Saint-Émile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Émile
Localisation du quartier et de son arrondissement dans Québec
Localisation du quartier et de son arrondissement dans Québec
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Ville Drapeau de Québec Québec
Statut Quartier
Arrondissement La Haute-Saint-Charles
Conseiller municipal Steeve Verret
Député provincial
de Chauveau
Gérard Deltell
2008-actuellement
Député fédéral
de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles
Anne-Marie Day
2011-actuellement
Démographie
Gentilé Émilois,
Émiloise
Langue(s) officielle(s) Français
Géographie

Saint-Émile est un des 35 quartiers de la ville de Québec, et un des quatre qui sont situés dans l'arrondissement de la Haute-Saint-Charles. Son nom est celui de l'ancienne municipalité du même nom qui occupait avant 2002 le même territoire.

Portrait du quartier[modifier | modifier le code]

Artères principales[modifier | modifier le code]

  • Avenue Lapierre
  • Rue de la Faune
  • Rue Vézina

Parcs, espaces verts et loisirs[modifier | modifier le code]

  • Parc Réal-Cloutier
  • Parc Roy
  • Parc de la Colline
  • Parc de la Joie de vivre
  • Centre communautaire Saint-Émile

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Émile[1]
    • Cette église a été bâtie en 1926-27, peu de temps après l'érection canonique de la paroisse.

Musées, théâtres et lieux d'expositions[modifier | modifier le code]

Commerces et entreprises[modifier | modifier le code]

Institutions financières[modifier | modifier le code]

Lieux d'enseignement[modifier | modifier le code]

Autres édifices notables[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de Saint-Émile faisait partie d'une concession faite à Robert Giffard[2] en 1647 en agrandissement des terres qu'il possédait déjà. Plus tard la même année, il remet ces terres aux religieuses de l'Hôtel-Dieu de Québec en guise de dot pour sa fille qui entrait comme novice chez les Augustines de l'Hôtel-Dieu. Celles-ci donnèrent le nom de seigneurie Saint-Ignace à leur nouveau domaine, mais n'y installèrent pas d'habitants au départ, par crainte des Iroquois. En 1662 une route appelée Saint-Romain est ouverte[3], et un village du même nom est formé. Il fait partie de la paroisse de Charlesbourg. En 1794, la paroisse Saint-Ambroise est fondée à la Jeune-Lorette (l'actuelle Loretteville) et Saint-Romain, situé au nord-est, en fait partie de même que le village de Saint-Ignace (situé sur l'actuelle rue de la Faune). En 1904 le nom actuel apparaît pour la première fois, avec l'ouverture d'un bureau de poste appelé Saint-Émile-de-Québec. La paroisse a été érigée le 14 août 1925 sous le vocable de saint Émile (rappelant Émile de Carthage, martyr vers 250), et la municipalité a été fondée en 1929. En 2000 sa population atteignait 10 694 habitants[4]. Lors des réorganisations municipales québécoises de 2002, Saint-Émile fut fusionné à Québec et inclus dans l'arrondissement de La Haute-Saint-Charles. Le dernier maire avant la fusion, Renaud Auclair, était le petit-fils du premier maire de la municipalité, Joseph Auclair, élu le 16 octobre 1929. Renaud Auclair a été en fonction de 1983 à 2002.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Description de l'église Saint-Émile sur Les églises de Québec
  2. Album souvenir du 50e anniversaire de Saint-Émile, 1975, sur Nos racines
  3. Commission de toponymie du Québec
  4. La mémoire du Québec, article Saint-Émile (ancienne municipalité)