Aventures électroniques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aventures électroniques
4e album de la série Yoko Tsuno
Auteur Roger Leloup
Couleurs Studio Leonardo

Thèmes Bande dessinée
Personnages principaux Yoko Tsuno
Pol Pitron
Lieu de l’action Terre (Belgique / Europe)

Éditeur Dupuis
Première publication 1974
ISBN 2-8001-0669-7
Nb. de pages 44 pages

Prépublication Journal de Spirou (1970-1971)
Albums de la série Yoko Tsuno
Précédent La Forge de Vulcain (1973) Message pour l'éternité (1975) Suivant

Aventures électroniques est le quatrième album de la série Yoko Tsuno, écrite et dessinée par Roger Leloup, sorti en 1974.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Hold-up en hi-fi (avec Maurice Tillieux)[modifier | modifier le code]

Yoko est témoin d'un braquage à la Banque Nationale. Menant sa propre enquête, elle aidera le commissaire Lebrun à démasquer les coupables. Cette histoire a été publiée dans le Journal de Spirou no 1693 du 24 septembre 1970[1]

L'Ange de Noël[modifier | modifier le code]

Yoko rencontre par hasard Annick, une petite fille déguisée en ange. Dépannant le riche industriel M. Hoserpower, elle offrira au père d'Annick un contrat de travail chez ce dernier. Cette histoire de deux pages a été publiée dans le Journal de Spirou no 1706 de la veille de Noël le 24 décembre 1970[1]

La belle et la bête (avec Maurice Tillieux)[modifier | modifier le code]

Yoko est aux prises avec Jean Lemoine, un savant fou se servant d'un "multiplicateur de force" pour commettre ses méfaits déguisé en pithécanthrope. Cette histoire a été publiée dans le Journal de Spirou no 1709 du 14 janvier 1971[1]

Cap 351[modifier | modifier le code]

Procédant à des essais d'une fusée postale dans les Alpes bavaroises, Yoko réduit à néant les plans de terroristes voulant faire échouer une conférence commerciale entre les deux Allemagnes.

Du miel pour Yoko[modifier | modifier le code]

Yoko et Pol découvrent des abeilles porteuses de microfilms. Celles-ci servaient à M. Karensky, un espion qui souhaitait réutiliser à son propre compte les résultats d'une expérience menée par le centre de recherche de Clévy. Les deux amis feront échouer son plan. Influencée par l'intérêt de l'auteur pour l'apiculture, cette histoire a été publiée dans le Journal de Spirou no 747 du 7 octobre 1971[1], soit dans le numéro suivant la fin de la prépublication du Trio de l'étrange bien que cette histoire courte ait été réalisée antérieurement.

L'araignée qui volait[modifier | modifier le code]

Pol découvre de nuit une araignée mécanique dévalisant une bijouterie. Avec l'aide de Yoko, il découvrira les coupables. Ceux-ci séquestraient le concepteur du robot, M. Dubois, qui arrêtera les gangsters grâce à son araignée alors que ceux-ci tentaient de fuir, en se servant de Yoko comme otage.

Personnages[modifier | modifier le code]

Trio :

Vic Vidéo n'apparaît pas dans cet album.

Lieux[modifier | modifier le code]

Origine de l'album[modifier | modifier le code]

Cet album est la réédition de plusieurs histoires courtes des publiées avant la première histoire en 44 planches qui mettent en scène principalement Yoko, et ayant un rapport avec l'électronique. La couverture de l'album, réalisée plusieurs années après les histoires courtes, tranche avec le dessin des planches.

Cet album a été re-publié en 2008 dans le sixième volume de l'Intégrale Yoko Tsuno : Robots d'ici et d'ailleurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Aventures électroniques », yokotsuno.com (consulté le 26 décembre 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]