Charles Malato

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caricature de Malato par Delannoy (1909)

Charles Malato (1857-1938) est un écrivain et journaliste anarchiste français. À l'âge de 17 ans, il est déporté en Nouvelle-Calédonie avec ses parents communards. Revenu en France, il est condamné à quinze mois de prison pour « incitation au meurtre, pillage et incendie »[1]. Il s'exile ensuite à Londres. Lors de l'Affaire Dreyfus, il anime le Journal du peuple avec Sébastien Faure et prend part au comité révolutionnaire chargé de répondre aux manifestations nationalistes. Arrêté à la suite d'un attentat contre Alphonse XIII, il est jugé à partir du 27 novembre 1905 et sera acquitté. Entre 1907 et 1914, Charles Malato collabore aux journaux La Guerre sociale et La Bataille syndicaliste. Il était un ami proche de l'éducateur et anarchiste espagnol Francisco Ferrer. Dès le début de la Première Guerre mondiale, il rallie « L'union sacrée » puis signe le « Manifeste des 16 »

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'Assassinat de Ferrer, 1911.
  • Avant l’heure, 1887.
  • Barbapoux, drame satirique en 2 actes, 1901.
  • César, pièce satirique en 2 actes, s.d.
  • Les Classes sociales au point de vue de l'évolution zoologique, 1907.
  • De la Commune à l'anarchie, 1894.
  • Entre deux amours, 1880 ?
  • Les Forains, 1925.
  • La grande grève, roman social, 1905.
  • Les Joyeusetés de l’exil, 1897.
  • Le Nouveau Faust, 1919.
  • Perdu au Maroc, s.d.
  • Philosophie de l'anarchie, 1889.
  • Pierre Vaux ou Les Malheurs d'un instituteur, s.d.
  • Prison fin-de-siècle. Souvenirs de Pélagie.
  • Révolution chrétienne et révolution sociale1891.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Socialisme libertaire

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Alain Accardo, Albert Libertad, Gaetano Manfredonia, Le culte de la charogne, Marseille, Agone, coll. « Mémoires Sociales », 2006 (ISBN 2748900227)

Sur les autres projets Wikimedia :