Titan (mythologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Titan.
Les Titans enchaînés dans le Tartare. Illustration du livre la Divine Comédie de Dante - Les Enfers -, par Gustave Doré, 1857.

Dans la mythologie grecque, les Titans (en grec ancien Τιτάν / Titán et Τιτᾶνες / Titãnes au pluriel) sont les divinités primordiales géantes qui ont précédé les Dieux de l'Olympe. Ils étaient fils d'Ouranos et de Gaïa.

Titans et Titanides[modifier | modifier le code]

Leur nombre varie généralement entre 40 et 50 : dans sa Théogonie, Hésiode reconnaît 20 fils et 20 filles (connues sous le nom de Titanides (en grec ancien Tιτάνις et Tιτάνιδες au pluriel)) qui restèrent neutres durant la guerre des Titans, la Titanomachie, tandis que la tradition orphique mentionne six Titans de chaque sexe.

Sont parfois aussi comptées comme Titans des divinités archaïques, comme par exemple, dans la tradition orphique qui mentionne Phorcys comme 19e Titan et Dioné comme septième Titanide [réf. nécessaire][1]. Le nombre de Titans, en relation avec les sept « planètes » connues des anciens, est également de quatorze dans le Mythe pélasge de la Création tel que l'écrivain britannique et mythographe Robert Graves, bien que parfois jugé peu fiable, a cru pouvoir le reconstituer[2]. Dans une histoire il n'y a que 3 titans vivants...

Mythologie[modifier | modifier le code]

Les premiers enfants d'Ouranos et de Gaïa étaient les trois Hécatonchires, chacun ayant cent mains, et les trois Cyclopes, chacun ayant un œil unique. Les douze Titans vinrent après.

Cependant, Ouranos, premier maître du monde, considérant sa progéniture comme monstrueuse et craignant pour sa couronne, expédia les Hécatonchires et les Cyclopes dans le Tartare, la région la plus basse des Enfers. Puis, il s'unit à Gaïa et, restant en elle, empêcha ses autres enfants, les Titans, de sortir du ventre de leur mère.

Cronos, armé de sa faucille ; d'après une gemme gravée (Aubin-Louis Millin de Grandmaison, Galerie mythologique, 1811).

Furieuse, Gaïa incita les Titans à renverser Ouranos, mais seul Cronos (le plus jeune) réagit. Il coupa le pénis de son père avec une faucille que Gaïa avait fabriquée dans son ventre. Ouranos se détacha de Gaïa, et son sexe tomba dans la mer. Ainsi fécondés par le sexe d'Ouranos, les flots formèrent une écume d'où, au large de l'île de Cythère, naquit Aphrodite, comme le suggère l'étymologie de son nom (en grec, Ἀφρός / Aphrós signifie écume). Selon Élien, Aphrodite serait née à l'intérieur d'un coquillage et c'est dans ce coquillage qu'elle serait arrivée à Cythère.

Selon certaines sources, les Érinyes (appelées Furies par les Romains) ainsi que les Géants seraient également nés de cette ultime fécondation d'Océan par Ouranos ; selon d'autres sources, ce serait plutôt Gaïa, fécondée par le sang d'Ouranos, qui aurait engendré les Érinyes, les Méliades et les Géants.

Avec l'aide des Hécatonchires et des Cyclopes qu'il avait libérés du Tartare, Cronos renversa Ouranos et devint ainsi maître du monde et des cieux ; mais, craignant à son tour qu'un de ses proches ne lui ravisse la place, il les renvoya dans le Tartare.

Rhéa, l'épouse du Titan Cronos.

Il prit aussi l'habitude d'avaler ses propres enfants mis au monde par sa sœur Rhéa car sa mère, Gaïa, avait prophétisé que, comme son père, il serait détrôné par un de ses enfants.

À nouveau enceinte, Rhéa se réfugie en Crète et met au monde son dernier né, Zeus, dans une caverne du Mont Ida, et afin de le protéger de son père, elle donne à celui-ci une pierre enveloppée d'un lange en prétendant qu'il s'agit là du dernier-né. Zeus, bébé, est nourri par la chèvre Amalthée et élevé par les nymphes Ida et Adrasthée. Les Curètes devaient faire un bruit permanent afin que Cronos n'entende pas son fils pleurer.

Devenu adulte, Zeus se révolta contre la tyrannie de son père. Il demanda tout d'abord à l'Océanide Métis de l'aider ; celle-ci fit avaler à Cronos un puissant vomitif et ce dernier se mit à rendre d'abord la pierre puis les enfants qu'il avait avalés. Ensuite, avec l'aide de ses frères, Zeus engagea et gagna la Titanomachie, la guerre contre Cronos et les Titans qui lui étaient restés fidèles. Durant cette guerre, Zeus sauva également les Hécatonchires et les Cyclopes, toujours détenus dans le Tartare. Il est aidé en cela par Argès, Brontès et Stéropès, qui lui fournirent la foudre.

Après sa victoire, Zeus partage le monde avec ses frères Poséidon et Hadès. Zeus obtint le Ciel, Poséidon la Mer et Hadès le Monde des ombres. Ce monde, stable, préfigure celui où pourront vivre les hommes ; mais une autre guerre se prépare, la gigantomachie, l'affrontement entre les Dieux de l'Olympe et les Géants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sources : pour Dioné seule, le livre I, 1 de la Bibliothèque du pseudo-Apollodore ; pour Phorcys seul, Le Banquet de Platon.
  2. « Le Mythe pélasge de la Création », in Robert Graves, Les Mythes grecs [détail des éditions], Chap. 1, Robert Laffont

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]