Petit verdot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Petit Verdot N
Petit verdot
Petit verdot
Caractéristiques phénologiques
Débourrement À compléter
Floraison À compléter
Véraison À compléter
Maturité tardive
Caractéristiques culturales
Port À compléter
Vigueur À compléter
Fertilité À compléter
Taille et mode
de conduite
À compléter
Productivité À compléter
Exigences culturales
Climatique À compléter
Pédologique À compléter
Potentiel œnologique
Alcoolique À compléter
Aromatique À compléter

Le Petit verdot N est une variété de raisin français.

Origine[modifier | modifier le code]

Ce cépage appartient à la famille des Carmenets. Levadoux a trouvé vers 1950 une lambrusque qui lui ressemble beaucoup dans les Pyrénées[1]. (la vallée d'Aspe) Son origine pyrénéenne est confortée par son limbe médian en coin commun aux cépages pyrénéens et son nom dans le Béarn, lambrusquet. Il a été introduit en Gironde où il apportait une touche de complexité dans les assemblages. Dénigré pour sa maturité très tardive qui ne permettait pas tous les ans de le valoriser, il a été presque abandonné. Depuis les années 1980, la recherche de l'originalité, la mode des cépages "oubliés" et des années plus chaudes lui ont valu d'être replanté dans les propriétés médocaines.

Il occupait 380 ha en France en 1994[2]. Il est un cépage d'appoint dans le vignoble du Médoc, mais aussi depuis peu en monocépage dans la partie méditerranéenne du vignoble français et Ontario au Canada. On le trouve aussi de plus en plus en Espagne, dans le sud du pays, à Jumilla notamment où élaboré en mono-cépage il donne de très beaux vins. Aux États-Unis, il est cultivé en Californie et à Long Island (New-York). En Amérique du Sud, Chili, (137 ha[3]) Argentine, il est assemblé avec d'autres cépages bordelais mais on commence à le vinifier en monocépage. En Australie il est arrivé en 1832 et en 2000, il couvrait 1600 ha[4].

En raison d'années sèches, ce cépage arrosait régulièrement l'assemblage merlot - cabernet, d'où son nom.

Étymologie et synonymie[modifier | modifier le code]

Petit verdot vient de "petit vert" en raison de sa maturité tardive aux raisins verts longtemps; verdau à Bordeaux a la même provenance. Heran ou herrant viennent de l'occitan "her", sauvage. "Lambrusquet" fait référence à une vigne sauvage.

Caractères ampélographiques[modifier | modifier le code]

  • Bourgeonnement cotonneux blanc.
  • Jeunes feuilles jaunâtres.
  • Feuilles adultes vert foncé mat cordiformes à 3 ou 5 lobes, à lobe médian très allongé, (forme de coin de type pyrénéen) sinus pétiolaire ouvert en lyre, dents courtes et rectilignes, limbe bullé, ondulé.
  • Petites grappes et petites baies arrondies restant parfois vertes.

Aptitudes[modifier | modifier le code]

Feuille de petit verdot
  • Culturales: Il est fertile et assez productif. Ses rameaux "mous" et à port horizontal nécessitent un palissage. Il est bien adapté aux sols de graves. Il craint la sécheresse et nécessite une très bonne adéquation avec son porte-greffe.
  • Sensibilité: il résiste plutôt bien à la pourriture grise. Il est un peu sensible à l'oïdium
  • Technologiques: De maturité tardive, il ne donne le meilleur que bien mûr. Son vin est alors très puissant, riche, coloré et tannique. Avec un degré alcoolique bon et une acidité élevée, c'est un vin de garde, qui apporte de la complexité et de la charpente aux assemblages. Parmi ses arômes la violette, la framboise et les épices (menthol, zan, réglisse) sont intéressantes. Sa culture en zone climatique favorable (Languedoc, Italie, Australie) permet aussi de le vinifier en monocépage.

Clones agréés[modifier | modifier le code]

Deux clones ont été agréés, (no 400 et 1058) mais sa présence en collection pourrait permettre d'en sélectionner d'autres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guy Lavignac "Cépages du sud-ouest, 2000 ans d'histoire", Éditions du Rouergue, 2001, ISBN 2-84156-289-1
  2. Catalogue des variétés et clones de vigne cultivés en France, édition du Ministère de l'Agriculture et de la pêche, 1994.
  3. name="JANCIS"page 515
  4. page 515

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Galet: Dictionnaire encyclopédique des cépages Hachette Livre, 1. édition 2000 ISBN 2-01-236331-8
  • Catalogue des variétés et clones de vigne cultivés en France, édition du Ministère de l'Agriculture et de la pêche, 1994.
  • Guy Lavignac "Cépages du sud-ouest, 2000 ans d'histoire", Éditions du Rouergue, 2001, ISBN 2-84156-289-1