Château Branaire-Ducru

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Château Branaire-Ducru.

Le château Branaire-Ducru, est un domaine viticole situé à Saint-Julien-Beychevelle en Gironde. En AOC Médoc, il est classé quatrième grand cru dans la classification officielle des vins de Bordeaux de 1855.

Histoire du domaine[modifier | modifier le code]

La propriété est issue d'une division des terres du château Beychevelle qui lui fait face : à la mort de son propriétaire le duc d'Épernon en 1661, le château est démembré pour permettre le paiement des dettes et ses biens sont remis à la couronne de France en 1666. Jean-Baptiste Braneyre, notaire royal à Bordeaux, rachète une partie du domaine en 1680[1]. Ses descendants, la famille Duluc[2], font construire le Château actuel en 1824[3]. En 1856, Louis Duluc meurt sans héritier et c'est son neveu Gustave Ducru qui prend la direction du domaine en 1857 et qui change le nom du domaine en château Branaire-Ducru. Au début du XXe siècle, le domaine passe aux mains de différentes familles. La sucrerie de Toury acquiert le domaine en 1988[4]. En 1993, la sucrerie cède ses parts à son directeur Patrick Maroteaux[5], sa famille (actionnaires de la sucrerie) et l'autre co-actionnaire Bernard Soulas[1]. Beaucoup d'efforts ont depuis été menés pour améliorer encore la qualité des millésimes avec une refonte totale des chais en 1992 (création de chais à écoulement vertical où l'utilisation des pompes et vis est proscrit), utilisation des méthodes de culture raisonnée (suppression de certains produits par utilisation d'insectes appropriés (coccinelle), meilleure gestion des engrais en vue de leur suppression) et la réhabilitation de l'extérieur et l'intérieur du château.

L'écrivain britannique Roald Dahl a rendu hommage au château Branaire-Ducru dans sa nouvelle Le Connaisseur incluse dans le recueil Bizarre ! Bizarre ! aux éditions Gallimard en 1962[réf. souhaitée].

Vignoble et terroir[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géologie du vignoble du Médoc.

L'encépagement du vignoble, constitué de ceps de 35 ans d'âge moyen, est composé de 70% de Cabernet sauvignon, 22% de Merlot noir, 5% de Cabernet franc et 3% de Petit verdot[6]. Les terroirs, typiques de l’appellation, sont constitués de graves quaternaires issus de l’ancien domaine du Château Beychevelle[7].

L'irrigation est autorisée sous condition[1].

Vin[modifier | modifier le code]

Chai du Château Branaire-Ducru.

Le domaine de 60 hectares de vigne produit 25 000 caisses de vin par an (Château Branaire-Ducru et Château Duluc), 20 % pour le marché domestique et 80 % pour l'export[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Sylvain Torchet, « Château Branaire-Ducru », sur abcduvin.com,‎ 11 octobre 2012
  2. Marie Braneyre, fille de Jean-Baptiste, épouse Pierre du Luc qui ajoute son nom au domaine comme il est de coutume à l'époque. C'est Laurent de Luc (1730-1814), qui contracte son nom en Duluc en raison de la Révolution française, qui développe le domaine.
  3. base Mérimée
  4. Florence Bal, « Portrait, Patrick Maroteaux, l’ambassadeur de Saint-Julien », sur La Revue du vin de France
  5. Né le 25 juin 1950 à La Ville-aux-Bois-lès-Dizy et issu d'une famille de betteraviers et de céréaliers, il commence sa carrière comme banquier d'affaires puis, par mariage, industriel du sucre, avant de se lancer dans le vin : il acquiert les 50 hectares de vigne du château Branaire-Ducru en 1988 en cherchant une diversification pour les affaires de sa belle-famille, devient président de l'Union des grands crus de Bordeaux puis président de l'appellation Saint-Julien.
  6. « Branaire-Ducru (château », sur dico-du-vin.com
  7. Duluc de Branaire Ducru

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]