Yoko Tsuno (personnage)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite du personnage, pour la série de bande dessinée, voir Yoko Tsuno.
Yoko Tsuno
Personnage de fiction apparaissant dans
Yoko Tsuno

Origine Japon
Belgique
Sexe Féminin
Activité(s) Électronicienne
Entourage Vic Vidéo
Pol Pitron

Créé par Roger Leloup
Série(s) Yoko Tsuno
Album(s) 25
Première apparition 1969 dans Le Journal de Spirou

Yoko Tsuno est le personnage éponyme de la série de bande dessinée créée en 1969 par Roger Leloup. C'est une jeune électronicienne japonaise, vivant en Belgique. Elle est également l'héroïne d'un roman du même auteur paru en 1991 : L'Écume de l'aube, qui évoque son enfance et sa jeunesse.

Description[modifier | modifier le code]

Yoko Tsuno est née le 25 décembre 1969 sur l'île de Kyūshū au Japon[1], de parents japonais : son père, Seiki Tsuno, est géophysicien et sa mère, Masako Ishida, femme au foyer. Sa grand-mère est chinoise. Le jardinier du monastère proche du domicile familial, Aoki, un ancien kamikaze sauvé par son grand-père Onoué Tsuno, lui a inculqué dans son enfance les valeurs d'honneur[2]. Après des études d'ingénieur en électronique, elle émigre en Europe pour travailler dans la recherche. En attendant d'être embauchée par un laboratoire, elle vit de petits boulots[3]. C'est alors qu'elle rencontre Vic Vidéo et Pol Pitron, qui lui proposeront de se joindre à eux en tant qu'ingénieur du son pour des reportages. C'est le début de nombreuses aventures et d'une longue amitié.

Très sentimentale, l'auteur affiche plus explicitement ses sentiments à partir du 7e album. Elle adopte dans le 16e album, Le Dragon de Hong Kong, une petite orpheline chinoise, Rosée du matin[4]. Elle a une relation tendre avec Vic, mais non explicite[5].

On en apprend plus sur sa famille dans La Spirale du temps (tome 11) où un voyage dans le temps en 1943 lui permet de rencontrer son grand-oncle le colonel Toshio Ishida en garnison à Sulawesi, ce qui nous permet d'apprendre l'origine de son prénom qui était celui de la poupée préférée de sa mère. Ses descendants, les cousins de Yoko gèrent une exploitation forestière; ils adopteront Monya, une jeune fille venue du 39e siècle[6]. De nationalité japonaise, elle est aussi titulaire d'un faux passeport suisse et propriétaire d'une voiture immatriculée dans le canton de Lucerne : LU 42241[7]. Elle doit ces avantages à Milord et à la complicité des autorités suisses.

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
???
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Onoué Tsuno
 
Hiroko Ogawa
née Lai-Chi
 
 
 
Kiyoshi Ishida
 
Nobuko Yamada
 
Toshio Ishida
 
???
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Chizuka Tsuno
 
Hiromi Tsuno
mariée à Goro
 
Seiki Tsuno
 
Masako Ishida
 
Hiroshi Ishida
 
Izumi Ishida
 
???
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Vic Vidéo
 <= ? => 
Yoko Tsuno
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Monya Ishida
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Rosée du Matin

Caractère et passions[modifier | modifier le code]

Modèle de droiture[8] et fidèle en amitié, elle a de nombreux talents. Polyglotte, elle parle le japonais[9], le mandarin, le cantonais, l'anglais, le français[10], l'allemand[11]... Elle sait piloter avions[12], planeurs[13], hélicoptères[14] et motos légères. Elle pratique les arts martiaux : aïkido, karaté, judo, kyudo et pratique aussi la natation, la voile et la plongée. Sa couleur préférée est le jaune[15]. Sa pratique du bouddhisme est illustrée dans plusieurs albums, et lui permet notamment grâce à des techniques de méditation de bloquer l'accès à ses pensées[16]. En tant qu'ingénieur en électronique, Yoko possède de nombreuses connaissances technologiques qui permettent de fournir quelques explications scientifiques aux lecteurs.

Commentaires de l'auteur[modifier | modifier le code]

Rue Yoko Tsuno à Bruxelles.

L'auteur de Yoko Tsuno note : « Lorsque j'ai commencé Yoko, […] on ne la connaissait pas, on n'avait pas encore cette confiance en elle. Ce sont les lecteurs qui m'ont porté à aller au-delà de la simple aventure visuelle et de laisser plus transparaître le côté mental de Yoko. Je lui ai ainsi donné graduellement ce côté oriental qui dévoile la pensée par des métaphores. Elle est très occidentalisée, mais elle est tout de même venue avec son kimono et le revêt avec plaisir. Je situe son foyer sur une petite île dont je ne donne pas le nom dans l'album car elle est imaginaire. Je l'ai réutilisée largement en fait plus tard, dans mon roman sur la jeunesse de Yoko, où je l'appelle l'île du Songe. »[8].

Roger Leloup fera de son héroïne une Japonaise car c'était pour lui le pays asiatique le plus neutre politiquement. Par la suite, il la dotera d'une grand-mère chinoise pour éviter toute « récupération nationaliste ». [réf. nécessaire]

Citations[modifier | modifier le code]

  • « [Le sage] a dit : L'océan se noie dans une goutte de tendresse. » (tome 14, Le Feu de Wotan)
  • « Les formes qui différencient les êtres importent peu si leurs pensées s'unissent pour bâtir un univers. » (tome 8, Les Titans)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir « Site officiel »
  2. Voir l'album La Fille du vent
  3. Voir planche 5 de l'album Le Trio de l'étrange
  4. La Dualité culturelle de Yoko, introduction de Sombres complots, 7e tome de l'intégrale
  5. « C'est l'ami de Yoko. [...] Je ne l'ai pas engagé plus avant avec Yoko car beaucoup de lecteurs sont inconsciemment amoureux d'elle, et se sentiraient exclus. » - Le monde fabuleux d'un personnage hors du commun, addendum à l'Astrologue de Bruges, Dupuis,‎ 1994 (ISBN 978-2-8001-2101-7), p. 54
  6. A la Poursuite du temps (Intégrale Yoko Tsuno), page 18.
  7. Voir l'album Message pour l'éternité.
  8. a et b « La Fille du vent », yokotsuno.com (consulté le 25 décembre 2008)
  9. Voir par exemple l'album La Fille du vent
  10. Voir l'album Le Trio de l'étrange et les suivants
  11. Voir l'album L'Orgue du diable et autres aventures en Allemagne
  12. Voir Le Canon de Kra
  13. Voir Message pour l'éternité
  14. Voir La Forge de Vulcain et Le Feu de Wotan notamment.
  15. « Ah, vous n'aimez pas le jaune ! C'est pourtant ma couleur préférée » dit-elle avec ironie planche 14 de l'album Le Trio de l'étrange.
  16. Planches 31 et 32 de l'album Le Trio de l'étrange

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]