Jean Grave

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Grave.

Jean Grave, né le 16 octobre 1854 à Le Breuil-sur-Couze (Puy-de-Dôme) et mort à Vienne-en-Val (Loiret) le 8 décembre 1939, est un activiste important dans le mouvement anarchiste français. Il participe au journal Le Révolté d'Élisée Reclus. Initialement socialiste il devient anarchiste à partir de 1880 et popularise les idées de Pierre Kropotkine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Grave naît en Auvergne, dans une famille pauvre qui quitte cette région en 1860 pour s'installer à Paris, où il commence à étudier à l'école des frères. Il publie en 1892, La société mourante et l'anarchie, vulgarisation des thèses de Kropotkine qui lui vaut par la suite, après le vote des lois scélérates, 2 ans de prison et 1000 francs d'amendes pour provocation au pillage, au meurtre, au vol, à l'incendie, etc.

Il crée, le 4 mai 1895, la revue Les Temps nouveaux qui fait paraître plus de 900 numéros auxquels collaborent des auteurs et artistes comme Kropotkine, Élisée Reclus, Girard, Pierrot, Octave Mirbeau, Félix Fénéon, Camille Pissarro, Maximilien Luce. La revue permet à Émile Armand de découvrir l'anarchisme.

Il écrit aussi Les aventures de Nono, une utopie libertaire pour enfants ; le livre est utilisé dans les écoles modernes, après une traduction d'Anselmo Lorenzo. Il est toutefois moins populaire en France.

Jean Grave est en 1916 l'un des signataires du Manifeste des seize, réunissant plusieurs militants anarchistes de longue date et affirmant un soutien aux gouvernements qui participent à la guerre contre l'Allemagne jusqu’au bout.

Pour sa garde vigilante de la "pure doctrine" communiste libertaire, il reçoit les critiques de plusieurs libertaires dont Victor Serge et Rirette Maîtrejean qui l'accusent de sectarisme. Jean Grave, qui ne supporte pas les individualistes, illégalistes et naturiens, est aussi l’ennemi d'Albert Libertad au sein du mouvement libertaire allant jusqu'à faire courir la rumeur qu’Albert Libertad était un indicateur de police[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La société mourante et l'anarchie (1892)
  • La colonisation (1900) brochure n° 15 des "Temps Nouveaux"
  • Les aventures de Nono, P.V. Stock, 1901
  • Réformes, révolution (1910)
  • Quarante ans de propagande anarchiste, Flammarion, coll. « L'histoire », Paris, 1973, (ISBN 2080606085)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les archives de la police prouvent toutefois que l'intéressé n'a pas été un mouchard

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :