Joe Jackson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joe Jackson (homonymie).

Joe Jackson

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Joe Jackson sur scène en 1979, à Toronto.

Informations générales
Nom de naissance David Ian Jackson
Naissance 11 août 1954 (60 ans)
Burton upon Trent
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Activité principale Musicien, chanteur, compositeur
Genre musical Pop, rock, jazz
Années actives Depuis 1978
Labels A&M, Sony, Ryko
Site officiel www.joejackson.com

Joe Jackson, né David Ian Jackson le 11 août 1954 à Burton upon Trent (Staffordshire, Angleterre), est un musicien britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a commencé par apprendre le violon mais a vite changé pour le piano. À partir de 16 ans, il s'est mis à jouer dans des pubs et a gagné un prix à l'école pour étudier la composition à la prestigieuse Royal Academy of Music de Londres. Il en est sorti diplômé en percussions.

Évolution musicale[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Joe Jackson a connu divers stades dans sa composition. Durant les années 1970, sa musique est très rock, fortement influencée à partir de 1976 par les vagues New wave, Ska et Punk. Les rythmes de Got the time et de I'm the man illustrent parfaitement ces influences. Son premier album Look Sharp (1979, A&M) à la célèbre pochette aux Suede shoes noir et blanc est une grande réussite doublée d'un succès critique et commercial. L'album n'a pas vieilli et Joe Jackson reprend aujourd'hui certains titres de Look Sharp sur scène. Cet album lui donne son premier tube, Is she really going out with him?. Les albums suivant I'm the Man (1979, A&M) et Beat Crazy (1980, A&M) l'imposent comme un artiste vedette de la New Wave anglaise aux côtés de The Police, Ian Dury, Elvis Costello, 999, Stranglers, Magazine, The Cure, Damned, The Jam, etc.

En 1981, il opère un virage artistique et enregistre un album en hommage aux plus grands compositeurs de Jazz avec Jumpin' Jive. La symbolique de la pochette de cet album, deux J illustrés par deux saxophones est un parallèle à ses initiales. Le texte de la jaquette montre que Joe est un musicien avant tout et qu'il souhaite célébrer la joie procurée par la musique.

Night & Day et Body & Soul[modifier | modifier le code]

En 1982 paraît Night and Day, considéré comme le premier chef-d'œuvre de sa carrière post-rock. Influencée par des rythmes latins, la percussionniste Sue Hadjopoulos donne aux chansons un relief particulièrement chaud et entraînant. C'est sur cet album que l'on trouve un de ses plus grands tubes, Steppin' Out. Si Steppin' Out dans sa version originale est sur un tempo rapide, Joe Jackson a l'habitude de le jouer en concert en l'introduisant par des variations du thème au piano à un rythme très lent.

L'album Body & Soul de 1984 est considéré par certains comme son deuxième chef-d'œuvre. Il a été enregistré dans une ancienne loge maçonnique à New York, qui lui confère une chaleur et un rendu des instruments très particulier et très fidèle. À l'instar de Night & Day, Body & Soul est (encore plus) influencé par les rythmes latins, avec adjonction de cuivres. C'est sur cet album que l'on retrouve You can't get what you want (till you know what you want) et Happy Ending.

La rupture avec la pop commerciale[modifier | modifier le code]

Joe Jackson accorde alors des interviews où il reproche aux groupes pop de faire de la musique commerciale, non-inspirée et plagiée. Il décide de sortir de la mouvance pop, et se plonge dans les balbutiements de la World Music, en écrivant l'album Big World. La version vinyle comporte trois faces, avec des chansons relativement pop. Que ce soit pour exprimer des sentiments de nostalgie (Home Town), de la vie courante (50 dollar love affair), historiques (Wild West), politiques (Right And Wrong), ou encore franchement caricaturaux (Jet Set), l'album est un voyage non seulement géographique mais d'états d'humeurs. L'album a été enregistré en concert, devant un public auquel il était demandé de ne pas réagir, et surtout en stéréo directe ne permettant aucune retouche en studio.

Sa véritable rupture avec la musique pop est consommée avec Will Power, un album instrumental qui montre à quel point Joe Jackson est devenu un véritable musicien. Très atypique dans le paysage musical de 1987, l'album reçoit un accueil mitigé. Joe enregistre ensuite une musique de film pour Tucker de Francis Ford Coppola.

Retour vers la pop[modifier | modifier le code]

Blaze of Glory et Laughter & Lust paraissent, albums à nouveau pop, mais empreints de la marque JJ.

La composition[modifier | modifier le code]

Night Music paraît en 1994, certains le considèrent comme le troisième chef-d'œuvre du compositeur. Cet album est inspiré de la nuit, et se décline en berceuses, en instrumentaux de nuit, et en chansons douces. Il est remarqué musicalement, faisant intervenir des instruments comme les Ondes Martenot. Notons en particulier Ever after et The man who wrote Danny Boy, histoire d'un compositeur qui passe un pacte avec le diable pour avoir une seule fois la faculté d'écrire une chanson parfaite.

Heaven & Hell suit en 1997 ; c'est un album concept basé sur les sept péchés capitaux. Marqué par la guerre en ex-Yougoslavie, il s'agit souvent de mélodies agressives.

Symphony n°1, parue dans la collection Sony Classical et pour laquelle Joe a reçu un Grammy Award, marque la fin de la période des compositions orientées classique/jazz pour Joe Jackson.

Retour aux sources[modifier | modifier le code]

Joe renoue ensuite avec une musique plus pop et effectue une série de concerts d'anciens albums, dont Live in New York paraît en 2000. Il retourne à un orchestre réduit comportant une basse, une batterie, et un clavier, Joe jouant lui-même de plusieurs instruments, dont le piano et le clavier.

Night & Day II paraît en 2000, et est à nouveau une belle réussite. Fortement inspiré de Night & Day, aidé par des musiciens comme Allison Cornwell, Graham Maby et Sue Hadjopulos, Night & Day II est un voyage à travers New York.

Il l'avait dit, son premier groupe ne se reformerait pas. Pourtant en 2003, Volume 4 paraît ; c'est le quatrième album avec ses acolytes Graham Maby, Gary Sanford et Dave Houghton. Fidèle au style des trois premiers albums, il renoue avec la tradition pop inspirée de la New Wave et en partie de la musique punk. Il renoue également avec eux pour les concerts, en formation à trois ou quatre.

Après avoir annoncé un nouvel album en 2007, dont certaines compositions ont été jouées sur scène, Rain sort en mars 2008.

À venir[modifier | modifier le code]

Sur son site Internet et sur sa page facebook (The Joe Jackson Band), Joe annonce avoir terminé la partition de Stoker, évoquant la vie de Dracula, travail auquel il s'est attelé durant plusieurs années. À côté de cela, il est occupé à écrire un album reprenant les œuvres de Duke Ellington, qu'il considère être le meilleur compositeur contemporain.

Sur scène[modifier | modifier le code]

Joe Jackson effectue une tournée après chaque album. De la scène classique rock, il tente de garder les musiciens qui ont marqué chaque album. Ainsi la percussionniste Sue Hadjopoulos a accompagné Joe durant des tournées Night & Day et Laughter & Lust. On l'a d'ailleurs vue dans certains concerts de Night & Day II. Graham Maby et Dave Houghton l'accompagnent depuis longtemps et depuis l'album Volume 4, Joe préfère les concerts à 3 : Piano/Synthétiseur, Basse, batterie.

Joe n'a pas hésité à s'entourer de musiciens de musique classique et à jouer dans des salles de musique classique pour ses albums Night Music et Heaven & Hall, comme par exemple la salle Leboeuf à Bruxelles.

Pour sa tournée Night & Day II, il s'est entouré sur scène d'une violoniste et d'une violoncelliste.

Les concerts de Joe Jackson sont généralement empreints d'une forte relation avec le public, Joe n'hésitant pas à recomposer ses plus grands succès (Steppin' Out est en général uniquement accompagnée au piano sur un tempo très lent, incluant de très nombreuses variations de thèmes qui rappellent celles de Beethoven)[réf. souhaitée].

Autres performances artistiques[modifier | modifier le code]

En 2004, il collabore au nouvel album de William Shatner et chante avec lui sur le single Common People une reprise du succès de Pulp.

Joe a écrit A Cure for Gravity, une autobiographie portant essentiellement sur ses jeunes années, jusqu'à l'enregistrement de Look Sharp! en 1978.

Singularités[modifier | modifier le code]

Interdiction de fumer[modifier | modifier le code]

Fumeur, Joe s'est insurgé à plusieurs reprises contre l'interdiction grandissante et de plus en plus générale de fumer. Il a été particulièrement atteint de voir la cigarette interdite dans sa loge à New York. Il a à cette occasion écrit une lettre au maire de NY et composé une chanson en 2003.

Résidence[modifier | modifier le code]

Originaire de Portsmouth, du quartier de Gosport, Joe a longtemps résidé à New York. Depuis l'album Rain paru en 2008, Joe réside à Berlin. Il semble s'être fort attaché à cette ville. Possédant une résidence à Portsmouth, il n'est pas rare de le croiser dans un des nombreux pubs de la ville.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Joe Jackson et Annie Lennox étaient condisciples à la Royal Academy of Music de Londres.

En tournée, Joe boit à une bouteille chromée un breuvage qu'il nomme volontiers Jack Daniels lorsqu'on lui demande ce que c'est. En réalité, c'est une tisane lui permettant de soulager ses cordes vocales.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Look Sharp! (1979, A&M)
  • I'm the Man (1979, A&M)
  • Beat Crazy (1980, A&M)
  • Jumpin' Jive (1981, A&M)
  • Night and Day (1982, A&M)
  • Mike's Murder (1983, A&M)
  • Body & Soul (1984, A&M)
  • Big World (1986, A&M)
  • Will Power (1987, A&M)
  • Live 1980/86 (1987, A&M)
  • Tucker (1988, A&M)
  • Blaze of Glory (1989, A&M)
  • Laughter & Lust (1991, Virgin)
  • Night Music (1994, Virgin)
  • Heaven & Hell (1997, Sony)
  • Symphony No. 1 (1999, Sony])
  • Summer in the City: Live in New York (2000, Sony)
  • Night and Day II (2000, Sony)
  • The Best of Joe Jackson (2001, Universal)
  • Two Rainy Nights (2002, Ryko) (live)
  • Volume 4 (2003, Ryko)
  • Afterlife (2004, Ryko) (live)
  • Rain (2008, Ryko)
  • Live music Europe (2011, Sony)
  • The Duke (2012)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]