August Spies (anarchiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

August Spies

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Photographie d'August Spies (1886)

Nom de naissance August Vincent Theodore Spies
Naissance 10 décembre 1855
Décès 11 novembre 1887 (à 31 ans)
Profession Tapissier
Administrateur de société
Le 11 novembre 1887, à Chicago, à 11h 30 dans la cour de la prison, exécution par pendaison des anarchistes August Spies, Albert Parsons, Adolph Fischer, George Engel.

August Vincent Theodore Spies (Friedewalde (Hesse-Cassel) 10 décembre 1855 - Chicago, 11 novembre 1887) est un activiste anarchiste américain qui fut pendu pour des raisons douteuses suite à l'attentat à la bombe contre la police à Haymarket Square.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père était employé forestier à Kurbesse. Élevé par les maîtres de la maison, il fut envoyé plus tard à Kassel où il entra à Polytechnique afin de préparer sa profession forestière. À 16 ans, il était déjà géomètre et à 17 libre penseur. Passionné par les études, mais aussi par la lecture, il dévorait les classiques allemands, Feuerbach, Kant, Molleschott, etc.

Il étudiait depuis un an à Kassel quand son père mourut et il dut interrompre ses études. C’est alors que Spies décida d’émigrer en Amérique où vivaient des parents très aisés de sa mère. En 1872, il débarqua à New York. Sur le conseil d’un oncle, qui habitait cette ville, il se mit à apprendre le métier de tapissier. À cette époque, il était encore fervent admirateur de Bismarck et de l’empereur allemand. Du socialisme, il ne savait strictement rien. À peine avait-il lu çà et là quelques lignes sur la Commune de Paris et il croyait que les socialistes et les communistes ne voulaient que détruire toute propriété. Spies considérait cela comme une monstrueuse absurdité.

Après avoir appris son métier, il décida d’aller explorer l’Ouest, mais comme il ne trouva sur place aucun emploi dans sa profession, il se lança dans le commerce et géra une librairie.

En 1877, il adhéra au mouvement ouvrier, après avoir lu une partie de la littérature socialiste. Membre de la section de Chicago de l'International Working People's Association, il fut extrêmement actif durant la période électorale de 1878, quand le Dr Smith fut présenté comme candidat à l’intendance par les socialistes. Lui-même fut désigné de 1879 à 1881 pour la législation et autres fonctions politiques. En 1880, il avait accepté le poste d’administrateur de l’Arbeiter Zeitung (Le Quotidien du travailleur), qui était au bord de la faillite. Par son travail et ses compétences, il ramena le journal à la prospérité. La rédaction s’intéressait encore à l’agitation politique, mais lorsque s’effectua la scission entre la section socialiste et la tendance social-révolutionnaire, orientée par Johann Most, celle-là suivit Spies.

Au Congrès des socialistes en 1882, à Pittsburg, Spies défendit la propagande social-révolutionnaire, déclarant que les travailleurs n’obtiendraient jamais leurs droits par la voie des urnes et des suffrages. Dès cette époque, il se considérait anarchiste et se mit à étudier Proudhon et Bakounine.

Le 1er mai 1886, plusieurs jours avant le rassemblement de Haymarket Square, Spies menait la marche des 80 000 ouvriers tout au long de Michigan Avenue, dans le cadre de la grève pour la revendication de la journée de huit heures. Spies a été le premier orateur de la manifestation et en repartit avant sa conclusion.

Il a été déclaré coupable avec sept autres coaccusés, et pendu en 1887. Ce jour, le 11 novembre 1887, a été appelé le Black Friday (Vendredi noir). Ses derniers mots ont inspiré nombre d’anarchistes : Le jour viendra où notre silence sera plus fort que les voix que vous étranglez aujourd’hui.

En aucun cas je ne suis partisan des courtes révoltes qui sont dues aux conditions actuelles, déclare-il aussi en 1886, à l’époque de son procès, lors d’une entrevue en prison.

Il est réhabilité en 1893.

Citations[modifier | modifier le code]

« The Haymarket Martyrs »

Dans son autobiographie, publiée par Nina Van Zandt, on peut lire : « Ma philosophie a toujours été que le but de la vie soit seulement l’épanouissement de l’individu et l’application rationnelle de ce principe est la véritable moralité. Le socialisme peut être défini comme une science, comme une forme déterminée d’organisation sociale, tandis que l’anarchisme (la négation de l’autorité imposée) est le fil qui anime toutes les époques de l’évolution sociale et humaine;c’est la lutte pour la souveraineté de l’individu. Bien que dans le concept général je sois anarchiste, je suis aussi pratiquement et spécifiquement socialiste. »

Voici une autre pensée de Spies : « Non, je n’exige pas la terre entière, je veux que tous soient en possession de la terre. Y a-t-il là quelque chose de ridicule ? ».

Publication[modifier | modifier le code]

August Spies, Oscar W Neebe, Michael Schwab, Adolf Fischer, Louis Lingg, The famous speeches of the eight Chicago anarchists in court : when asked if they had anything to say why sentence of death should not be passed on them October 7, 8, and 9, 1886, Chicago, Lucy E. Parsons, publisher, 1910, notice.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notices[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]