Yoko Tsuno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article parle de la série, pour le personnage, voir Yoko Tsuno (personnage).
Yoko Tsuno
Série
Auteur Roger Leloup
Couleurs Studio Leonardo
Genre(s) Aventure
Science-fiction

Personnages principaux Yoko Tsuno
Vic Vidéo
Pol Pitron

Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Langue originale Français
Éditeur Dupuis
Nb. d’albums 26 (série en cours)

Yoko Tsuno est une série de bande dessinée d'aventure et de science-fiction, créée en septembre 1970 par l'auteur belge Roger Leloup. La série met en scène l'héroïne éponyme Yoko Tsuno, ingénieure japonaise en électronique.

Origine[modifier | modifier le code]

Yoko Tsuno a d'abord été envisagée comme un personnage secondaire de Jacky et Célestin, série que Peyo désirait confier à Roger Leloup. Ce dernier esquisse, à Noël 1968, une jeune Japonaise pour rejoindre le duo[1]. Un an plus tard, alors que les éditions Dupuis cherchaient alors une série à publier à la fois dans le Journal de Spirou et dans le magazine allemand Eltern, Leloup présente son projet de reprise de Jacky et Célestin, qui est refusé, l’éditeur préférant voir apparaître de nouveaux personnages. Une planche d'essai est réalisée pour convaincre l'éditeur allemand, qui fait figurer côte à côte Vic Vidéo et Pol Pitron, ainsi que Yoko comme personnage secondaire du duo[2]. Leloup joint également les dix premières du Trio de l’étrange.

Convaincu par les planches proposées, et dans l'attente de la réponse du magazine allemand, Dupuis demande à Leloup de réaliser des récits complets avec Yoko, sous la supervision d'un pilier de Dupuis, Maurice Tillieux (Jess Long, Marc Lebut...). « À la fin des années 1960, on n'imaginait pas qu'une femme puisse devenir une héroïne de bande dessinée[3]. »

Yoko porte alors le nom de Yoko Shirisho. Maurice Tillieux conseille de changer le nom pour quelque chose de plus court. La ville de Tsuno au Japon va donner son nom à Yoko, comme l'explique Leloup : « Tsu avait une résonance chinoise et No rappelait le théâtre japonais, bref c’était idéal pour une héroïne japonaise à laquelle je voulais donner des origines chinoises[4]. »

Annoncé dans le Journal de Spirou no 1692 le 17 septembre 1970[5], le premier récit complet Hold-up en hi-fi, avec Maurice Tilleux aux textes[6], est publié une semaine après dans le no 1693. Suite un second récit, l'Ange de Noël, publié dans le no 1706 du 24 décembre 1970, suivi du troisième récit, la Belle et la Bête dans le numéro 1709 du 14 janvier 1971. La collaboration avec Maurice Tilleux s'arrête alors[6]. Cap 351 paraît dans le no 1715 du 25 février 1971.

Le bon accueil à l'automne 1970 du premier récit complet fait abandonner à Dupuis l'idée de collaboration avec le magazine allemand et lui fait donner son feu vert à Roger Leloup pour réaliser un album complet, Le trio de l'étrange[7], qui parait dans le journal de Spirou à partir du 13 mai 1971[8].

Technique[modifier | modifier le code]

Rue Yoko Tsuno à Bruxelles.

La série est réalisée principalement par Roger Leloup qui signe tous les scénarios et dessins, avec la seule exception de la collaboration de Maurice Tillieux pour deux récits courts. Toutefois, on doit associer à la réussite de la série les Studios Léonardo, et notamment la coloriste Béatrice, qui réalisent la mise en couleur des albums[9],[10].

La série est réputée pour la minutie de ses décors, souvent fondée sur une abondante documentation photographique, particulièrement perceptible dans l'album La Frontière de la vie[11].

De manière très sensible dès le deuxième volume (L'Orgue du diable) pour les décors et dès le troisième volume (La Forge de Vulcain) pour les habits, la série atteint une grande qualité graphique. La robe rouge et les bottes de la même couleur des premières aventures[12] (les récits courts d’Aventures électroniques, Le Trio de l'étrange et L'Orgue du diable) font place à des tenues variées : robes, jupes, tuniques, tenues vinéennes[13], etc... sans oublier le kimono. Dans La Fille du vent, elle porte ainsi onze tenues différentes sur les 44 planches de l'histoire[14]. Les avions et les voitures sont également très soignés. À noter le faible de Yoko (ou de Leloup ?) pour les petits cabriolets : Fiat X1/9, Fiat Ritmo cabriolet, et la Fiat 850 Spider Bertone de Vic dans Le Trio de l'étrange[15].

La série est le prétexte pour l'auteur d'illustrer certains de ses centres d'intérêts (technologie, modélisme, cultures orientales, entomologie, etc...). « Aujourd'hui, je ne pourrais plus abandonner le personnage de Yoko. Je m'y suis attaché profondément. Je ne maîtrise plus son existence. À force de vivre à mes côtés, Yoko est devenue une partie de ma vie »[16].

Malgré le soin apporté, quelques erreurs sont à noter dans le graphisme ou la cohérence de l'histoire. On peut ainsi citer dans Les Titans l'absence de genouillères sur la tenue de Yoko Tsuno page 45 alors que celles-ci apparaissent sur la page suivante[17] ou la montre du commandant du pétrolier dans Le Feu de Wotan[18]. Le père de Yoko, Seiki Tsuno avait été d'abord évoqué comme Susuki Tsuno dans la conclusion du récit La Belle et la Bête : « On a imaginé un nom trop rapidement. [Pour son intervention réelle dans la série, j'ai fixé] mon choix sur Seiki Tsuno, parce que Susuki est en fait un nom de famille[19] ».

« J'ai pris à Hergé son plus gros défaut : la maniaquerie. Mais également le fait de croire au personnage et au décor où il se déplace. C'est ce souci de précision dans la fiction qui fait que le lecteur peut y croire aussi. » déclare t-il à propos de son souci de la vraisemblance historique pour L'Astrologue de Bruges[20].

Personnages[modifier | modifier le code]

Les personnages principaux vivent en Belgique, bien que les aventures se déroulent dans le monde entier et même dans le système planétaire de Vinéa, qui se trouve dans la galaxie du Triangle à 2 millions d'années-lumières du nôtre. Les histoires tournent autour de trois personnages centraux :

  • Yoko Tsuno : élevée au Japon, une ingénieure en électronique très intelligente avec un brevet D planeur, pilote d'hélicoptères (Gazelle, écureuil...) et une ceinture noire d'aïkido.
  • Vic Vidéo : une forte personnalité et le meilleur ami de Yoko.
  • Pol Pitron : l'élément comique du trio.

Parmi les nombreux personnages secondaires, mais souvent néanmoins à la psychologie très travaillée par l'auteur, on peut distinguer parmi eux des personnages présents de manière significative dans plusieurs albums :

  • Khâny et Poky, les jumelles vinéennes à la peau bleue
  • Ingrid Hallberg, organiste allemande
  • Rosée du matin, fille adoptive de Yoko Tsuno
  • Monya, terrienne venue du futur (grâce à sa machine à voyager dans le temps)
  • Émilia Mac Kinley, jeune fille aux origines russes et écossaises. Avec trois participations actives successives (tomes 24-25 et 26) elle semble devenir un personnage clé de la série.

Une série féminine[modifier | modifier le code]

Yoko Tsuno est l'un des premiers héros féminins de la bande dessinée, héritière du féminisme ambiant. D'autres personnages féminins avaient connu le succès, hormis Bécassine qui date de 1905, dans un genre plus proche, il existait déjà Barbarella de Jean-Claude Forest créée en 1962 et en 1967 Laureline de la série Valérian et Laureline de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières. « À la fin des années 60, on n'imaginait pas qu'une femme puisse devenir une héroïne de bande dessinée[3]. » C'est aussi avec une légère antériorité que François Walthéry crée Natacha en février 1970. Leloup ayant des scrupules à « concurrencer » son ami, Dupuis le rassure en lui expliquant que les deux héroïnes sont complémentaires[21].

À l'opposé de nombre d'auteurs qui mettent peu en valeur les femmes ou se limitent à les caricaturer, Leloup compose un univers où elles exercent souvent les rôles habituels de l'homme, mais avec leurs propres atouts et faiblesses, comme l'illustre le duel acharné entre Yoko et la reine Hégora dans Les Archanges de Vinéa. À l'origine personnage secondaire derrière Vic et Pol, Yoko les relègue au second plan. Mais ils sont d'indispensables faire-valoir et alimentent le contraste fille-garçon. Yoko est devenue le chef de bande et aussi, dans une certaine mesure, le chef de famille pour les autres personnages[22]. « Yoko représente peut-être le type de jeune fille qu'il m'aurait plu de rencontrer à 16-18 ans… Malheureusement, à cette époque, elles étaient moins décomplexées et surtout moins libres[23]. » Bien que troublée par un archange créé pour être charmant dans Les Archanges de Vinéa, elle n'a pas d'aventure amoureuse explicite même si Vic la protège tendrement, voire la réconforte. Sont-ils amoureux, ou simplement des amis très chers ? Roger Leloup explique qu'il « ne l'a pas engagé plus avant avec Yoko car beaucoup de lecteurs sont inconsciemment amoureux d'elle, et se sentiraient exclus[24]. » « J'ai surtout le privilège de lui avoir offert un très gros pourcentage de lectrices, qui s'est amplifié au fil des albums. Le courrier que je reçois émane pour les deux tiers de filles, et les lecteurs de Yoko sont certainement pour moitié des filles[25]… » L'adoption de Rosée du matin place Yoko Tsuno en position de mère sans nécessiter d'idée de couple.

En plus de Yoko, beaucoup de femmes tiennent des rôles-clés : Khâny, Ingrid Hallberg, Eva Schulz, Monya, Emilia McKinley, etc.

Thématiques[modifier | modifier le code]

Les histoires sont fortement fondées sur une technologie souvent très évoluée et futuriste voire de science-fiction, incluant des concepts tel que dragons robots, voyage dans le temps ou dans l'espace et même plusieurs civilisations extraterrestres, dont les Vinéens et les Titans. Fasciné dès l'enfance par la technologie, quelques-unes des passions de Leloup, comme le modélisme, trouveront un débouché dans les histoires de Yoko Tsuno. Yoko et d'autres personnages utilisent de nombreux aéroplanes ou automobiles toujours décrits avec minutie. « J'ai toujours été bricoleur, j'avais des planeurs téléguidés et je fabriquais moi-même mes modèles réduits. J'ai été deux fois champion de Belgique dans ma catégorie. J'ai aussi volé dans des clubs d'amateurs sur de petits appareils. Aussi, dès que j'ai commencé à travailler sur Yoko, l'exutoire a été total. Tout ce que je faisais en modélisme ou imaginais sur le plan mécanique est passé dans mon dessin »[26].

La série nous tient à l'avant-garde des dernières avancées technologiques réelles ou spéculatives par l'utilisation de théories scientifiques. La possibilité de stocker l'énergie de la foudre dans des accumulateurs et de créer un « rayon de la mort » basé sur l'électricité statique dans Le Feu de Wotan en sont d'autres. Dans les épisodes relevant de la science-fiction, Roger Leloup garde un souci du plausible. Ainsi dans l'album Les 3 Soleils de Vinéa où les héros franchissent deux millions d'années-lumière en moins de deux mois, défiant ainsi les théories physiques, il fait franchir la limite de la vitesse de la lumière en imaginant un milieu sans lumière[27] ! « J'ai un côté Jules Verne dans le sens où j'ai besoin de trouver des explications plausibles aux phénomènes que j'imagine (...) L'avantage de la science-fiction, c'est que je ne suis pas obligé de démontrer par l'expérience mes théories. Celle-ci est plausible... mais totalement fictive[28] ».

Les albums La Forge de Vulcain et Le Feu de Wotan illustrent aussi son intérêt pour les mythologies. Il existe beaucoup de symbolisme dans certains titres choisis : Message pour l'éternité, La Frontière de la vie, La Spirale du temps, La Porte des âmes[29].... Il mélange allègrement la science-fiction, présente dans la majorité des albums, avec le réalisme, l'album La Proie et l'Ombre démystifiant la superstition des fantômes. Il use de procédés littéraires comme le voyage dans le temps (La Spirale du temps, Le Matin du monde...) et multiplie les personnages récurrents, bien que hormis Pol et Vic ils ne soient pas présents dans tous les albums.

La thématique du gigantisme est très présente dans l'œuvre : « ordinateurs géants des Vinéens, colossal orgue du diable, détournement de l'énergie terrestre constituée par la lave, soleil artificiel, insectes extraterrestres, typhons destructeurs, etc. Parmi ces forces extraordinaires et mécaniques hors des normes, Yoko et ses compagnons illustrent les meilleures qualités de notre humanité : son sens de l'initiative, sa recherche d'idéal et de tolérance, une compréhension sereine de l'inconnu et la révolte devant les dominations qui s'établissent au détriment des humbles. Leur conduite est toujours dictée par la générosité et le désir d'améliorer le monde nouveau qu'ils découvrent. Même les géants ont parfois besoin de plus petits qu'eux pour se civiliser[30] ».

Yoko sait combattre, mais refuse de le faire sans nécessité et répugne plus encore à tuer. Dans La Forge de Vulcain, elle assiste impuissante à la mort de Karpan. La mort d'un bandit dans Le Feu de Wotan lui inspire cette réflexion « La mort d'un homme est un échec ». À l'opposé, elle se dévoue pour sauver de la mort, notamment les enfants, comme très symboliquement dans La Frontière de la vie. Dans ce même album, elle refuse de profaner un cercueil et ne l'ouvre que quand elle est certaine qu'il ne contient aucun corps.

Albums de la série[modifier | modifier le code]

  1. Le Trio de l'étrange (1972, (ISBN 2-8001-0666-2))
  2. L'Orgue du diable (1973, (ISBN 2-8001-0667-0))
  3. La Forge de Vulcain (1973, (ISBN 2-8001-0668-9))
  4. Aventures électroniques (1974, (ISBN 2-8001-0669-7))
    1. Hold-up en hi-fi (avec Maurice Tillieux)
    2. L'Ange de Noël
    3. La Belle et la Bête (avec Maurice Tillieux)
    4. Cap 351
    5. Du miel pour Yoko
    6. L'Araignée qui volait
  5. Message pour l'éternité (1975, (ISBN 2-8001-0670-0))
  6. Les 3 Soleils de Vinéa (1976, (ISBN 2-8001-0671-9))
  7. La Frontière de la vie (1977, (ISBN 2-8001-0672-7))
  8. Les Titans (1978, (ISBN 2-8001-0592-5))
  9. La Fille du vent (1979, (ISBN 2-8001-0633-6))
  10. La Lumière d'Ixo (1980, (ISBN 2-8001-0687-5))
  11. La Spirale du temps (1981, (ISBN 2-8001-0744-8))
  12. La Proie et l'Ombre (1982, (ISBN 2-8001-0908-4))
  13. Les Archanges de Vinéa (1983, (ISBN 2-8001-0971-8))
  14. Le Feu de Wotan (1984, (ISBN 2-8001-1029-5))
  15. Le Canon de Kra (1985, (ISBN 2-8001-1092-9))
  16. Le Dragon de Hong Kong (1986, (ISBN 2-8001-1378-2))
  17. Le Matin du monde (1988, (ISBN 2-8001-1585-8))
  18. Les Exilés de Kifa (1991, (ISBN 2-8001-1748-6))
  19. L'Or du Rhin (1993, (ISBN 2-8001-1999-3))
  20. L'Astrologue de Bruges (1994, (ISBN 2-8001-2101-7))
  21. La Porte des âmes (1996, (ISBN 2-8001-2340-0))
  22. La Jonque céleste (1998, (ISBN 2-8001-2587-X))
  23. La Pagode des brumes (2001, (ISBN 2-8001-2948-4))
  24. Le Septième Code (2005, (ISBN 2-8001-3358-9))
  25. La Servante de Lucifer (2010, (ISBN 2-8001-4775-X))
  26. Le Maléfice de l'améthyste (sorti le 16 novembre 2012, (ISBN 2-8001-4862-4))

Des albums ont été traduits en plusieurs langues et édités dans plusieurs pays : allemand[31], anglais[32],[33](Etats Unis et Angleterre), basque[34], catalan[35], chinois[36],[37], danois[38], espagnol[39], finnois[40], hollandais[41], indonésien[42], italien[43], norvégien[44], portugais[45], suédois[46],islandais,... Dans l'édition égyptienne (en arabe)[47], la mise en page est en ordre inversé par rapport à l'original[48].

Re-publication en intégrale[modifier | modifier le code]

Une première série d'intégrale en 7 volumes a été éditée par Dupuis (type Rombaldi) en simili cuir violette en 1997 et 1998 et reprenant les 21 premiers albums de la série.

Chaque volume est composé de 3 aventures par ordre chronologique avec une préface.

La re-publication de l'intégrale des aventures de Yoko Tsuno a été prévue depuis 2006 en huit volumes. Chaque volume thématique de 176 pages contient trois aventures et des planches et des documents inédits[49]. Les intégrales sont aussi publiées en allemand par Carlsen Comics, mais le premier volume paru y est... Aventures allemandes[50].

  1. De la Terre à Vinéa (Le Trio de l'étrangeLa Forge de VulcainLes 3 soleils de Vinéa) (2006, (ISBN 2-8001-3840-8))
  2. Aventures allemandes (L'Orgue du diableLa Frontière de la vieLe Feu de Wotan) (2006, (ISBN 2-8001-3841-6))
  3. À la poursuite du temps (La spirale du tempsLe Matin du mondeL'Astrologue de Bruges) (2007, (ISBN 978-2-8001-3888-6))
  4. Vinéa en péril (Les TitansLa Lumière d'IxoLes Archanges de Vinéa) (2007, (ISBN 978-2-8001-3889-3))
  5. Sous le soleil de Chine (Le Dragon de Hong KongLa Jonque célesteLa Pagode des brumes) (2008, (ISBN 978-2-8001-4124-4))
  6. Robots d'ici et d'ailleurs (Aventures électroniquesLes Exilés de KifaLa Porte des âmes) (2008, (ISBN 978-2-8001-4125-1))
  7. Sombres complots (La Fille du ventLa Proie et l'OmbreL'Or du Rhin) (mai 2009, (ISBN 978-2-8001-4367-5))
  8. Menaces pour la Terre (Message pour l'éternitéLe Canon de KraLe Septième Code ) (novembre 2009, (ISBN 978-2-8001-3888-6))
Intégrale Album Album Album
T1 1 3 6
T2 2 7 14
T3 11 17 20
T4 8 10 13
T5 16 22 23
T6 4 18 21
T7 9 12 19
T8 5 15 24

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Intégrale Yoko Tsuno, vol. 6, 2006, p. 4
  2. Intégrale Yoko Tsuno, vol. 1, 2006, p. 11
  3. a et b Intégrale Yoko Tsuno, vol. 1, 2006, p. 12
  4. Intégrale Yoko Tsuno, vol. 6, 2006, p. 5
  5. « Le Journal de Spirou en 1970 », BD oubliées (consulté le 21 décembre 2009)
  6. a et b Intégrale Yoko Tsuno, vol. 6, 2006, p. 7
  7. Intégrale Yoko Tsuno, vol. 1, 2006, p. 14
  8. Intégrale Yoko Tsuno, vol. 1, 2006, p. 15
  9. « Studio Léonardo - Béatrice », Bédéthèque (consulté le 26 décembre 2008)
  10. « Interview de Vittorio Léonardo », yokotsuno.free,‎ 23 mars 2006 (consulté le 26 décembre 2008)
  11. « La Frontière de la vie », yokotsuno.com (consulté le 25 décembre 2008) et la réédition de 2007 augmentée de documents de cet album.
  12. « Ses robes », Tenues de Yoko Tsuno (consulté le 26 décembre 2008)
  13. http://sites.google.com/site/tenuesdeyoko/Home/tenues-vineennes
  14. « Liste », Tenues de Yoko Tsuno (consulté le 26 décembre 2008)
  15. « Fiat 850 Spider Bertone », yokotsuno.free.fr
  16. « La Fille du vent », yokotsuno.com (consulté le 25 décembre 2008)
  17. « Tenues vinéennes », Tenues de Yoko Tsuno (consulté le 26 décembre 2008)
  18. « Le Feu de Wotan », yokotsuno.free.fr (consulté le 26 décembre 2008)
  19. « Aventures électroniques », yokotsuno.com (consulté le 26 décembre 2008)
  20. « L'Astrologue de Bruges », Yokotsuno.com (consulté le 3 août 2009)
  21. « Un monde de bulles (vers la 10e minute) », Public Sénat,‎ 2007 (consulté le 27 décembre 2008)
  22. « Les Archanges de Vinéa », yokotsuno.com (consulté le 25 décembre 2008)
  23. « Aventures électroniques », yokotsuno.com (consulté le 25 décembre 2008)
  24. Pages bonus de L'Astrologue de Bruges
  25. « Le Canon de Kra », yokotsuno.com (consulté le 25 décembre 2008)
  26. « Message pour l'éternité », yokotsuno.com (consulté le 25 décembre 2008)
  27. Album Les 3 Soleils de Vinéa, planche n°9
  28. Intégrale Yoko Tsuno, vol. 1, p. 20.
  29. « La Proie et l'Ombre », yokotsuno.com,‎ 25 décembre 2008
  30. « Les Titans », yokotsuno.com (consulté le 25 décembre 2008).
  31. Couverture sur yoko.tsuno.free.fr
  32. Couverture sur yoko.tsuno.free.fr
  33. Avec pour premier tome La Frontière de la vie « Album en anglais », yokotsuno.free.fr,‎ 19 juin 2007 (consulté le 27 décembre 2008) The Vulcan's Forge est lui édité aux États-Unis.
  34. Zeruko Junkoa (La Jonque céleste)
  35. El Trio de l'estrany (Le Trio de l'étrange)
  36. Couverture sur yoko.tsuno.free.fr
  37. Voir Le Dragon de Hong Kong
  38. Couverture sur yoko.tsuno.free.fr
  39. Couverture sur yoko.tsuno.free.fr
  40. Couverture sur yoko.tsuno.free.fr
  41. Couverture sur yoko.tsuno.free.fr
  42. Couverture sur yoko.tsuno.free.fr
  43. Couverture sur yoko.tsuno.free.fr
  44. Couverture sur yoko.tsuno.free.fr
  45. Couverture sur yoko.tsuno.free.fr
  46. Couverture sur yoko.tsuno.free.fr
  47. Couverture sur yoko.tsuno.free.fr
  48. « Parution en Égypte », yokotsuno.free.fr,‎ 23 août 2007 (consulté le 27 décembre 2008)
  49. « Les Intégrales », YokoTsuno.free (consulté le 26 décembre 2009)
  50. « Intégrales allemandes », yokotsuno.free.fr,‎ 16 octobre 2007 (consulté le 27 décembre 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]