Soda (bande dessinée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soda (homonymie).
Soda
Série
Logo de la série
Logo de la série

Scénario Philippe Tome
Dessin Luc Warnant (1986-1987)
Bruno Gazzotti (1988-2005)
Couleurs Stéphane De Becker (1986-1994)
Cerise (1994-2005)
Assistant Dessin
Olivier Labalue (2005)
Genre(s) Franco-belge
Polar humoristique

Thèmes Police de New York, religion
Personnages principaux Soda
Caporal Tchaïkowsky
Sergent Bab's
Capitaine Pronzini
Mary Solomon
Lieu de l’action New York, États-Unis
Époque de l’action Années 1980-2000

Pays Franco-Belgique
Langue originale française
Éditeur Dupuis
Collection Repérages (1991-2005)
Première publication
Format Couleur
Format normal, cartonné
Nb. d’albums 12

Prépublication Spirou : 1986-2005[1]

Soda est une série de bande dessinée de polar humoristique franco-belge créée en 1985, dessinée par Luc Warnant, jusqu'en 1987, qui fut remplacé par Bruno Gazzotti, et écrite par Philippe Tome. Publiées aux Éditions Dupuis, les premières planches furent d'abord pré-publiées dans Spirou en avant de l'être en album cartonné en .

Le titre est un acronyme du nom du personnage principal, SOlomon DAvid.

Description[modifier | modifier le code]

Accroche[modifier | modifier le code]

Sur le quatrième plat à partir du second album, l'accroche présente Soda :

« On m'appelle SODA, mais mon vrai nom, c'est Solomon. David Elliot Hanneth Solomon.
Si elle savait, ma mère vous dirait sans doute que je suis policier, mais à New York, il n'y a pas de policiers, juste des flics. De toute façon, elle ne sait pas, ça l'inquièterait, elle m'a toujours cru pasteur…
Depuis l'an dernier, elle habite avec moi ; elle ne sort jamais et ne lit pas les journaux qui sont pleins de violence.
C'est pas plus mal : les types que j'arrête sont parfois un peu morts… »

Synopsis[modifier | modifier le code]

Fils unique d'Adam Nathanael Solomon et Mary McIntyre, Soda est un policier new-yorkais taciturne et efficace. Pour ménager sa mère, cardiaque et très croyante, il lui a toujours fait croire qu'il n'était qu'un paisible pasteur un peu peureux. Après la mort violente d'Adam, père de David et sheriff de Providence (AZ), Mary, bouleversée, se réfugie chez son fils à New York, au 416 Church Avenue, Manhattan. Incapable de lui avouer qu'il est devenu lui-même policier, David continue de lui jouer la comédie. Habitant au vingt-troisième étage, il a appris se changer en moins d'une minute tous les matins dans l'ascenseur pour quitter son faux costume de ministre du culte et redevenir le glacial lieutenant Soda. David songe cependant régulièrement avouer à sa mère sa véritable identité, mais à chaque épisode, une circonstance nouvelle l'en empêche ou le convainc de repousser cette douloureuse confession à plus tard.

Chaque tome de la série raconte une histoire indépendante des autres titres, bien que les personnages principaux restent les mêmes (Soda, sa mère, ses collègues policiers) et se termine aussi de la même manière : une vue de l'ascenseur, la "frontière" entre ses deux vies.

Historique[modifier | modifier le code]

Après avoir abandonné un projet avec Yann considéré comme trop dur, le dessinateur Luc Warnant, cherchant un scénariste, découvre, en 1984, que Philippe Tome et Janry reprennent la série populaire Spirou et Fantasio. « Je l'ai donc contacté et par chance il aimait bien ce que je faisais aussi. Il m'a dit qu'il travaillait sur un projet, sans me dire ce que c'était, et que dès que ce serait un peu plus abouti il m'en parlerait. Je n'avais aucune idée de ce que c'était, mais j'avais très envie de collaborer avec lui. Tome m'a rapidement recontacté et m'a proposé Soda. Emballé, j'ai réalisé les premières planches qui lui ont beaucoup plu, nous étions en 1986[2] ».

En 1989, le dessinateur décide d'arrêter à la onzième planche du troisième tome[2] Tu ne buteras point : « J'étais très mal. La bande dessinée représentait toute ma vie, j'avais fait les études pour cela, je ne savais rien faire d'autre et quand finalement, j'arrive à me faire une place parmi les auteurs qui marchent je suis obligé, contraint de renoncer[2]. ». Il vend alors ses droits et autorise Tome à continuer son projet avec qui il veut. Le choix s'arrête Bruno Gazzotti, l'assistant de Tome et Janry avec qui il avait travaillé sur Le Petit Spirou. Quant à Luc Warnant, il s'est ensuite consacré à la réalisation d'animation 3D notamment dans le domaine publicitaire.

En novembre 2010, 5 ans après la sortie du tome 12, Bruno Gazzotti, au moyen de son blog, fait savoir "qu'il ne s'occupera plus du dessin de Soda, du moins pour les deux prochains épisodes[3].

En octobre 2011, Philippe Tome présente sur sa page facebook la première image issue du treizième tome de Soda : "Soda 13. Preview. Sous un autre pinceau qui me permet de saluer au passage toutes les pointures qui ont transpiré (et/ou transpirent encore) sur mes petites histoires. Merci de faire du bruit pour eux. Sans exception. ;-)" [4]

En décembre 2011 il présente, toujours sur sa page facebook, la première image du tome 13. Dan Verlinden semble être le successeur désigné de Gazzotti pour ce diptyque, ayant déjà assisté Janry dans les derniers tomes du petit Spirou, ainsi que sur le tome de Spirou et Fantasio : Luna Fatale. Une information confirmée par le Journal de Spirou numéro 3881 du 29 août 2012 dans lequel Dan Verlinden annonce avoir commencé les premières pages du tome 13. En avril 2014, les deux auteurs et les Éditions Dupuis cofirment la sortie de l'album 13 très attendu, pour novembre de la même année, pré-publié dès septembre dans le Journal de Spirou.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Lieutenant Soda, de vrai nom David Ellioth Hanneth Solomon, est policier new-yorkais et se déguise en pasteur, autre activité à laquelle sa mère Mary croit toujours depuis son emménagement à New York. Ayant perdu son père, shérif à Providence (Arizona), assassiné, il fait tout pour que sa mère ne prenne pas peur en raison de ses malaises cardiaques. Signe particulier : il lui manque l'annulaire et l'auriculaire gauche, et il porte un gant pour cacher la cicatrice.
  • Caporal Linda Tchaïkowsky, jeune, belle, grande et vigoureuse femme noire, coéquipière de Soda (à partir du troisième tome) et petite amie occasionnelle et compagne parfois envisagée de celui-ci. Adepte des méthodes policières musclées.
  • Sergent Bab's, collègue policier spécialiste des recherches dans les dossiers et sur Internet. Complice des cachotteries de Soda à sa mère. Cinq ou six enfants, une femme, Martha, et des aventures occasionnelles, dont une avec le caporal Linda Tchaïkowsky dans le troisième tome.
  • Mary Solomon, la mère de Soda, a quitté la ville de Providence après la mort de son mari, shérif, pour venir vivre auprès de son fils à New York, où elle ne quitte presque plus l'appartement ; elle ne lit pas les journaux à cause de la violence.
  • Goliath, le chat de Mary et Soda, gras et doté d'un mauvais caractère.
  • Capitaine Pronzini, son supérieur (à partir du second tome). Il y a toujours un animal familier dans son bureau (tome 3 : Sonia la tortue, tome 4 : mouche puis Ursula le chaton, tome 5 : cobaye, tome 7 : grenouille, tome 8 : poisson rouge, tome 11 : tamagochi, tome 12 : écureuil).
  • Lionel, assistant blagueur de Pronzini.
  • Capitaine Horatio G. Bergamo, son supérieur (dans le tome 1, à la fin duquel il se suicide). Obèse, nerveux, il tripote sans arrêt des stylos qu'il casse rapidement.
  • L'oncle Fortescue, le frère de Mary, et pasteur à Providence.
  • L'agent qualifié 'Benvenuto "Baleinos" Balesteros Junior, cent trente kilos, apparaît dans les tomes 2 et 7 (où il meurt suite à une blessure en intervention).
  • "Le Cardiologue", Il vient voir sa mère Mary à domicile dans plusieurs tomes
  • Clarence Chessnick, pharmacien, apothicaire, herboriste qui confectionne les tisanes qui soulagent Mary et son cœur souffrant. Il a une liaison avec son employée, Margaret, beaucoup plus jeune que lui. Il apparaît (ou est cité) dans les tomes 4 et 5.
  • Les sans-abri, présents à tous les coins de rue.

Thèmes principaux[modifier | modifier le code]

  • La police, la vie de flic à New York.
  • La religion, en particulier la religion chrétienne.
  • La mort, omniprésente dans tous les albums (excepté Tu ne buteras point), et souvent
  • La violence, principalement urbaine, présente dans tous les albums.
  • La rupture entre le monde réel et celui des apparences, notamment au travers de la dualité de sa personnalité, de la société telle que perçue par la mère en contradiction avec la réalité que connaît le policier.
  • La démythification de l'univers du polar, la frontière souvent floue entre Bien et Mal

Publication[modifier | modifier le code]

Revues Spirou[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Soda tente d'arrêter Larcey, une ex-infirmière qui a juré de se venger de Lincoln, un médecin aux méthodes peu orthodoxes, qui a mis un contrat sur sa tête.
Soda raconte à un de ses collègues son arrivée à New York, comment il en est arrivé à devenir policier et à mentir à sa mère sur son véritable métier. Logé dans un immeuble minable, il fait la connaissance de ses voisins dont un écrivain raté qui décide de l'embaucher pour lui "confectionner" des personnages à partir des autres locataires de la copropriété pour le besoin de ses livres.
Le révérend de Providence rend visite à Mary qui lui propose d'assister David dans son rôle de pasteur. Paniqué, le policier loue une "paroisse" et se sert d'un convoi de prisonniers comme fidèles. Mais les criminels en profitent pour s'échapper et capturer le révérend.
Soda doit retrouver un billet de cent dollars spécial avant un tueur à gages qui, s'il y arrive, connaîtra le nom de sa prochaine cible. Ledit billet va passer entre les mains de nombreux personnages, tous liés entre eux de la même manière : un certain "Dieu".
Soda s'engage à retrouver la fillette d'un témoin principal dans une grosse affaire, qui a été enlevée. Il soupçonne vite une abbaye du centre-ville d'abriter les ravisseurs.
Pendant que sa mère patiente à l'hôpital pour des examens, Soda mène l'enquête sur la mort mystérieuse d'une jeune femme. Cette affaire va le mener à découvrir un véritable complot visant une personnalité importante de New York.
Soda fait équipe avec un nouveau collègue qui n'a pas hésité à laisser son prédécesseur se faire poignarder pour se retrouver avec notre héros. Ce dernier ne semble pas se méfier de ce collaborateur qui semble un peu trop parfait. Un scénario très travaillé.
Soda parvient à arrêter un homme puissant. Ce dernier, revanchard, pose un contrat sur la tête de Mary, la mère de David. Le fiston a alors fort à faire : comment cacher son identité de policier à sa génitrice quand tous les apprentis tueurs de New York rêvent de la tuer ?
Soda et sa mère partent en vacances à Providence, ville où ils ont vécu avant la mort du père de David, qui était lui aussi policier. Mais quelques malfrats locaux, apparemment responsables du crime, redoutent une vengeance du fils.
Lors d'une course-poursuite, Soda a un accident. Le choc est si violent qu'il en oublie qu'il est policier et pense qu'il est réellement pasteur. Sa collègue Linda va tout faire pour l'aider à retrouver la mémoire malgré la réticence du principal intéressé. Mary elle-même trouve que son fils a changé.
David se pose des questions et serait prêt à passer du côté obscur pour toucher dix millions et prendre une retraite anticipée avec sa mère. Mais cette dernière lui cache quelque chose : elle est tombée amoureuse d'un riche Sicilien…
Lors d'une intervention, Soda exécute un tueur à la solde d'une agence de service spéciaux. Celle-ci exerce un chantage afin de contraindre le policier à terminer la mission de son agent…

Adaptation[modifier | modifier le code]

En 2009, le réalisateur Nicolas Bary indique qu'il prépare une adaptation cinématographique de Soda, pour laquelle il a obtenu les droits en 2008. Il dit notamment « Nous sommes en écriture depuis plusieurs mois et nous espérons le tourner en 2010[5] » au Canada et à New York[6]. L'adaptation ne sera finalement pas mise en chantier à la date prévue mais le projet demeure en cours d'élaboration .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Soda dans le journal de Spirou », sur BD Oubliées (consulté le 2 octobre 2010)
  2. a, b et c . Stéphane L., « Interview BD : Luc Warnant », sur Brussels BD Tour,‎ Août 2007 (consulté le 2 octobre 2010)
  3. http://seuls.over-blog.org/
  4. https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10150509323674199&set=a.10150134763029199.335670.709349198&type=1&ref=nf
  5. Séverine Lajarrige, « INTERVIEW de Nicolas Bary, réalisateur de Les enfants de Timpelbach », sur CinéDirectors (consulté le 2 octobre 2010)
  6. « Une adaptation de "Soda" au cinéma ? », sur Actua BD,‎ 9 janvier 2009 (consulté le 2 octobre 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]