Max Nettlau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Max Nettlau

Max Heinrich Hermann Reinhardt Nettlau, (né à Neuwaldegg (aujourd'hui une partie de Vienne, le , mort à Amsterdam le ) était un important historien du socialisme, et de l'anarchisme prussien ou plutôt allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nettlau a étudié la langue celtique et la littérature à Vienne. Mais il s'est vite concentré sur la collecte de documents importants de l'histoire du mouvement anarchiste. Pour cela, il a voyagé à travers toute l'Europe et vivait tour à tour à Londres et à Vienne.

De 1885 à 1890, il fut membre de la Socialist League et, à partir de 1895, du Freedom Group.

En 1934, Max Nettlau publie Esbozo de historia de las Utopias[1]. Selon Régis Messac, cette œuvre documentaire, qui recense et commente les utopies réelles et fictives de l'Antiquité à 1934, « de l'infatigable chercheur, vieil historien du socialisme livre une fois de plus une partie des richesses de son érudition ».

Pendant la crise économique qui a suivi la Première Guerre mondiale, l'inflation fit perdre à Nettlau la fortune héritée de ses parents, ce qui l'a obligé à vivre dans des conditions très précaires. Néanmoins, il continuait de collecter et de publier.

En 1935, Nettlau a mis en vente son immense collection de livres, journaux, archives et autres documents traitant du socialisme et de l'anarchisme à l'Institut international d'histoire sociale.

Nettlau a vécu à Amsterdam de 1938 à sa mort en 1944.

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

  • Michael Bakunin. Eine Biographie (1896-1900)
  • Bibliographie de l'Anarchie (1897)
  • Histoire de l'Anarchie, Le Cercle / La tête de feuille (1971)
  • Geschichte der Anarchie, 7 vol. (seulement 4 publiés)
  • Plusieurs biographies, entre autres sur Errico Malatesta et Élisée Reclus

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Traduit en français par Régis Messac sous le titre « Esquisse d'histoire des Utopies », revue Simplement de 1935 à 1938