Adolphe Retté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Adolphe Retté

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Adolphe Retté

Autres noms Harold Swan, Robert Abry
Naissance 25 juillet 1863
Paris
Décès 8 décembre 1930
Beaune
Langue d'écriture Français
Mouvement symboliste
Genres Poésie

Adolphe Retté, né à Paris le 25 juillet 1863 et mort à Beaune le 8 décembre 1930, est un poète symboliste et écrivain anarchiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Adolphe Retté (1894).
Portrait charge par Widhopff (1898).

Issu d'une famille protestante de Montbéliard du côté paternel, ardennaise catholique du côté maternel, il est élevé, à partir de 1867, dans un climat de liberté à 8 km de Liège dans une villa à Cheret, par son grand-père maternel, Adolphe Borgnet, ancien recteur de l'université de Liège, plutôt anticlérical, qui meurt en 1875.

De 1874 à 1880, il est pensionnaire au collège Cuvier de Montbéliard. De 1881 à 1886, il est engagé volontaire dans l'armée. En janvier 1887, il s'installe à Paris et se consacre à la littérature.

Il se marie avec sa cousine Marie Renoz en septembre 1888. Il publie son premier recueil Cloches en la nuit en 1889, puis Thulé des Brumes en 1891, qui rencontre le succès. Entre temps, il est secrétaire de la revue La Vogue, deuxième époque.

Au cours de l'année 1893, il remet en cause l'autorité morale en devenant anarchiste et l'autorité esthétique en attaquant Mallarmé mais aussi l'école romane qui regroupe les tenants d'un renouveau poétique ancré en Méditerranée défendu par Jean Moréas, en publiant des textes dans les revues L'Ermitage (à laquelle il participe activement au début) et La Plume.

En 1894, il s'installe à Guermantes avec Marie Renoz.

Son art poétique commence profondément à évoluer : on peut le considérer comme le précurseur du « naturisme » (qui reprenait le naturalisme d'un Zola, tout en s'opposant à l’hermétisme mallarméen et au décadentisme, privilégiant l'étude de la vie quotidienne) lancé dès janvier 1897 par Saint-Georges de Bouhélier et Maurice Le Blond. Fin 1898, éclate la querelle avec André Gide, au départ sympathisant du mouvement.

En 1906, Retté se convertit au catholicisme. Son écriture désormais se veut missionnaire. Il renie ses œuvres antérieures, mis à part son ouvrage Le Symbolisme et certains poèmes.

Il termine sa vie à Beaune dans la pauvreté, au 4 de la place Monge, non loin du couvent des petites sœurs dominicaines, ses protectrices.

Ses archives sont aujourd'hui déposées aux Archives municipales de Beaune.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Cloches en la nuit, L. Vanier, Paris, 1889. Texte en ligne
  • Thulé des Brumes, Bibliothèque artistique et littéraire, Paris, 1891. Texte en ligne
  • Une belle dame passa, L. Vanier, Paris, 1893.
  • L'Archipel en fleurs, Bibliothèque artistique et littéraire, Paris, 1895.
  • Trois dialogues nocturnes, L. Vanier, Paris, 1895. Texte en ligne
  • La Forêt bruissante, Bibliothèque artistique et littéraire, Paris, 1896.
  • Aspects, Bibliothèque artistique et littéraire, Paris, 1897. Texte en ligne
  • XIII Idylles diaboliques, Bibliothèque artistique et littéraire, Paris, 1898.
  • Œuvres complètes, Bibliothèque artistique et littéraire, Paris, 2 volumes, 1898. Texte en ligne 1 2
Contient : Poésie. I, Cloches dans la nuit. Une belle dame passa. 1887-1892. Prose. I, Rapports sexuels. Passantes. Paradoxe sur l'amour. Trois dialogues nocturnes. Un assassin.
  • Arabesques, Bibliothèque artistique et littéraire, Paris, 1899.
  • La Seule Nuit (roman), Bibliothèque artistique et littéraire, Paris, 1899. Texte en ligne
  • Dans la Forêt, L. Vanier, Paris, 1903.
  • Mémoires de Diogène, E. Fasquelle, Paris, 1903.
  • Le Symbolisme, anecdotes et souvenirs, L. Vanier, Paris, 1903. Texte en ligne
  • Du Diable à Dieu, histoire d'une conversion, A. Messein, Paris, 1907. Texte en ligne
  • Au pays des lys noirs, souvenirs de jeunesse et d'âge mûr, P. Téqui, Paris, 1913. Texte en ligne
  • Une privilégiée de la Sainte Vierge, Louise Ripas, Bloud & Gay, Paris, 1922.
  • Léon Bloy, essai de critique préalable, Bloud & Gay, Paris, 1923. Texte en ligne
  • La Maison en ordre, comment un révolutionnaire devint royaliste, Nouvelle librairie nationale, Paris, 1923. Texte en ligne
  • Le Règne de la bête, A. Messein, Paris, 1924. Texte en ligne
  • La Basse-cour d'Apollon, mœurs littéraires, A. Messein, Paris, 1926. Texte en ligne
  • Jusqu'à la fin du monde, A. Messein, Paris, 1926. Texte en ligne
  • Un séjour à Lourdes, journal d'un pèlerinage à pied, L. Vanier / A. Messein, Paris, 1926.
  • Réflexion sur l'anarchie, Promenades subversives, Groupe de propagande par la brochure, Paris, 1932. Texte en ligne
  • En attendant la fin, A. Messein, Paris, 1933.

Sur les autres projets Wikimedia :