Voltairine de Cleyre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Voltairine de Cleyre

Description de cette image, également commentée ci-après

Photographie de Voltairine de Cleyre
Philadelphie, Noël 1891

Nom de naissance Voltairine de Cleyre
Naissance 17 novembre 1866
Leslie (en)
Décès 20 juin 1912 (à 45 ans)
Chicago
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Voltairine de Cleyre à Philadelphie en 1901.

Voltairine de Cleyre, née le 17 novembre 1866 à Leslie (en), Michigan et morte le 20 juin 1912 à Chicago, était une activiste anarchiste américaine qu’Emma Goldman désignait comme « la femme anarchiste la plus douée et la plus brillante que l’Amérique ait jamais produite. »[1]

Biographie[modifier | modifier le code]

Voltairine de Cleyre est née dans une famille pauvre de la classe ouvrière. Sa mère, Harriet Elizabeth Billings est américaine et son père, Hector De Claire, est né à Lille (1836) dans le nord de la France et récemment immigré aux États-Unis. Elle doit son prénom à l’admiration de son père pour Voltaire, mais on la surnomme très vite Voltai. Vers 1887-88 elle changera son nom pour de Cleyre. En 1880, après la séparation de ses parents, son père la recueille et la place dans un couvent. Cette expérience, associée aux liens de sa famille avec le mouvement abolitionniste et le Chemin de fer clandestin, la dureté et la persistance de la pauvreté dans laquelle elle a grandi ajoutée à son nom de baptême, l’a rendue athée. Ceci a certainement contribué à la rhétorique radicale qu’elle a développée peu de temps après son adolescence.

Elle commence à s’impliquer dans le mouvement libre-penseur (principalement anti-catholique et anticlérical) après sa sortie du couvent en donnant des conférences et des articles aux périodiques libres-penseurs. Au début des années 1880, sa présence dans le mouvement libre-penseur est influencée par Thomas Paine et surtout Mary Wollstonecraft, ainsi que de Henry David Thoreau, Big Bill Haywood, Clarence Darrow, et plus tard Eugene Debs.

En 1887, elle découvre le socialisme : « Pour la première fois j’entendais parler de moyens pour améliorer les conditions de vie de la classe ouvrière qui prenait en compte les circonstances du développement économique. Je me ruai sur cette idée comme quelqu’un qui a erré dans l’obscurité se précipité vers la lumière. »[2] Elle devient anarchiste après la pendaison, le 11 novembre 1887, des quatre anarchistes accusés à tort d’avoir posé une bombe au cours de l’émeute de Haymarket Square, attentat qui fit sept morts. Le procès de ces « martyrs de Chicago » (ils étaient huit inculpés au total) s’est déroulé dans une hystérie collective contre les anarchistes. « Jusqu’alors, je croyais en la justice essentielle de la loi américaine, au procès par un jury, après cela, je n’ai jamais pu », écrit-elle dans un essai autobiographique publié en 1914.

Connue pour être une excellente oratrice et rédactrice, Voltairine de Cleyre, possédait, selon son biographe Paul Avrich, « un talent littéraire plus grand que celui de n’importe quel autre anarchiste américain » et, selon E. Goldman, en tant qu’avocate inlassable de la cause anarchiste dont « l’ardeur religieuse marquait tout ce qu’elle entreprenait […] Sa nature tout entière était celle d’une ascète. »

Emma Goldman, qui estimait Voltairine de Cleyre, a écrit un essai en sa défense. Cependant, les deux femmes étaient en désaccord sur quelques points-clé. Voltairine de Cleyre a commencé à fréquenter pour plusieurs années les anarchistes individualistes dont elle a adopté les idées. Dans son essai de 1894 intitulé In Defense of Emma Goldman and the Right of Expropriation, (Défense d’Emma Goldman et du droit d’expropriation), elle a soutenu le droit d’expropriation tout en restant neutre en ce qui concerne la tentative de le faire appliquer : « Je ne pense pas que la moindre parcelle de chair humaine sensible vaille tous les droits de propriété de la ville de New York… Je dis que c’est à vous de décider si vous mourrez de faim ou de froid à la vue de vivres et de vêtements, hors de prison ou si vous commettrez quelque acte manifeste contre l’institution de la propriété […] Et en disant ceci, je ne cherche pas à remettre en cause ce que Mlle Goldman fait par ailleurs. Nos vues divergent en ce qui concerne l’économie et la morale […] Miss Goldmann est communiste et je suis individualiste. Elle désire abolir le droit de propriété tandis que je désire le soutenir. »

Par la suite, Voltairine de Cleyre a néanmoins fini par rejeter également l’individualisme : « Le socialisme et le communisme exigent un degré d’effort commun et d’administration qui engendrerait plus de règles qu’il n’en faudrait pour être conforme à l’anarchisme idéal ; reposant sur la propriété, l’individualisme et le mutualisme impliquent un développement du policier privé entièrement incompatible avec ma notion de la liberté. » Elle est devenue, à la place, l’une des avocates les plus en vue d’un « anarchisme sans adjectifs », une faction de l’anarchisme se concentrant sur l’harmonie entre ses diverses factions, et n’a rien préconisé au-delà de la conception de base de l’anarchisme comme idéologie anti-étatiste et anticapitaliste. Dans The Making of an Anarchist (Biographie d’une anarchiste), elle écrit : « Je ne me m’appelle plus autrement que simple anarchiste. »

Affiche annonçant un mémorial quelques jours après la mort de Voltairine de Cleyre.

Dans son essai de 1912, largement cité aujourd’hui, en défense de l’action directe, elle souligne des exemples tels que ceux de la Boston Tea Party en faisant remarquer que « l’action directe a été toujours employée et jouit de la sanction historique de ceux-là même qui la réprouvent actuellement. »

Son essai de 1914, Sex Slavery (l’Esclavage sexuel), condamne les idéaux de beauté qui encouragent des femmes à se déformer le corps et les pratiques éducatives qui forment de façon artificielle les enfants selon qu’ils appartiennent à un sexe ou un autre. Le titre de l’essai réfère non pas à la prostitution, bien que ce sujet soit également mentionné, mais plutôt aux lois du mariage permettant aux hommes de violer leurs épouses sans conséquences. De telles lois font de « chaque femme mariée ce qu’elle est, une esclave qui prend le nom de son maître, le pain de son maître, les ordres de son maître et sert ses passions. »

Voltairine de Cleyre s’est également opposée avec force à l’existence d’une armée en temps de paix, arguant du fait que son existence rend les guerres plus probables. Dans son essai de 1909 intitulé Anarchism and American Traditions (L’anarchie et les traditions américaines), elle propose, afin d’obtenir la paix, que « toutes les personnes aimant la paix devraient retirer leur soutien à l’armée et exiger de tous ceux qui souhaitent faire la guerre qu’ils la fassent à leurs propres frais et à leurs propres risques ; que ni salaire ni pension ne soit octroyés à ceux qui choisissent de faire commerce d’homicide. »

Voltairine de Cleyre était proche de Dyer D. Lum, « son professeur, son confident, son camarade » et inspirateur. Le 12 juin 1890, elle a donné naissance à un fils, Harry, engendré par le libre-penseur James B. Elliot.

Sujette toute sa vie à la dépression et à la maladie, elle a essayé de se suicider au moins à une occasion et a survécu à une tentative d’assassinat le 9 décembre 1902. Son assaillant, Herman Helcher, était un ancien élève auquel elle a pardonné plus tard, écrivant : « Ce serait un outrage à la civilisation s’il était envoyé en prison pour un acte qui était le produit d’un esprit malade ». Elle est morte d’une méningite septique lors d'une opération à l'hôpital de Sainte-Marie de Nazareth, à Chicago, dans l'Illinois.

Un recueil de ses discours, The First Mayday: The Haymarket Speeches, 1895-1910 (Le premier 1er mai : Les discours de Haymarket, 1895-1910) ont été édités par le Libertarian Book Club en 1980 et en 2004, AK Press a également publié un manuel, The Voltairine de Cleyre Reader, édité par AJ Brigati.

Publications[modifier | modifier le code]

  • (fr) De l'Action directe, Voltairine de Cleyre, éditions du Sextant, 2010. Texte traduit, annoté et présenté par Yves Coleman.
  • (fr) Anarchisme et traditions américaines, Voltairine de Cleyre, éditions du Sextant, 2012. Texte traduit et annoté par Isabelle Pivert, préface de Chris Crass traduite par Yves Coleman.
  • (fr) D'espoir et de raison. Écrits d'une insoumise, Lux Éditeur, 2008. Textes réunis et présentés par Normand Baillargeon et Chantal Santerre.
  • (fr) Le mariage est une mauvaise action, Voltairine de Cleyre, éditions du Sextant, 2009. Texte traduit, annoté et présenté par Yves Coleman.
  • (fr) De l'Action directe, le passager clandestin, 2009. Texte présenté par Normand Baillargeon. Conférence de Voltairine de Cleyre sur l'action directe (1912).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Femmes et anarchistes - Voltairine de Cleyre et Emma Goldman, BlackJack éditions, mars 2014, (ISBN 978-2-91806-334-6), notice éditeur.
  • Normand Baillargeon, « Voltairine et nous », Le Monde libertaire, no 1557, 21 mai 2009, p. 15 à 17.
  • Ronald Creagh, Histoire de l'anarchisme aux États-Unis d'Amérique : les origines, 1826-1886, Claix : Pensée sauvage, 1981, texte intégral.
  • (en) Paul Avrich, An American Anarchist: the life of Voltairine de Cleyre, Princeton : Princeton University Press, 1978.
  • (en) Eugenia C. DeLamotte, Gates of Freedom: Voltairine de Cleyre and the Revolution of the Mind, Ann Arbor : University of Michigan Press, 2004.
  • (en) Sharon Presley et Crispin Sartwell, Exquisite Rebel: The Essays of Voltairine De Cleyre - Anarchist, Feminist, Genius, Albany : State University of New York Press, 2005.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Normand Baillargeon, op. cité & (en) Voltairine De Cleyre par Emma Goldman.
  2. N. Baillargeon, op. cité, p. 16