Pietro Gori

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gori.
Pietro Gori

Pietro Gori, né à Messine (Sicile) le 14 août 1865 et mort à Portoferraio (île d'Elbe) le 8 janvier 1911, était un anarchiste italien de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1889, Pietro Gori obtient une licence de droit à l’université de Pise et devient avocat. Il s’implique alors énormément dans le mouvement anarchiste et devient l’une des figures importantes de celui-ci en Italie. Il participe ainsi en 1891 au congrès de Capolago qui réunit diverses personnalités de l’anarchisme italien de l’époque.

En 1894, il est contraint à l’exil pour échapper à la répression qui s’abat sur les anarchistes en Italie. Il se réfugie dans un premier temps à Lugano (Suisse) où il poursuit un temps ses activités politiques en compagnie d’autres exilés anarchistes avant d’être expulsé par les autorités locales vers la frontière allemande. C’est à ce moment qu’il compose la célèbre chanson Addio Lugano bella.

Il donne alors des conférences au Royaume-Uni avant de retourner en Italie en 1898 pour défendre plusieurs anarchistes (parmi lesquels Errico Malatesta) inculpés à la suite de la grève générale contre l'augmentation des prix. Contraint de s’exiler une seconde fois, il part à Buenos Aires où il dirige la revue Criminologia moderna. En 1901 il participe au congrès constitutif de la FOA (Federación Obrera Argentina) qui deviendra quelques années plus tard la FORA.

En 1903, il revient en Italie et fonde avec Luigi Fabbri le journal anarchiste Il Pensiero (La pensée).

Il meurt le 8 janvier 1911 à Portoferraio (île d'Elbe) en Toscane, à l'âge de 45 ans.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les procès anarchistes : défense faite par Pietro Gori devant le tribunal de Gênes : 2 juin 1894, préf. et trad. Samuel Vergine, Paris, Groupe de propagande par la brochure, La Brochure mensuelle, n°153, septembre 1935, notice.
  • Claude Cantini, Pour une histoire sociale et antifasciste: contributions d'un autodidacte, Lausanne, Éditions d'En bas, Association pour l'étude de l'histoire du mouvement ouvrier (AEHMO), 1999, page 27.

Notices[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]