Aérodrome de Saint-Hubert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec la base aérienne de Saint-Hubert (code OACI : EBSU) ni l’aéroport de Saint-Hubert (au Québec, code CYHU)
Aérodrome de Saint-Hubert
Localisation
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Ville Saint-Hubert
Date d'ouverture 1930
Coordonnées 50° 02′ 09″ N 5° 24′ 15″ E / 50.03583, 5.4041750° 02′ 09″ Nord 5° 24′ 15″ Est / 50.03583, 5.40417  
Altitude 563 m (1 847 ft)

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Aérodrome de Saint-Hubert
Pistes
Direction Longueur Surface
05 L / 23 R 600 x 42 m Herbe
05 R / 23 L 600 x 42 m Herbe
14 L / 32 R 799 x 42 m Herbe
14 R / 32 L 799 x 42 m Herbe
Informations aéronautiques
Code OACI EBSH
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire IDELUX
Site web gestionnaire Consulter
Site web aéroport Consulter

L'aérodrome de Saint-Hubert (code OACI: EBSH) est un aérodrome belge situé à Saint-Hubert, en province de Luxembourg dans la région Wallonne. Il est essentiellement dévolu au vol à voile dont il héberge le Centre National et à l'aviation légère et de tourisme ainsi qu'à la voltige aérienne et à l'apprentissage du pilotage.

C'est le second plus haut aérodrome de Belgique (563 m) juste après la base aérienne de Saint-Hubert. Il possède deux doubles pistes en herbe, presque perpendiculaires.

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

L'aérodrome de Saint-Hubert fut créé en 1930[1]. Il a servi d'école d'aviation dès 1934 sous l'autorité du Capitaine Orta, de centre d'entretien pour DC-3 de l'armée américaine en 1945. Il fut cédé à l'État belge en 1946 et servit alors d'aérodrome de dérivation avec celui d'Ostende, au cas où celui de Melsbroek (Bruxelles national) en venait à être inutilisable. L'Aéroclub des Ardennes y exerce ses activités depuis 1958 avec un planeur Prefect et un Rhönlerche.

L'arrivée du vol-à-voile[modifier | modifier le code]

On y installe le Centre national de vol à voile (CNVV) en 1960, qui était précédemment à Temploux. En 1962, le parc de planeurs se composait d´un Mucha (OO-ZSP), d´un Av 36, d´un Préfect (OO-ZSH), d´un Rhonlerche (OO-ZUK) et d´un Tiger-Moth (OO-EVM) servant d'avion remorqueur. En 1963, un Javelot (OO-ZJO) et en 1964 un Ka 7 (OO-ZDF). À l'heure actuelle ce parc compte quatre ASK-13, cinq Ka8b, deux ASK-21, deux ASK-23, un LS-1, un LS-4 et un Janus C.

En 1992, la gestion de l'aérodrome passe de la Régie des Voies aériennes à la Région wallonne et au Ministère de l'Équipement et des Transports (MET). En 2009, l'intercommunale provinciale IDELUX, rachète l'aérodrome.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situé au cœur de l'Ardenne, dans un espace aérien non contrôlé, à quelques kilomètres au nord de Saint-Hubert, il est accessible via l'E411 prenant ensuite la N89[2].

Coordonnées géographiques[modifier | modifier le code]

Pistes[modifier | modifier le code]

Un planeur sur l'une des quatre pistes de l'aérodrome.

L'aérodrome possède deux doubles pistes en herbe presque perpendiculaires:

  • Les pistes 05 / 23 gauche et droite qui mesurent 600 m de long et 42 m de large.
  • Les pistes 14 / 32 gauche et droite qui mesurent 1 799 m de long et 42 m de large.

Radio[modifier | modifier le code]

  • « Saint-Hubert Tour » et VDF Homer sur 122.175 et 123.000.

Services[modifier | modifier le code]

Hangars[modifier | modifier le code]

L'aérodrome dispose de cinq hangars pour avions et aéronef de différentes tailles. Ils peuvent être loués.

Organismes et écoles[3][modifier | modifier le code]

  • Le CNVV : Centre National de Vol à Voile.
  • Hub'Air : école de pilotage.
  • Air Loisirs : société de découverte de l'aviation (Baptêmes de l'air...)
  • Aéro-Club Royal des Ardennes : association de pilotes vélivoles et avions
  • Aéro-Club universitaire de Louvain : regroupe en majorité des élèves ou anciens élèves de l'UCL qui pratiquent le vol à voile
  • Faucheurs de Marguerites : club rassemblant principalement des amateurs de machines anciennes

Projets futurs[modifier | modifier le code]

Depuis le rachat par l'intercommunale luxembourgeoise IDELUX, celle-ci a décidé d'investir dans l'aérodrome sur trois grands chantiers[4]:

  • Un nouvel atelier mécanique de 1 200 m2 est prévu afin de remplacer l'ancien.
  • Une nouvelle piste en dur prévue pour l'horizon 2013.
  • un centre de formation de techniciens en aéronautique.

Accidents et incidents[modifier | modifier le code]

  • Le 8 septembre 2012 un vénérable biplan Boeing Stearman s'est abimé lors du décollage, blessant le pilote et le copilote[5].
  • Le 13 août 2010 un planeur piloté par une jeune stagiaire de 17 ans s'est écrasé non loin de l'aérodrome tuant la seule occupante de l'appareil[6]. Il s'agirait d'une erreur de pilotage ayant provoqué une vrille*
  • Rapport et enquête d'accident sur le site du Ministère des Transports[7]

Note et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]