Saint-Vivien-de-Médoc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Vivien et Médoc (homonymie).
Saint-Vivien-de-Médoc
La mairie
La mairie
Blason de Saint-Vivien-de-Médoc
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Arrondissement de Lesparre-Médoc
Canton Canton de Saint-Vivien-de-Médoc
Intercommunalité Communauté de communes de la Pointe du Médoc
Maire
Mandat
Jean-Pierre Dubernet
2014-2020
Code postal 33590
Code commune 33490
Démographie
Gentilé Viviennais
Population
municipale
1 643 hab. (2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 52″ N 1° 02′ 04″ O / 45.4311, -1.034445° 25′ 52″ Nord 1° 02′ 04″ Ouest / 45.4311, -1.0344  
Altitude Min. 0 m – Max. 12 m
Superficie 29,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de Gironde
City locator 14.svg
Saint-Vivien-de-Médoc

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Saint-Vivien-de-Médoc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Vivien-de-Médoc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Vivien-de-Médoc
Liens
Site web www.stviviendemedoc.fr

Saint-Vivien-de-Médoc est une commune du sud-ouest de la France, dans le département de la Gironde (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Géographie de la Gironde et Médoc.

Commune située dans le Médoc sur la route départementale 1215 (ex-RN 215, ex D.1) entre Lesparre-Médoc et Le Verdon-sur-Mer, sur la rive gauche de l'estuaire de la Gironde.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Vivien-de-Médoc
Talais estuaire de la Gironde
Grayan-et-l'Hôpital Saint-Vivien-de-Médoc
Vensac Jau-Dignac-et-Loirac
Rue principale

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Ve siècle la commune était appelée Saint Vivien de Bégays, transformation du nom gallo-romain Vivianus de Bégaitz.

Begays est un gasconisme pour désigner le "Viguier" ou "Vigier", magistrat urbain, qui vient du latin vicarius(qui a donné vicaire).

Le vicarius était à Rome un délégué du préfet du prétoire. Ce nom à la particularité rare en Médoc d'être postérieur à l'époque gallo-romaine il rappellerait donc une forme de juridiction, un tribunal local.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Saintvivienmedoc.jpg

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1925 1935 Arnaud Legrand SFIO Maçon
1935 1938 Gaston Villeneuve   Agriculteur
1938 1941 Paul Léon   Commerçant
1941 1945 Lucien Lucas   Assureur
1945 1945 Louis Pourreau   Agriculteur
1945 1845 Louis Dupont SFIO Courtier en vins
1945 1947 Jean Metayer SFIO Retraité des Douanes
1947 1959 Gaston Villeneuve   Agriculteur
1959 1965 François Dillemann   Agriculteur
1965 1993 Jacques Noël PS Médecin
1994 2008 Jeanne Baudray PS Retraitée du commerce
2008 2014 Jean-Pierre Dubernet   Cadre retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 643 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
614 660 675 752 897 967 985 1 010 1 133
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 140 1 228 1 304 1 257 1 321 1 421 1 506 1 511 1 514
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 484 1 433 1 259 1 061 1 031 1 058 1 106 908 1 019
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 027 1 018 1 096 1 161 1 282 1 365 1 480 1 513 1 643
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Article connexe : Démographie de la Gironde.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église : située au cœur du village, l'église paroissiale Saint-Vivien a réussi à traverser les siècles malgré une histoire longue et tourmentée. Édifiée au VIe siècle, elle fut d'abord simple chapelle dédiée au culte de saint Vivien, évêque de Saintes (actuelle Charente-Maritime). Menacée de destruction à plusieurs reprises, notamment lors des invasions barbares et des Guerres de Religion, elle fut restaurée et embellie au XIIe siècle, époque où fut construite sa magnifique abside de style roman qui subsiste encore aujourd'hui. En 1957, l'église fut dotée d'un nouveau clocher. Son style architectural quelque peu "surprenant" constitue toujours un inépuisable sujet de conversation pour les visiteurs et les habitants du village.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Le port : Les eaux limoneuses de l'estuaire abritent une vie foisonnante, et de nombreux petits ports de pêche se succèdent le long des rives de la Gironde. En avril et au printemps, les pêcheurs guettent ainsi l'arrivée de la "lamproie", le poisson à la bouche-ventouse, ou celle de "l'alose", le poisson argenté, avant que l'automne et l'hiver n'annoncent le retour des précieuses "pibales", ou "civelles", qu'il faut extraire du fleuve avant que les alevins au corps translucide ne se métamorphosent en anguilles.

Situé en bordure d'un étroit chenal que les bateaux doivent remonter sur 3 kilomètres pour rejoindre l'estuaire, le petit port de Saint-Vivien reste un lieu de flânerie très agréable qu'une fête animée vient célébrer chaque mois d'août.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]