Classification officielle des vins de Bordeaux de 1855

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La classification officielle des vins de Bordeaux de 1855 est la référence établie à l'époque à la demande de l'empereur Napoléon III pour l'exposition universelle de Paris de 1855.

Historique[modifier | modifier le code]

Lodi-Martin Duffour-Dubergier, maire de Bordeaux entre 1842 et 1848 et négociant en vin est propriétaire du château de Gironville[1] et du château Smith Haut Lafitte. En 1855, Lodi-Martin Duffour-Dubergier, en tant que président de la chambre de commerce, s'investit afin de mettre en place le classement des vins de Bordeaux [2].

L'Union des courtiers de commerce près de la Bourse de Bordeaux reçut de la Chambre de Commerce une lettre datant du 6 avril 1855 demandant « de vouloir bien nous transmettre la liste bien exacte et bien complète de tous les crus rouges classés du département ... également ... la classification relative aux grands vins blancs[3] ». Ces courtiers de l'industrie vinicole établirent un classement en fonction de la réputation des châteaux et du prix de leur production sur la base d'une tradition d'un siècle et demi de classification informelle, qui à l'époque étaient directement en relation avec la demande - on dirait aujourd'hui le marketing - et donc le prix[4]. Il est difficile de parler de qualité, alors qu'on ne sait pas, aujourd'hui, ce qu'elle était à l'époque.

Les vins furent classés en importance du premier au cinquième cru. Tous les rouges venaient de la région du Médoc sauf le Château Haut-Brion produit dans les Graves. Les blancs furent limités à la variété liquoreuse des sauternes[5] et barsac sur trois niveaux.

Publié le 18 avril 1855, ce classement a connu deux changements depuis sa création : le 16 septembre 1855 château Cantemerle a été ajouté comme cinquième cru et, en 1973, château Mouton Rothschild a obtenu de passer de deuxième à premier cru[6]. Depuis, les vignobles ont changé de superficie, sans que cela soit pris en compte. Ce classement et les 88 châteaux (61 rouges et 27 blancs) qui en font partie sont un sujet de discussion parmi les amateurs.

Vins rouges[modifier | modifier le code]

La liste ci-dessous correspond à la version actuelle de la classification. Les différences avec la version de 1855 sont explicitées entre parenthèses. Lorsque la commune sur laquelle se trouve un château est différente de son appellation, ceci est précisé entre parenthèses.

Premiers crus[modifier | modifier le code]

Deuxièmes crus[modifier | modifier le code]

Troisièmes crus[modifier | modifier le code]

Quatrièmes crus[modifier | modifier le code]

Cinquièmes crus[modifier | modifier le code]

Sauternes et barsac[modifier | modifier le code]

Premier cru supérieur[modifier | modifier le code]

Château d'Yquem - Sauternes

Premiers crus[modifier | modifier le code]

Deuxièmes crus[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Château de GironvilleLe Figaro
  2. Vincent Noce, 1855, un classement à déclasser. Un Américain a enquêté sur l'histoire du classement des crus bordelais Libération, 2 mai 1998
  3. 1855 Histoire d'un classement par Dewey Markham, éditions Féret, 1997, p.117
  4. Dewey Markham, Jr , Classement des vins de Bordeaux Culture.fr, Archive de France
  5. Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine.
  6. Le Guide des vins de Bordeaux, Jacques Dupont, éditions Grasset, 2011, (ISBN 9782246789062), p. ?

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Enjalbert, L'histoire de la vigne et du vin. Avec une nouvelle hiérarchie des terroirs du Bordelais et une sélection de 100 grands crus, avec Bernard Enjalbert, Éd. Bordas-Bardi, 1987
  • Dewey Markham Jr., Histoire d'un classement des vins de Bordeaux, éditions Féret, 1997

Articles connexes[modifier | modifier le code]