Université de Téhéran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université de Téhéran
Image illustrative de l'article Université de Téhéran
Devise La Mère université
Nom original دانشگاه تهران,
Daneshgāh Tehran
Informations
Fondation 1934
Type Université publique
Régime linguistique Persan
Localisation
Coordonnées 35° 43′ 58″ N 51° 23′ 20″ E / 35.7328, 51.3889 ()35° 43′ 58″ Nord 51° 23′ 20″ Est / 35.7328, 51.3889 ()  
Ville Téhéran
Pays Drapeau de l'Iran Iran
Campus Urbain (6)
Direction
Président Farhad Rahbar (فرهاد رهبر)
Chiffres clés
Personnel 3 500
Étudiants 32 000
Undergraduates 29 000
Divers
Site web ut.ac.ir/fr

Géolocalisation sur la carte : Iran

(Voir situation sur carte : Iran)
Université de Téhéran

L’université de Téhéran (en persan : دانشگاه تهران) est la plus vieille et la plus grande université d'Iran (Perse). On l'appelle parfois la « Mère Université » en Iran (دانشگاه مادر).

L'université prépare au concours annuel d'admission dans les universités iraniennes. L'école admet aussi des étudiants du monde entier et est connue pour ses sujets de recherche variés. De nombreux anciens élèves de l'université finissent parmi l'élite politique du pays.

L'université possède plus de 150 facultés, 3 500 enseignants et 32 000 étudiants plus 340 étudiants étrangers. L'UT offre 116 diplômes de licence, 160 diplômes de mastères et 120 doctorats.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cérémonie de lancement de la faculté de médecine avec Reza Pahlavi.

L'histoire de l'établissement d'universités en Iran et de l'université de Téhéran en particulier date de l'année 1851 et de la fondation de Dar-ol Fonoun. En 1928, le professeur Mahmoud Hessaby propose la fondation d'un centre qui couvrirait pratiquement toutes les sciences à Ali Asghar Hekmat, qui était alors ministre de la Culture.

En janvier 1933, pendant une réunion du cabinet, le sujet fut discuté. Ali Asghar Hekmat, le ministre de l'éducation de l'époque a dit :

Bien sûr, il n'y a pas de doute sur la position et la gloire de la capitale, mais la seule déficience flagrante est que cette ville n'a pas d’« université ». C'est dommage que cette ville reste loin derrière les autres grands pays du monde.

Ses mots ont eu un profond impact sur tous les participants à la réunion, causant l'acceptation de la proposition. Allouant un budget initial de 250 000 tomans, le ministère de l’Éducation était autorisé à chercher un emplacement adéquat pour la fondation de l'Université et à prendre les mesures nécessaires pour construire le bâtiment aussi vite que possible.

Ali Asghar Hekmat en collaboration et avec les conseils d'André Godard, un architecte et archéologue français qui travaillait pour le ministère de l'Éducation, a vite commencé à chercher un emplacement adéquat. Sur ordre de Reza Shah, le site des jardins Jalaliyeh fut sélectionné. Le jardin Jalaliyeh était situé au nord du Téhéran d'alors, entre le village d'Amirabad et la bordure nord de Téhéran. Ce jardin, plein de parterres de fleurs fut fondé au début du XXe siècle pendant les dernières années du règne de Naser ad-Din Shah, sous ordre du prince Jalal ad-dawlah.

Le plan principal de l'Institut fut dessiné par André Godard, Markov, Maxim Cierro, et Mauser. Les influences de l'architecture moderniste du début du XXe siècle sont toujours visibles sur les sites principaux de l'université aujourd'hui.

L'université de Téhéran a été inaugurée officiellement en 1934. Le campus Amir-abad (Karegar nord) fut ajouté en 1945 après que les troupes américaines aient quitté le terrain à la fin de la Seconde Guerre mondiale. L'université a admis des femmes étudiantes pour la première fois en 1937(J.Lorentz).

En 1971, la construction du nouveau bâtiment dessiné par Abdolaziz Farmanfarmayan était terminée, accueillant la bibliothèque centrale de l'Université, qui met à la disposition du lecteur 600 000 livres, une large collection de manuscrits persans, nombre d'entre eux étant uniques et 1 800 périodiques du monde entier.

Mohammad Maleki (en), prisonnier politique sous le shah, devient président de l'Université au lendemain de la révolution de 1979. Mais dès juillet 1981, il est condamné par les mollahs à cinq ans de prison. Arrêté à maintes reprises en raison de son opposition au clergé islamiste, il a été arrêté de nouveau en août 2009 dans le cadre de la répression contre les protestations post-électorales.

En 1986, par voie de décret du ministère de la Santé, la faculté de médecine de l'université s'est séparée pour fonder l'université de sciences médicales de Téhéran, qui est maintenant l'école de médecine la plus prestigieuse du pays avec 13 000 étudiants.

Campus[modifier | modifier le code]

En ce moment, l'UT est constituée de 40 facultés, instituts et centres de recherche et d'éducation. L'université se compose de 6 campus :

  1. Le campus central Pardis, sur l'avenue Enghelab ("avenue de la Révolution").
  2. Le campus Kargar Nord
  3. Le campus de Karaj
  4. Le campus de Varamin
  5. Le campus de Qom
  6. Le campus Choka

Facultés[modifier | modifier le code]

Initialement, l'Université de Téhéran comptait six facultés :

Plus tard, d'autres facultés furent fondées :

  • Faculté des beaux arts (1941)
  • Faculté de médecine vétérinaire (1943)
  • Faculté d'agriculture (1945)
  • Faculté d'administration des entreprises (1954)
  • Faculté de l'éducation (1954)
  • Faculté des ressources naturelles (1963)
  • Faculté d'économie (1970)
  • Faculté de langues étrangères (1989)
  • Faculté des études environnementales (1992)
  • Faculté d'éducation physique

Entre 1986 et 1992, les facultés de médecine, de dentisterie et de pharmacie ont fait sécession pour devenir l'Université de sciences médicales de Téhéran, qui est toujours située sur le campus central Pardis.

Instituts[modifier | modifier le code]

L'université de Téhéran coordonne quatre instituts majeurs :

  • L'institut de Biochimie et de Biophysique
  • L'institut de Géophysique
  • Le centre de recherches international pour la coexistence avec les déserts.
  • Centre de recherche en histoire de la science.

L'institut de géophysique est responsable de l'établissement des calendriers solaires et lunaires chaque année (dirigé par le Dr Iraj Malekpour), et enregistre tous les évènements sismiques en Iran.

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

De nombreux étudiants et professeurs de l'université de Téhéran ont gagné des prix internationaux. La plus notable de ces récompenses est le prix Nobel qui a été accordé à Shirin Ebadi en 2003.

L'Université de Téhéran a été désignée pôle de science (قطب علمی) par le ministère iranien de la science et de la technologie dans les domaines de l'"électromagnétique appliquée", de la "nano-électricité" et des "contrôles et process avancés" [1].

En 2005, l'université des sciences médicales de Téhéran a été classée meilleure université dans le domaine de la recherche en Iran. En 2006, l'université de Téhéran a gagné le titre pour la "ligue de simulation avancée dans le cadre des compétitions Robocup en Allemagne[2].

Rôle politique[modifier | modifier le code]

La mosquée centrale de l'UT a été le centre de l'activité politique et religieuse à Téhéran ces 30 dernières années.

Il est possible que, pour un occidental, l'Université de Téhéran soit plus connue pour ses rôles clés dans les évènements politiques de l'histoire récente. C'est en face des portes de cette université que l'armée du Shah a ouvert le feu sur des étudiants dissidents, lançant ainsi la révolution de 1979 en Iran.

Ce sont encore des étudiants dissidents qui se sont confrontés aux soldats 20 ans plus tard, en juillet 1999 (voir Protestations étudiantes en Iran, juillet 1999). Ces manifestations pro-démocratie ont été appelées le « Tienanmen de l'Iran » par un journaliste de Time Magazine.

L'UT a toujours été un bastion des mouvements politiques et de l'idéologie. A l'UT, les dirigeants du régime actuel font leurs discours les plus virulents chaque vendredi.

Depuis la révolution islamique de 1979, le campus principal de l'université et les rues adjacentes ont été le lieu des prières du vendredi à Téhéran.

Le rôle politique de l'université de Téhéran dans l'arène politique iranienne est devenu si prononcé qu'en novembre 2005, c'est un membre du clergé qui est devenu chancelier de l'université en remplacement du Dr. Faradji-dana. L'ayatollah Abbasali Amid Zanjani (عباسعلی عميد زنجانی) ne possède pas de diplôme universitaire et est connu pour ses liens étroits avec Khomeini pendant la révolution. C'est la première fois qu'un membre du clergé remplace un universitaire à la tête d'une institution universitaire majeure en Iran. Il a cependant écrit quelques livres et a travaillé pour la faculté de Droit en tant qu'expert sur la jurisprudence islamique[3].

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Entrée du Collège des Beaux Arts. L'architecture du campus principal a été largement inspirée des dessins du début du XXe siècle.

De nombreux anciens élèves de l'UT ont été ministres ou conseillers présidentiels. Les exemples notables sont :

Collège de Littérature et de sciences humaines. L'architecture du campus a aussi des influences de l'architecture de l'antiquité perse (comparer avec Persépolis).

Les autres anciens élèves notables sont :

Docteurs honoris causa[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]