Graves-de-vayres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Graves-de-vayres
Désignation(s) Graves-de-vayres
Appellation(s) principale(s) graves-de-vayres[1]
Type d'appellation(s) AOC-AOP
Reconnue depuis
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignoble de Bordeaux
Localisation Gironde
Climat océanique
Superficie plantée 660 hectares
Cépages dominants merlot N, sauvignon B et sémillon B[2]
Vins produits rouges, blancs et moelleux
Production 35 300 hectolitres en 2009[3]
Rendement moyen à l'hectare maximum 50 à 72 hectolitres par hectare, variant selon le type de vin[4]

Le graves-de-vayres[1] est un vin français d'appellation d'origine contrôlée produit sur les communes de Vayres et d'Arveyres (la partie haute seulement). Cette appellation est située en plein cœur du vignoble bordelais, à mi-chemin entre Bordeaux et Saint-Émilion, au nord de l'Entre-deux-Mers, sur la rive gauche de la Dordogne.

Quelques mots d'histoire[modifier | modifier le code]

On a trouvé sur le territoire de l'appellation graves-de-vayres de nombreux silex taillés datant du Paléolithique. Le vignoble lui-même remonte à l’époque gallo-romaine.

Vayres est situé sur la Dordogne à proximité de la voie impériale de Bordeaux à Périgueux : l’empereur Auguste avait compris l’importance stratégique de cette place, où il fit établir une garnison sous le commandement de Varus qui aurait laissé le nom Vayres (Varatedo) au village.[réf. nécessaire]

Dès le milieu du XIXe siècle, les vins rouges et blancs de l'appellation graves-de-vayres étaient réputés, comme le mentionnent les éditions de Bordeaux et ses vins, où Cocks et Féret en parlent : « Sans prétendre rivaliser avec les Médoc ou les Saint-Emilion, les vins rouges des Graves de Vayres sont néanmoins pleins de délicatesse. Les premiers crus sont très recherchés du commerce pour leur corps et leur finesse et peuvent être classés parmi les meilleurs vins du Libournais, immédiatement après les deuxièmes crus de Pomerol. Quant aux vins blancs, ils restent toujours en faveur auprès des amateurs du Nord de la France et ils ont acquis une place non négligeable sur plusieurs marchés étrangers. »

Il reste de nombreux documents concernant assez de récoltants pour constituer un usage collectif de l'appellation graves-de-vayres.

Les différentes citations mentionnent dans les prix courants de Horeau-Beylot et Cie (1890), Jacquet et Fils (1895), Legendre et Cie (1898), négociants à Libourne, ainsi que dans les registres d'inventaires et de commerce de nombreuses maisons bordelaises figuraient sur des étiquettes imprimées depuis 1904 et dans l'exposition d'un sieur Béchaud à la Foire aux vins de Bordeaux en novembre 1909 mentionnent l’existence de l'appellation Graves de Vayres.

Le 3 janvier 1926, le Syndicat viticole des Graves De Vayres est fondé à l'initiative de son premier président, l'ingénieur Jean-Raoul Paul, par ailleurs directeur général de la Compagnie des Chemins de fer du Midi, avec l'appui de Joseph Capus[5]. Le syndicat décida, en vertu des usages locaux, loyaux et constants, d'inclure dans l'aire d'appellation graves-de-vayres, « les terrains graveleux du plateau d'Arveyres avec ceux de Vayres ».

Parmi les premiers syndicats viticoles en Gironde, le syndicat institua un contrôle de la qualité des vins par dégustation et analyse dès 1966.

Aujourd'hui, la qualité des vins produits sur cette aire d'appellation d’environ 400 hectares, en plein cœur du bordelais, reste une priorité : des pré-agréments sont proposés aux vignerons, une commission du vignoble suit la conduite de la vigne.

Vignoble[modifier | modifier le code]

Une quarantaine de producteurs travaille ce terroir de graves situé en rive gauche de la Dordogne, sur un système géomorphologique de terrasses alluviales. Ce système de terrasse témoigne de l’enfoncement de la Dordogne dans sa vallée pendant l’ère quaternaire, lors des périodes glaciaires.

Les exploitations, dont les superficies varient de 2/3 ha à une soixantaine d’hectares, se situent uniquement sur la commune de Vayres et le plateau de la commune voisine : Arveyres. Cette aire d’appellation a été délimitée en 1936 en fonction du potentiel de ses sols graveleux, sablo-graveleux, argilo-graveleux ou limono-graveleux dans le méandre de la Dordogne.

Rendements[modifier | modifier le code]

  • 53 à 65 hl/ha pour les rouges ;
  • 55 à 72 hl/ha pour les blancs ;
  • 50 à 55 hl/ha pour les moelleux.

Graves-de-vayres rouge[modifier | modifier le code]

Le graves-de-vayres rouge possède une robe rubis, un bouquet délicat et charnu où la structure s’allie à une grande finesse.

Lorsqu’il est jeune, à dominante merlot, il est frais et plein de fruit.

À maturité, il s’arrondit en bouche et son bouquet gagne en intensité, trouvant alors un équilibre parfait.[réf. nécessaire]

Graves-de-vayres blancs[modifier | modifier le code]

Les 100 % sauvignon pour les blancs secs sont très frais, vifs et parfumés (notes d’agrumes et florales).

Les 100 % sémillon vinifiés en barriques se caractérisent par leurs textures grasses, beurrées, très généreuses : rondes, amples en bouche.

Les graves-de-vayres moelleux, issu de cépage sémillon, s’illumine d’une robe jaune paille : 100 % sémillon récolté à sur-maturité, ils allient fraîcheur puis notes suaves et mielleuses ; en bouche, ils sont généreux et plein de souplesse.

Cependant, la majorité des graves-de-vayres blancs secs est issue d’assemblage 70 % sauvignon, 20-25 % sémillon, 5-10 % muscadelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine.
  2. Le code international d'écriture des cépages mentionne la couleur du raisin de la manière suivante : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.
  3. Le Guide Hachette des vins 2011, Hachette, 2010.
  4. Décret du 27 octobre 2009
  5. Le syndicat viticole des Graves de Vayres : origines

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]