Saint-julien (AOC)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Julien.
Saint-Julien
Vignobles medoc-fr.svg
Le saint-julien apparait en vert clair sur la carte dans la région du Médoc.
Désignation(s) Saint-Julien
Appellation(s) principale(s) saint-julien[1]
Type d'appellation(s) AOC-AOP
Reconnue depuis 1936
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignoble de Bordeaux
Sous-région(s) vignoble du Médoc
Localisation Gironde
Climat océanique
Sol graves
Superficie plantée 920 hectares en 2008[2]
Cépages dominants cabernet sauvignon N, merlot N, cabernet franc N, carménère N, côt N et petit verdot N[3]
Vins produits rouges
Production 41 775 hectolitres en 2008[2]
Pieds à l'hectare 6 500 à 10 000 pieds par hectare[4]
Rendement moyen à l'hectare maximum 57 à 63 hectolitres par hectare[4]

Le saint-julien[1] est un vin rouge français d'appellation d'origine contrôlée produit sur les communes de Saint-Julien-Beychevelle, Cussac-Fort-Médoc et Saint-Laurent-Médoc dans le Médoc, une des subdivisions du vignoble de Bordeaux. C'est une des appellations communales du vignoble du Médoc, au sud du pauillac.

Histoire[modifier | modifier le code]

La culture de la vigne à Saint-Julien-Beychevelle et la mise en valeur de son terroir partage une histoire commune avec l'ensemble des appellations du Médoc (voir l'historique de l'article vignoble du Médoc). Le cahier des charges de l'appellation a été modifié en 2011[4].

Situation[modifier | modifier le code]

Vignoble bordelais, appellations.png
Saint-julien
Saint-julien
Voir l’image vierge
Localisation de l'appellation au sein du vignoble de Bordeaux.

Aire d'appellation[modifier | modifier le code]

Les vins sont produits essentiellement sur la commune de Saint-Julien-Beychevelle, mais quelques parcelles sont également réparties sur Cussac-Fort-Médoc et Saint-Laurent-Médoc.

Saint-Julien-Beychevelle est situé entre Margaux et Pauillac, sur la rive gauche de l'estuaire de la Gironde.

Géologie et orographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géologie du vignoble de Bordeaux.

Le vignoble est établi sur une roche sédimentaire. Homogène en surface avec une mer de galets, le sous-sol révèle au contraire une complexité qui fait la variété des vins de saint-julien[5].

Climatologie[modifier | modifier le code]

Le climat est tempéré de type océanique.

La station météo de Bordeaux47 mètres d'altitude) se trouve juste au sud de l'aire d'appellation. Ses valeurs climatiques de 1961 à 1990 sont :

Relevés à Bordeaux 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,3 3,1 3,9 6,3 9,5 12,4 14,4 14,2 12,2 9,1 5,1 2,9 7,9
Température moyenne (°C) 5,8 7,1 8,8 11,3 14,6 17,8 20,2 19,9 17,9 14 9,1 6,4 12,8
Température maximale moyenne (°C) 9,4 11,2 13,7 16,3 19,7 23,2 26,1 25,6 23,7 18,9 13,1 9,9 17,6
Ensoleillement (h) 86 109 162 190 211 242 276 249 207 165 103 83 2 084
Précipitations (mm) 100,4 85,5 76,4 72,2 77,3 56,2 46,5 54,2 73,9 87,6 94,1 98,7 923,1
Source : www.infoclimat.fr : Bordeaux (1961-1990)[6]


Vignoble[modifier | modifier le code]

Encépagement[modifier | modifier le code]

Les cépages utilisés dans cette appellation sont identiques à ceux trouvés partout dans le Médoc : cabernet-sauvignon dominant, cabernet franc, merlot, malbec, petit verdot et carménère (traces).

Le rendement maximum autorisé à l’hectare est de 45 hl/ha, pour une densité de plantation de 6 500 à 10 000 pieds par ha.

L’appellation est traditionnellement, mais ce point est sujet à controverse, divisée en deux : les vins du sud, plus souples et féminins, proche des margaux ; et les vins du nord, plus puissants et charpentés (les Léoville par exemple), proche des pauillac.

Vins[modifier | modifier le code]

Vinification et élevage[modifier | modifier le code]

Dégustation[modifier | modifier le code]

Le saint-julien présente une robe rubis profond, sombre. Au nez, le bouquet est fin, complexe et très délicat, sur des notes de fruits rouges et noirs avec la myrtille et la mûre; le deuxième nez s’ouvre lentement sur des fragrances de pruneau et des arômes d’élevage comme le cacao, le pain grillé, le café, et la boîte à tabac. En bouche, c’est un vin d’une tendresse et profondeur remarquables, l’attaque est franche et souple, la matière est dense et s’étale lentement en bouche, les tanins sont très profonds, avec de la sève et un grain unique, la texture est veloutée et délicate; la finale est magistrale[7].

Châteaux classés[modifier | modifier le code]

L'AOC comprend onze grands crus classés, dont cinq deuxièmes grands crus, deux troisièmes grands crus et quatre quatrièmes grands crus.

Autres châteaux et crus[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs domaines classés crus bourgeois, crus artisans ou sans classements en plus des grands crus classés de 1855. Certains de ces crus ont une petites superficie : moins d'un hectare quelques fois.

  • Château Langoa Barton
  • Château Moulin de la Rose
  • Château Terrey-Gros-Caillou
  • Château Teynac
  • Château La Bridane
  • Château du Glana
  • Château Lalande
  • Château Lalande-Borie
  • Domaine Castaing (petit domaine)
  • Terroir de la Cabane (petit domaine)
  • Domaine du Jaugaret (petit domaine)
  • Château Capdet (petit domaine)
  • Château Finegrave (petit domaine)
  • Domaine des Regailles (petit domaine)

Seconds vins[modifier | modifier le code]

Certains des châteaux de l'AOC Saint-Julien possède un second vin. Ces seconds vins sont tout simplement une sélection de quelques cuves du château.

Autres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine.
  2. a et b Le guide hachette des vins 2010, page 385.
  3. Le code international d'écriture des cépages mentionne la couleur du raisin de la manière suivante : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.
  4. a, b et c [PDF] « Cahier des charges de l'appellation », sur http://agriculture.gouv.fr/, homologué par le « décret no 2011-1624 du 23 novembre 2011 relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Saint-Julien » », JORF, no 0272,‎ 24 novembre 2011, p. 19760.
  5. Fiche de l'AOC saint-julien sur le site medoc-bordeaux.com, consulté le 1e février 2010.
  6. Archives climatologiques mensuelles de Bordeaux de 1961 à 1990, sur le site www.infoclimat.fr.
  7. Placido Llorca, « Dénomination viticole Saint-Julien », sur Vin-Vigne,‎ 2012 (consulté en 04 mai2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]