Louis Lingg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis Lingg

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Photographie de Louis Lingg

Nom de naissance Louis Lingg
Naissance 9 septembre 1864
Mannheim (Allemagne)
Décès 10 novembre 1887 (à 23 ans)
Chicago (États-Unis)
Profession Menuisier

Louis Lingg (Mannheim, 9 septembre 1864Chicago, 10 novembre 1887) était un anarchiste allemand qui se suicida dans sa cellule après son arrestation comme agitateur dans l'affaire de l'attentat à la bombe de Haymarket Square.

Il fut confectionneur (mais non poseur) de bombes faites de dynamite[1].

Biographie et parcours[modifier | modifier le code]

De parents pauvres, il connut très vite les désagréments de la misère. À treize ans, un évènement le marqua profondément. En hiver, son père qui travaillait pour un négociant en bois était occupé dans la scierie de la localité. Une poutre roula sur la glace du Rhin. Le père essaya de la retirer mais la glace se rompit et il resta immergé. Il fut sauvé mais le froid lui causa une maladie dont il ne se remit jamais. Son employeur fit ses calculs, commença par réduire son salaire et, dans un deuxième temps, prétextant de mauvaises affaires, le limogea.

Louis Lingg devint menuisier et fit son apprentissage dans la Wanderschaft. Il voyagea dans le sud de l’Allemagne et en Suisse. A Berne, il se mit en rapport avec des anarchistes.

À cette époque, le mouvement anarchiste était à son apogée en Suisse. La propagande par le fait, les attentats contre la police de Vienne battaient également leur plein ainsi que les sombres affaires de Merstallinger, Eisert, Lettinger, etc., où Kammerer et Stellmacher furent pendus.

Il arriva à Chicago en 1885 et tout de suite adhéra au mouvement anarchiste, dans lequel il organisa la Chicago’s Carpenters Union. Il y avait dix mois qu’il y était lorsque se déroulèrent les faits de Haymarket Square. Le 16 mars 1888, Freiheit publiait quelques pensées de Lingg qu’il rédigea en prison.

Il écrivait : "S’ils utilisent contre nous des canons, nous utiliserons contre eux la dynamite." Lingg a utilisé son habileté de l’usage de la dynamite pour faire une tentative de suicide, en se faisant sauter une bombe dans la bouche à l’intérieur-même de sa cellule, le jour avant son exécution. Il est mort quelques jours plus tard, en novembre.

Citations[modifier | modifier le code]

« The Haymarket Martyrs »

« Qu'est-ce que l'anarchie ? Une existence humaine digne, durant toute notre vie car elle garantit à tous la parfaite liberté individuelle par laquelle les besoins de l'homme sont satisfaits dans la répartition équitable des productions de la communauté.

La société libre anarchiste trouve ses limites dans celles de la terre. L'anarchie consiste à garantir la plus grande part de bonheur pour tous. Cet objectif s'obtiendra par l'extirpation totale de la domination. Cette domination est personnifiée par les exploiteurs et les tyrans.

Après l'abolition de la domination, les travailleurs s'organiseront en accord avec leurs capacités et leurs besoins.

La centralisation, c'est-à-dire la soumission des divers groupes de production et de consommation sous le contrôle d'un groupe composé d'individus dominateurs ou d'une majorité de gens autoritaires, n'est pas recommandable car elle établirait une nouvelle domination et rendrait illusoires les objectifs évidents de la société libre et anarchiste. »

Die Freiheit, 16 mars 1888

Publication[modifier | modifier le code]

August Spies, Oscar W Neebe, Michael Schwab, Adolf Fischer, Louis Lingg, The famous speeches of the eight Chicago anarchists in court : when asked if they had anything to say why sentence of death should not be passed on them October 7, 8, and 9, 1886, Chicago, Lucy E. Parsons, publisher, 1910, notice.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notices[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ronald Creagh, Histoire de l'anarchisme aux États-Unis d'Amérique : les origines, 1826-1886, La Pensée sauvage, 1981, pages 270 et 280.