Le Feu de Wotan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Feu de Wotan
19e histoire de la série Yoko Tsuno
Auteur Roger Leloup
Couleurs Studio Leonardo

Thèmes Bande dessinée
Personnages principaux Yoko Tsuno
Vic Vidéo
Pol Pitron
Ingrid Hallberg
Lieu de l’action Terre (Allemagne)

Éditeur Dupuis
Première publication 1984
ISBN 2-8001-1029-5
Nb. de pages 47 pages

Prépublication Spirou (1984)
Albums de la série Yoko Tsuno
Précédent Les Archanges de Vinéa (1983) Le Canon de Kra (1985) Suivant

Le Feu de Wotan est la dix-neuvième histoire de la série Yoko Tsuno de Roger Leloup. Elle est publiée pour la première fois du no 2388 au no 2391 du journal Spirou, puis en album en 1984.

La Fiat X1/9 de Yoko.

Univers[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au château d'Eltz, Ingrid Hallberg découvre dans la collection Richter deux étranges appareils : le premier envoyant des rayons, le second, en forme de mitrailleuse servant apparemment de support.

Elle demande à Yoko Tsuno, électronicienne de venir examiner cet appareil. Celle-ci comprendra l'utilité et le fonctionnement de l'engin : il emmagasine et restitue l'électricité statique.

Mais Franz Thaler, étudiant en architecture séjournant lui aussi à Eltz, s'intéresse à ces objets : en essayant de les voler, il tente ensuite de fuir en auto en assommant un des gardes d'un coup de poing en plein fouet et brise la porte d'entrée du château en fonçant droit vers la sortie. La foudre s'abat sur Franz et le tue lorsque l'émetteur qui était placé sur la banquette arrière de sa voiture glisse accidentellement et se referme sous l'effet du choc. L'existence du rayon restera inconnue des autorités.

À Wuppertal entre alors en scène le professeur Zimmer, physicien allemand dont on apprend que Franz était l'assistant et qu'il a connu Richter. Ce dernier travaillait sur un rayon de la mort et s'est fait tuer, et le « lanceur de rayons » découvert par Ingrid n'était que le point de départ de ses recherches.

Au moment où le savant explique cela à Yoko, ils se font attaquer par un homme surnommé « l’Américain » qui s'est glissé dans la rame du métro aérien depuis la station d'Ohlingsmühle quelques minutes avant. Yoko et le professeur Zimmer sont contraints de donner le lanceur de rayons à la bande dont faisait partie Franz en échange de la liberté d’Ingrid, détenue en otage. Avec l’aide du magnat de l’informatique Peter Hertzel, Yoko, Ingrid et Zimmer comprennent l’objectif de la bande : attaquer et faire échouer le superpétrolier britannique Mercurian sur les récifs au large des côtes bretonnes afin de montrer la puissance de leur arme et de la revendre au plus offrant.

Après l’arrivée de Pol Pitron et de Vic Vidéo, le Trio de l’étrange aidera le professeur Zimmer à restaurer la tour-laboratoire de Richter pour dompter la foudre et reconstruire une arme encore plus puissante, puis, en Bretagne, convaincre le commandant du pétrolier de la menace pesant avant de neutraliser les bandits en détruisant leur arme au moyen de l’émetteur de foudre.

Finalement le coup échoue et deux des gangsters parviennent à s’enfuir en canot à moteur alors que le troisième qui était aux commandes de l'émetteur décède. Yoko jette le « rayon de la mort » dans l’océan, le pétrolier repart, et tout rentre dans l’ordre.

Personnages[modifier | modifier le code]

Trio Alliés Adversaires
  • Franz
  • Kurt
  • « L'Américain »
  • Helmut
Le phare de la Hague près du port de Goury (Manche, Basse-Normandie) qui servit de modèle pour le phare qui hébergea le rayon de la mort

Lieux[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

Il a été prépublié dans le Journal de Spirou numéros 2388 à 2391 du 19 janvier au 9 février 1984[1].

Album[modifier | modifier le code]

Cet album est re-publié en 2006 dans le deuxième volume de l'Intégrale Yoko Tsuno : Aventures allemandes.

La version originale francophone était accompagnée d'un autocollant[2].

Analyse[modifier | modifier le code]

Le Mercurian n'est pas sans évoquer la catastrophe de l'Amoco Cadiz survenue en 1978[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Feu de Wotan », yokotsuno.com (consulté le 25 décembre 2008)
  2. « Le Feu de Wotan », yokotsuno.free.fr (consulté le 26 décembre 2008)
  3. « Le Feu de Wotan », Yakotsuno.com (consulté le 3 août 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]