Théâtre Saint-Denis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 30′ 53″ N 73° 33′ 46″ O / 45.5146, -73.5628

Théâtre St-Denis

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Théâtre St-Denis 2012

Type Spectacle
Lieu 1594 rue Saint-Denis
Coordonnées 45° 30′ 53″ Nord 73° 33′ 46″ Ouest / 45.5146, -73.5628
Inauguration 4 mars 1916
Capacité 933 et 2218 sièges
Direction Compagnie France Film
Site web http://theatrestdenis.com/
Logo du théâtre

Inscrit dans l’histoire de Montréal depuis près d’un siècle, le Théâtre St-Denis fait figure de monument majeur dans l’espace culturel de la métropole. Situé au cœur du Quartier latin à Montréal, ce lieu de culture comprend 2 grandes salles (2218 et 933 sièges)[1] qui présentent à l’année des spectacles de toute provenance et de tout genre : humour, chanson, comédie musicale, théâtre, etc. Le Théâtre St-Denis demeure encore aujourd’hui un lieu incontournable de présentation de spectacles mettant en vedette les plus grands noms du show-business.

Histoire[modifier | modifier le code]

Publicité pour l'ouverture du Théâtre St-Denis en mars 1916
Le Théâtre St-Denis en 1916, à ses débuts
Annonce de la pièce "Un homme et son péché" au Théâtre St-Denis en 1942
Le Théâtre St-Denis dans les années 50
Théâtre St-Denis, salle 1
Théâtre St-Denis salle 2
Les salles 1 et 2 du Théâtre St-Denis en 2012

Fondé par une compagnie anglophone montréalaise d’investissement, le Théâtre St-Denis ouvre ses portes le 4 mars 1916[2]. Avec sa capacité de 3000 places, le théâtre devient la plus grande salle au Canada et se consacre à la présentation de vaudeville et de cinéma muet[3].

Durant les années 1920, le théâtre est fréquenté par une foule nombreuse. On y accueille des noms et des troupes célèbres comme le ténor Hipolito Lazaro, l’orchestre de la Scala de Milan sous la direction de Toscanini, l’orchestre de Boston avec Vincent d’Indy comme soliste. Maurice Ravel s’arrête au Théâtre St-Denis en 1928 et y exécute ses propres œuvres lors d’une tournée nord-américaine[4].

Après l’opéra et l’opéra-comique, le Théâtre St-Denis en revient à la présentation de films au début de 1929 et parvient enfin à tenir tête aux autres cinémas. C’étaient les beaux jours avant le krach de 1929 à la Bourse de New-York et l’argent coulait à flot. Le film français, quant à lui, s’installe définitivement au Théâtre St-Denis en 1930[5].

C’est le 5 août 1933 que Joseph-Alexandre DeSève, important distributeur de films français, devient directeur du théâtre. Il est ambitieux et influent dans le milieu du cinéma[6]. Dès son arrivée, il entreprend d’importants travaux d’aménagement et apporte des améliorations notables à l’extérieur et à l’intérieur du théâtre[7].

Le film français est toujours à l’honneur : on y présente régulièrement deux films par semaine jusqu’à ce qu’éclate la Deuxième Guerre mondiale, interrompant du coup la production de films. J.A. DeSève doit modifier la programmation du théâtre et favorise le spectacle vivant. On invite donc le Metropolitan Opera de New York à se produire sur scène, ainsi que le ballet du Bolchoï, la comédie Française et le Théâtre National de Paris. On y présente également des reprises de films des années 1930[8].

Les plus grandes vedettes françaises et internationales viennent tour à tour présenter leur spectacle de music-hall : Gilbert Bécaud, Maurice Chevalier, Fernandel, Luis Mariano, Yves Montand, Tino Rossi, etc[9].

En 1948, J.A. DeSève prend la direction de Compagnie France Film à la suite de la mort de son président Albert Janin. Au cours de la même année, Compagnie France Film se porte acquéreur du Théâtre St-Denis et demeure encore jusqu’à aujourd’hui l’unique propriétaire du théâtre[10].

Deux ans plus tard, en 1950, le théâtre va subir une autre transformation et redevient la salle la plus somptueuse de Montréal. On prend soin cependant de conserver la partie arrière de la façade, construite en 1916[11].

Dans les années 50, les films français mais aussi québécois sont à l’honneur. On y présente en grande première La petite Aurore, l’enfant martyre en avril 1952, film mythique qui deviendra d’ailleurs un des plus grands succès du cinéma québécois[12].

En 1971, la Compagnie France Film entreprend des travaux d’agrandissement et inaugure deux nouvelles petites salles de cinéma adjacentes au Théâtre St-Denis, le Chevalier et le Pierrot. Quelques années plus tard, constatant la demande grandissante de l’industrie du spectacle pour une salle de grande capacité, la salle 1 du Théâtre St-Denis délaisse la présentation de films et se consacre exclusivement à partir de 1978 au spectacle vivant[13].

C’est en 1990 que le St-Denis se transforme à nouveau et prend les allures qu’on lui connait aujourd’hui. Les petites salles de cinéma sont unifiées en une seule salle de spectacle pouvant accueillir 933 personnes. La conception intérieure de l’ensemble est complètement modifiée et seule la structure extérieure est conservée.

Aujourd’hui, les deux salles du Théâtre St-Denis présentent toujours exclusivement du spectacle vivant.

Les propriétaires du Théâtre St-Denis au fil des ans[modifier | modifier le code]

Février 1915 – St-Denis Theatre Co. Limited

Juillet 1917 – Atlas Securities

Octobre 1917 – St. Denis Corporation Limited

1924 – Location à Films de Luxe (Charles Lalumière et Thélesphore Latourelle)

Septembre 1924 – Location à Joseph Cardinal

Août 1933 – Location à J.A DeSève

Février 1935 – Alban Construction

Décembre 1948 – Lionel Leroux

Décembre 1948 à aujourd'hui – Compagnie France Film[14]

Mission[modifier | modifier le code]

Inscrit dans l’histoire de Montréal depuis bientôt un siècle, le Théâtre St-Denis continue de jouer un rôle de première importance dans l’espace culturel de la métropole. Situé en plein cœur du Quartier latin de Montréal, ce lieu mythique de présentation de la culture a pour mission d’offrir un espace unique et chaleureux, propice à la tenue de spectacles de variétés incluant l’humour, la chanson, la comédie musicale, ou tout autre type de spectacle ou événement de haut niveau[15].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Théâtre St-Denis est situé au cœur du Quartier latin à Montréal, au 1594, rue Saint-Denis, entre le boulevard de Maisonneuve et la rue Émery, où se trouve le cinéma Cineplex Odeon Quartier Latin. Le Théâtre St-Denis fait partie du Quartier des spectacles et se trouve à quelques pas de la station centrale du métro de Montréal, Berri-UQAM.

Ils se sont produits au St-Denis[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. theatrestdenis.com
  2. « Mainly Constructional », Contract Record and Engineering Review, vol.29, no 30, 28 juillet 1915, p.793.
  3. « Nouveau théâtre à Montréal», La Presse, 27 novembre 1914, p. 2
  4. http://www.thecanadianencyclopedia.ca/en/article/st-denis-theatretheatre-st-denis-emc/
  5. « La vie de bohème d’une grande salle; les recettes d’une matinée au théâtre st-Denis : $2.50 ». Le journal des vedettes, 13 décembre 1959, p.24
  6. Pelletier, Louis, Montreal Film Exhibitors in the Days of Vertical Integration (1912-1952), thèse du Département des études de communication, Université Concordia, Montréal, 2012, p.225
  7. « La vie de bohème d’une grande salle; les recettes d’une matinée au théâtre st-Denis : $2.50 ». Le journal des vedettes, 13 décembre 1959, p.24
  8. http://www.thecanadianencyclopedia.ca/en/article/st-denis-theatretheatre-st-denis-emc/
  9. http://www.thecanadianencyclopedia.ca/en/article/st-denis-theatretheatre-st-denis-emc/
  10. Lever, Yves (2008). J.A DeSève; diffuseur d'images. Montréal, Éditions Michel Brûlé, p.152
  11. « Important jalon des progrès de France Film : Reconstruit, transformé, redécoré le Saint-Denis s’avère désormais le plus somptueux cinéma de Montréal », Le Courrier du Cinéma et du Foyer, vol. 17, no 7-8, juillet-août 1950, p.5, 18
  12. http://www.biographi.ca/fr/bio/gagnon_aurore_14F.html. Dans ces années, on alterne encore entre présentation de films et de spectacles
  13. « Kébec-Spec assurera la programmation : Le Saint-Denis transformé en salle de spectacles », Montréal-Matin, 10 août 1978
  14. theatrestdenis.com
  15. theatrestdenis.com