modifier | modifier le code]

Péter Müller et Károly Gerendai découvrent au début des années 1990 sur l'île d'Óbuda un immense parc arboré. Dans un contexte marqué par la fin de l'ère communiste, ceux qui sont alors respectivement une star du rock budapestois et un programmateur musical imaginent un lieu de rencontre pour que les musiciens puissent se produire ou se rencontrer.

À l’origine, le Sziget est un événement culturel hongrois dont le rayonnement est national.

C'est en 1993 que les fondateurs en organisent la première version sur l’île d’Óbuda, le Diáksziget (qui signifie « l’Ile des étudiants »).

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Avec une moyenne de près de 400 000 festivaliers par an, le Sziget Festival est considéré comme le plus grand festival open air d’Europe[2],[3],[4].

Aujourd'hui, le festival a un rayonnement européen. Environ 50% des visiteurs ne sont pas hongrois, ils viennent principalement des Pays-Bas, du Royaume-Uni, de France, d'Allemagne, d'Italie et d'Irlande.

Programmation[modifier | modifier le code]

Csík zenekar sur la scène du Sziget.

La programmation du Sziget Festival est éclectique : outre la musique, on y trouve du cinéma en plein air, de la danse contemporaine, des expositions, du théâtre de scène et de rues, du cirque acrobatique, des espaces de discussion et de débat, des lectures de littérature hongroise en langues étrangères, du sport, des jeux, de la danse, etc. Le village rassemble des stands de plusieurs associations hongroises ainsi qu'un vaste espace de restauration.

Les organisateurs veillent également à assurer une diversité des nationalités représentées sur les scènes de l'île. Au-delà des stars internationales, le Sziget Festival laisse une large place aux artistes hongrois les plus connus, à l'instar de Balogh Kálmán Gipsy Cimbalom Band, Besh o droM, DJ Goulash Exotica, Heaven Street Seven, Napra, Beáta Palya, Quimby, Tankcsapda, Csík zenekar, Yonderboi, etc.

Diáksziget 1993[modifier | modifier le code]

43 000 visiteurs, artistes principaux : artistes hongrois

Diáksziget 1994 - Eurowoodstock[modifier | modifier le code]

143 000 visiteurs, artistes principaux :

Diáksziget 1995[modifier | modifier le code]

173 000 visiteurs, artistes principaux :

Pepsi Sziget 1996[modifier | modifier le code]

206 000 visiteurs, artistes principaux :

Pepsi Sziget 1997[modifier | modifier le code]

260 000 visiteurs, artistes principaux :

Pepsi Sziget 1998[modifier | modifier le code]

268 000 visiteurs, artistes principaux :

Pepsi Sziget 1999[modifier | modifier le code]

297 000 visiteurs, artistes principaux :

Pepsi Sziget 2000[modifier | modifier le code]

324 000 visiteurs, artistes principaux :

Pepsi Sziget 2001[modifier | modifier le code]

365 000 visiteurs, artistes principaux :

Pepsi Sziget 2002[modifier | modifier le code]

355 000 visiteurs, artistes principaux :

Sziget 2003[modifier | modifier le code]

361 000 visiteurs, artistes principaux :

Sziget 2004[modifier | modifier le code]

369 000 visiteurs, artistes principaux :

Sziget 2005[modifier | modifier le code]

385 000 visiteurs, artistes principaux :

Sziget 2006[modifier | modifier le code]

385 000 visiteurs, artistes principaux :

Sziget 2007[modifier | modifier le code]

371 000 visiteurs, artistes principaux :

Sziget 2008[modifier | modifier le code]

385 000 visiteurs, artistes principaux :

Sziget 2009[modifier | modifier le code]

390 000 visiteurs, artistes principaux :

Sziget 2010[modifier | modifier le code]

382 000 visiteurs, artistes principaux :

Sziget 2011[modifier | modifier le code]

385 000 visiteurs, artistes principaux :

Sziget 2012[modifier | modifier le code]

379 000 visiteurs, artistes annoncés[5] :

Sziget 2013[modifier | modifier le code]

362 000 visiteurs, artistes annoncés :

Sziget 2014[modifier | modifier le code]

415 000 visiteurs, artistes annoncés :

Sziget 2015[modifier | modifier le code]

441 000 visiteurs, artistes annoncés[6] :

Sziget 2016[modifier | modifier le code]

496 000 visiteurs, artistes annoncés[6] :

Sziget 2017[modifier | modifier le code]

Scènes et villages[modifier | modifier le code]

Le festival arbore une cinquantaine de scènes et chapiteaux.

La « Dan Panaitescu Main Stage » (anciennement « Pop Rock Main Stage », renommée en hommage à l'ancien booking manager du festival, décédé en 2016) est la

plus grande scène de l’île où les grands groupes internationaux se produisent, avec une capacité de plus de 45 000 personnes. Située au cœur de l'ile, c'est à partir de cette scène que sont lancées les soirées spéciales (color party, flag party etc.)

La scène « OTP Bank A38 Stage[7] » (anciennement « OTP World Music Party Stage ») est la seconde scène majeure du festival, sous chapiteau, et a une capacité d'accueil de 15 000 personnes et présente chaque jour du festival des artistes de renommée internationale tous styles confondus.

La « Telekom Arena[8] » (anciennement « party arena ») est une scène sous chapiteau dédiée à la musique électronique. C'est le rendez-vous des amateurs de techno, minimal, trance, et house.

Le « Colosseum [9]» est une scène open-air située directement à côté de la Telekom Arena. Facilement identifiable à sa structure constituée de piles de palettes de bois, il est d'une capacité d’accueil bien moindre que sa voisine, et propose également des DJ sets toute la nuit. Avec la Telekom Arena, c'est la dernière scène à fermer le soir.

La « World Music Stage[10] » comme son nom l'indique, présente des artistes de musique du monde. Reggae, musiques traditionnelles, jazz manouche etc. Elle se situe face à l'Afro-Latin-Reggae Village, dans lequel sont dispensés des cours de danses ethniques, de capoeira ou encore de percussions.

La « Europe Stage[11] » présente des artistes de moindre renommée originaires des pays européens.

Les ingénieurs du son du Sziget ont recours à plusieurs innovations techniques pour améliorer la qualité acoustique des scènes open-air et sous chapiteau[12].

Organisation et logistique[modifier | modifier le code]

Entrée du festival.

Sziget attire 70 à 90 000 visiteurs par jour, nécessitant de nombreuses infrastructures d’accueil. Sur l’île d’Óbuda, se trouve des restaurants, des magasins, des bars, des maisons de pálinka, des cafés et salons de thé, des stands de spécialités culinaires d’une douzaine de pays différents. Le village hongrois se situe au cœur du parc et propose à la fois de découvrir la gastronomie locale ainsi que des éléments du folklore national (langue, danses, etc.). Chaque année, les organisateurs tiennent compte des demandes du public grâce aux « Machines à souhait » installées sur les sites Internet des organisations européennes impliquées dans l’organisation et la promotion du Sziget.

Le Sziget est le premier festival d’importance qui fonctionne avec sa propre monnaie[13]. Depuis 2011, le système de FestiPay[13] a remplacé la monnaie liquide. Elle est un moyen de paiement plus sûr et plus rapide, et évite de retrouver en situation de perte ou vol d’argent.

D’année en année, Sziget améliore l’accueil des festivaliers qui arrivent de loin. De plus en plus de formules hebdomadaires sont couplées à des offres de transport, permettant de déposer les visiteurs directement dans l'enceinte du festival. Un secteur entier est aménagé en camping. Pratiquement un demi-millions de spectateurs sont comptabilisés au total sur la semaine pour l'édition 2016 composé de 50 scènes[14].

Autour du festival[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le Sziget de Budapest avec son gigantisme, sa programmation éclectique et son ambiance si particulière est vu depuis longtemps comme un nouveau Woodstock[15] en raison de son air décalé et son ambiance festive. Il est aussi parfois comparé à l'alternative européenne du Burning Man par ses caractéristiques uniques« d’un parc d'amusement déjanté amplifié électroniquement n'ayant rien à voir avec la réalité[16] ».

« Selon vous, de quelle façon le public devrait-il dépenser son budget festival, sachant que cette année Glastonbury fait un break ? », a demandé le journal musical britannique le plus prestigieux, New Musical Express, au fondateur du Glastonbury Festival en mars 2012. Michael Eavis a répondu : « Ils devraient aller en Hongrie. Au Sziget Festival. J'aime ça. »

Sister Bliss du groupe Faithless avait tenu ces propos : « J’ai vu des gens sur place totalement enchantés, l’atmosphère est magique ! C’est peut-être le meilleur festival du monde, plus fort encore que Glastonbury ».

Polémiques[modifier | modifier le code]

Beaucoup de critiques mettent cependant en avant le coût du festival (65−75 euros le ticket journée et 275−325 euros le ticket 7 jours[17]) au vu du SMIC hongrois de 353 euros[18]. Cela est notamment du au pourcentage restreint que représente les aides publiques dans les sources de revenus du Sziget Festival.

En 2002, le maire de Újpest, quartier voisin du Sziget, a porté plainte sur les désagréments causés par les festivaliers et les nuisances sonores causées par la musique amplifiée. La direction du Sziget a pris plusieurs mesures afin de réduire les nuisances tout en permettant la continuité du festival[19].

Promotion de la francophonie[modifier | modifier le code]

Le Sziget Festival est particulièrement fréquenté par des visiteurs francophones, estimés à 10 000 personnes chaque année. L'équipe d'organisation du festival a lancé une série d'initiatives visant à conforter cette tendance : espace de camping dédié aux francophones avec meilleur niveau de confort[20], un espace de restauration français et des points d'information en français.

L'implication du Sziget Festival dans la promotion de la francophonie était liée au travail de Krisztina Rády, ex-femme de Bertrand Cantat, représentante du festival en France. Son action visait alors à attirer de nombreux artistes et groupes français à se produire sur une des scènes du Sziget. À travers sa société S/Z Production, elle contribuait à populariser l'image du Sziget chez les jeunes Français. Depuis 2011, c’est la société FestivalUE qui représente le Sziget Festival dans les pays francophones (France, Belgique, Luxembourg et Suisse). La société a été créée à l’initiative d’András Derdák, Anita Földes et Louis Thierry - qui a quitté la société en 2015.

Tremplin Sziget France[modifier | modifier le code]

Le Sziget Festival s'implique désormais dans la valorisation d'une scène de jeunes talents francophones par le biais d'un concours ouvert à des artistes qui n'ont jamais signé avec un label et qui souhaitent tenter leur chance de jouer au plus grand festival d'Europe. Entre 2012 et 2016, l'organisation été gérée par Magik Blender mais depuis 2016,c'est Sziget France en partenariat avec Dyskit qui ont reprit le tremplin. Il consiste en une première sélection par un jury de professionnels et le vote du public, quatre groupes s'affrontent lors d'un concert final qui se déroule généralement en mai dans une salle de concert notoire. Le vainqueur se voit offrir une date sur la scène Europe lors du festival. Les vainqueurs des années précédentes Big Flo et Oli, Chill Bump, Dhamma, Joe Bel, Shafty Brothers, Stereotypical Working Class (concert final au Point Éphémère).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « …And the 2011 winners are! »
  2. http://www.evene.fr/musique/actualite/sziget-festival-budapest-radiohead-placebo-457.php
  3. http://www.rfi.fr/europe/20110815-hongrie-le-plus-grand-festival-musical-europe-ferme-portes
  4. http://www.podcastjournal.net/Sziget-le-plus-grand-festival-de-musique-en-Europe-se-deroulera-a-Budapest-du-11-au-17-aout-2009_a1348.html
  5. Hongrie : ouverture du Sziget, Le Figaro, 6 août 2012.
  6. a, b et c http://szigetfestival.fr/programs
  7. « SzigetPrograms », sur szigetfestival.fr (consulté le 24 août 2016)
  8. « SzigetPrograms », sur szigetfestival.fr (consulté le 24 août 2016)
  9. « SzigetPrograms », sur szigetfestival.fr (consulté le 24 août 2016)
  10. « SzigetPrograms », sur szigetfestival.fr (consulté le 24 août 2016)
  11. « SzigetPrograms », sur szigetfestival.fr (consulté le 24 août 2016)
  12. « SzigetPrograms », sur szigetfestival.fr (consulté le 24 août 2016)
  13. a et b http://szigetfestival.fr/infos/festival_info_-_faq/
  14. « En chiffres », DJ Magazine, Lyon, no 15,‎ octobre - novembre 2016, p. 12 (ISSN 2271-006x)
  15. http://www.euranet.eu/fre/Archives/Actualites/French/2009/August/Sziget-un-Woodstock-a-l-europeenne
  16. « an electronically amplified, warped amusement park that has nothing to do with reality », http://index.hu/kultur/2008/sziget/szigetburn/
  17. http://szigetfestival.fr/tickets/category/entry-ticket#webshop-app-sticky
  18. http://www.journaldunet.com/management/salaire-cadres/1126847-smic-en-europe/
  19. http://www.jfb.hu/node/1047
  20. http://www.szigetfestival.fr/infos_pratiques/french_camping

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :