Vaux-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vaux.
Vaux-sur-Mer
L'église Saint-Étienne (XIIe siècle), ancienne abbatiale bénédictine.
L'église Saint-Étienne (XIIe siècle), ancienne abbatiale bénédictine.
Blason de Vaux-sur-Mer
Blason
Vaux-sur-Mer
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Arrondissement Rochefort
Canton Royan-Ouest
Intercommunalité Communauté d'agglomération Royan Atlantique
Maire
Mandat
Danièle Carrère
2014-2020
Code postal 17640
Code commune 17461
Démographie
Gentilé Vauxois
Population
municipale
3 879 hab. (2011)
Densité 650 hab./km2
Population
aire urbaine
47 902 hab.
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 42″ N 1° 03′ 37″ O / 45.645, -1.060278 ()45° 38′ 42″ Nord 1° 03′ 37″ Ouest / 45.645, -1.060278 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 27 m
Superficie 5,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de Charente-Maritime
City locator 14.svg
Vaux-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de Charente-Maritime
City locator 14.svg
Vaux-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vaux-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vaux-sur-Mer
Liens
Site web www.vaux-sur-mer.com

Vaux-sur-Mer est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Poitou-Charentes). Ses habitants sont appelés les Vauxois et les Vauxoises[1].

Localisée au cœur du Royannais, dans la presqu'île d'Arvert, à l'embouchure de l'estuaire de la Gironde, cette station balnéaire de la côte de Beauté appartient à la banlieue ouest de Royan. Comptant quatre plages alternant avec de puissantes falaises, reliées entre-elles par une promenade piétonne et des pistes cyclables (sentier des Douaniers et Vélodyssée), c'est également un des centres économiques de l'agglomération royannaise, matérialisé par la présence depuis 2010 du pôle commercial Val Lumière[2] et d'une zone d'activité aux abords de la rocade.

Le commerce, les services et le tourisme constituent les piliers de l'économie locale. La commune dispose ainsi de nombreux commerces de centre-ville, de plusieurs supermarchés et d'un hypermarché, mais aussi de structures d'hébergement (campings, hôtels, résidences de vacances) adaptées à une population passant à près de 20 000 habitants en saison[3]. En outre, le centre hospitalier de Royan (CHR) est implanté dans la commune, dans le quartier de Malakoff.

La commune se divise en plusieurs quartiers; outre un centre-ville organisé autour d'une ancienne abbatiale romane, aujourd'hui église Saint-Étienne (XIIe siècle), d'espaces paysagés, d'un théâtre de verdure et d'un parc à l'anglaise, le parc de l'hôtel de ville, le plus célèbre est celui de Pontaillac, quartier « huppé » que Vaux-sur-Mer partage avec sa voisine Royan. Autrefois isolée du reste de l'agglomération, la commune connaît un important phénomène d'étalement urbain, et le bâti est aujourd'hui continu avec les communes voisines de Royan et de Saint-Palais-sur-Mer.

Intégrée à la poche de Royan pendant la Seconde Guerre mondiale, Vaux-sur-Mer souffre terriblement des bombardements de la Libération, sans pour autant subir le destin tragique de Royan, presque entièrement détruite par les bombardements alliés. La ville est citée à l'ordre du Régiment avec Croix de guerre.

Vaux-sur-Mer appartient à la Communauté d'agglomération Royan Atlantique, structure intercommunale rassemblant 79 441 habitants (2011).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Article connexe : Côte de Beauté.
Carte de la commune de Vaux-sur-Mer au sein de la Charente-Maritime
Position de Vaux-sur-Mer en Charente-Maritime

La commune, d'une taille d'environ 605 hectares, se situe au sud de la presqu'île d'Arvert, sur la rive droite de l'embouchure de l'estuaire de la Gironde, à proximité immédiate de l'océan Atlantique, dans l'ancienne province historique de la Saintonge. Appartenant au midi de la France — on parle plus précisément de « midi atlantique »[4], elle peut être rattachée à deux grands ensembles géographiques, le Grand Ouest français et le Grand Sud-Ouest français.

La ville, au sud-ouest du département de la Charente-Maritime, est mitoyenne de celle de Royan, capitale de la Côte de Beauté, dont elle constitue la banlieue proche. La commune se situe à 57 kilomètres[5] au sud de La Rochelle et à 97 kilomètres[6] au nord de Bordeaux.

Sur le littoral, alternent falaises calcaires et plages, localement appelées conches. Ces dernières sont au nombre de quatre, de tailles variables. Du nord au sud, la Conche de Nauzan, qui est la plus grande, partagée avec la commune de Saint-Palais-sur-Mer, puis les conches plus modestes du Conseil, de Saint-Sordelin et de Gilet. L'extrémité de la plage de Pontaillac marque la séparation de la commune avec celle de Royan. Toutes sont tapissées de sable extrêmement fin, de l'ordre de 180 µm. Leur formation semble être intervenue il y a environ 8 000 ans[7].

Vaux-sur-Mer, au bord de la Gironde, est mitoyenne de Saint-Palais-sur-Mer, en aval sur la même rive, et de Royan, en amont. Saint-Sulpice-de-Royan est quant à elle à moins de 7 km de l'autre côté de la rocade contournant l'agglomération royannaise et Breuillet est à 5,4 km par la D 140.

Rose des vents Saint-Palais-sur-Mer,
Beaulieu
Breuillet Saint-Sulpice-de-Royan Rose des vents
Saint-Palais-sur-Mer,
Baie de Nauzan
N Royan,
La Roche
O    Vaux-sur-Mer    E
S
Océan Atlantique Océan Atlantique,
au large, Le Verdon-sur-Mer
Royan,
Pontaillac

Axes de communication[modifier | modifier le code]

La ville est bordée dans sa partie septentrionale par une rocade qui ceinture les principales communes de l'agglomération royannaise. Cet axe de communication est relié à plusieurs voies importantes, permettant de rejoindre les principales villes de la région. Ainsi, la D 733 permet de rejoindre les villes de Rochefort (à environ 40 kilomètres au nord de Vaux-sur-Mer) et de La Rochelle (préfecture du département, distante d'environ 70 kilomètres). Quant à la RN 150, elle permet de rejoindre la ville de Saintes (environ 35 kilomètres) et l'autoroute A10, porte d'accès vers Bordeaux (environ 110 kilomètres) ou Paris.

Plusieurs voies secondaires sont connectées à la rocade au niveau de Vaux-sur-Mer et Saint-Palais-sur-Mer : la rue de la Roche, qui se prolonge par les routes de Rigaleau et de Saint-Palais, permet de rejoindre le village voisin de Saint-Sulpice-de-Royan ; la route de Royan conduit quant à elle à Breuillet.

La commune de Vaux-sur-Mer est également accessible par train, via la gare SNCF de Royan, qui accueille les trains Intercités et les TER du réseau Poitou-Charentes[8].

La commune ne possède pas d'aéroport : les liaisons aériennes s'effectuent à partir des aéroports de La Rochelle-Île de Ré[9], à 70 kilomètres de Vaux-sur-Mer, ou de Bordeaux - Mérignac[10], à 100 kilomètres au sud-est de la ville. L'aéroport de Rochefort-Saint-Agnant, à 40 kilomètres au nord, accueille des liaisons charters, principalement vers les îles Britanniques.

Un aérodrome est situé au nord de l'agglomération royannaise, sur la commune de Médis, mais il n'accueille pas de liaisons commerciales.

Quartiers, lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Bel-Air, Chantemerle, Chauchamp, les Fées, les Groies, Malakoff, le Moulin Texier, Nauzan.

Géologie[modifier | modifier le code]

La commune est en partie située sur un plateau de roches calcaire datant du Crétacé, limité au nord par les marais de Saint-Augustin, à l'est par les marais de Pontaillac et au sud par l'estuaire de la Gironde. La côte est constituée d'une alternance de conches de sable fin et de puissantes falaises. La principale conche est celle de Nauzan, qui se prolonge vers l'intérieur par un marais aujourd'hui partiellement transformé en jardin public, qui s'étend jusqu'au pied de l'église[11].

Un risque sismique léger concerne la commune qui est située non loin de la faille d'Oléron. Le 7 septembre 1972, le séisme d'Oléron d'une magnitude de 5.7 a produit quelques dégâts dans la région et a pu être ressenti jusqu'en région parisienne. Le dernier séisme ressenti en date, toujours sur cette faille, d'une magnitude de 4.7, a eu lieu le 18 avril 2005[12].

Environnement[modifier | modifier le code]

L'estuaire de la Gironde est une étape migratoire pour de nombreux oiseaux, dont le courlis cendré.

La commune de Vaux-sur-Mer est constituée à 64 % de terrains artificialisés, chiffre qui s'explique par une urbanisation croissante du territoire, conséquence directe du développement constant de la population depuis les années 1950. De fait, lotissements, zones commerciales et artisanales tendent de plus en plus à s'étaler, Vaux-sur-Mer apparaissant désormais comme un satellite de la ville de Royan (situation qui s'applique également à d'autres communes de l'agglomération telles que Saint-Georges-de-Didonne, Saint-Palais-sur-Mer, voire Saint-Sulpice-de-Royan et Médis).

Le reste du territoire communal est partagé entre terres agricoles (culture de maïs et de blé notamment), qui constituent 30 % de sa superficie totale, et 5 % de forêts et zones semi-naturelles[13].

Promenade des Fées, aux chênes verts et filarias sculptés par le vent.

Pins maritimes et chênes verts composent l'essentiel du bois des Fées (en zone littorale), tandis que viennent s'ajouter chênes et frênes dans la partie septentrionale de la commune (bois de la Roche, bois de Millard).

La commune se situe en bordure de l'estuaire de la Gironde, plus vaste estuaire sauvage d'Europe[14], lequel bénéficie d'une protection spéciale dans le cadre du réseau de protection des espaces naturels de grande valeur patrimoniale Natura 2000 (site d'importance communautaire). L'estuaire est notamment une étape migratoire pour de nombreuses espèces de poissons (Alose feinte, Saumon atlantique, Esturgeon) et d'oiseaux (Canard colvert, Courlis cendré, Grand Cormoran, Goéland marin, Aigrette garzette)[15].

La commune a jusqu'à présent (2010) fait l'objet de douze arrêtés de reconnaissance de catastrophe naturelle : trois l'ont été pour cause d'inondations liées à des tempêtes (1982, 1999 et 2010), trois pour des inondations causées par de fortes pluies (septembre et octobre 1993, août 1999) et six pour cause de mouvements de terrains liés à des périodes de sécheresse prolongée (1989, 1991, 1998, 2003, janvier et juillet 2005)[16].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Rivaud Saint-Nicolas prend sa source dans les marais de Pontaillac (au lieu-dit la Source, non loin de la rocade) et marque la frontière de la commune avec celle de Royan.

À l'est de la commune, le ruisseau de la Roche marque quant à lui la séparation avec la commune de Saint-Sulpice-de-Royan.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Charente-Maritime.

Le climat est de type océanique aquitain : la pluviométrie est relativement élevée en automne et en hiver et les hivers sont doux. L'été reste tempéré grâce à la brise marine. Deux vents venant de l'océan, le noroît et le suroît, soufflent sur les côtes du département. L'ensoleillement de la côte charentaise est très important : avec 2250 heures par an, il est comparable à celui que connaît une partie de la côte méditerranéenne[17].

Les relevés de la station météorologique de La Rochelle entre 1946 et 2000 permettent de déterminer quelques dates majeures au point de vue climatique en Charente-Maritime : ainsi, au cours de cette période, la température la plus froide est relevée le 15 février 1956 : -13,6 °C.
Un pic de température (dépassé seulement au cours de la canicule de 2003) est atteint le 8 juillet 1982 avec près de 39 °C à l'ombre.
Si 1953 est considérée comme l'année la plus sèche, 2000 est au contraire la plus pluvieuse[18].

La Charente-Maritime est le département français qui a été le plus durement touché par la Tempête Martin du 27 décembre 1999. Les records nationaux de vents enregistrés ont été atteints avec 198 km/h sur l'île d'Oléron et 194 km/h à Royan.

Un an après le passage de la tempête Klaus (janvier 2009), le sud de la Charente-Maritime a été touché de manière très inégale par la tempête Xynthia, qui a balayé une grande partie du département le 27 février 2010. Le cap des 137 km/h a été atteint à Royan. Des dégâts matériels ont été relevés dans les communes avoisinantes, allant des chutes d'arbres et destruction de matériel urbain aux toits partiellement arrachés. D'une manière générale, la submersion marine est restée relativement modérée sur la côte de Beauté, où aucune victime ne fut à déplorer.

Données générales[modifier | modifier le code]

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Vaux-sur-Mer[19] 2250 755 4 13 26
Paris 1 630 642 15 19 13
Nice 2 668 767 1 31 1
Strasbourg 1 633 610 30 29 65
Brest 1 492 1 109 9 11 74
Données climatiques à La Rochelle
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,4 2,8 5,4 7,4 10,7 13,7 15,8 15,7 13,7 10,5 6,3 3,9 9,2
Température moyenne (°C) 5,9 6,9 8,7 11,1 14,3 17,5 19,8 19,6 17,8 14,2 9,4 6,6 12,7
Température maximale moyenne (°C) 8,5 9,9 12,1 14,7 17,9 21,3 23,8 23,5 21,8 18 12,6 9,2 16,1
Ensoleillement (h) 84 111 174 212 239 272 305 277 218 167 107 85 2 250
Précipitations (mm) 82,5 66,1 57 52,7 61,1 42,9 35,1 46,4 56,5 81,6 91,8 81,8 755,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de La Rochelle de 1961 à 1990[20].


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Réseaux techniques[modifier | modifier le code]

Assainissement[modifier | modifier le code]

La gestion de l'assainissement de la commune est transférée à la communauté d'agglomération. Les eaux usées sont traitées par la station d'épuration de Saint-Palais-sur-Mer qui a une capacité largement suffisante de 64 000 équivalent habitants[21].

Internet haut débit[modifier | modifier le code]

L'ADSL est disponible depuis 2001 à Vaux-sur-Mer. La télévision par ADSL est arrivée en 2007. En 2010, le territoire communal est couvert grâce au répartiteur téléphonique Perche implanté à Royan et dégroupé par au moins un opérateur alternatif[22]. Vaux disposait également d'un point Wi-Fi en 2010[23].

Projets urbains[modifier | modifier le code]

Le projet de construction d'un espace jeunes est entré au mois de mars 2010 dans sa dernière phase, un appel à candidature ayant été lancé pour la réalisation de cet ensemble prévu pour ouvrir ses portes en 2011.

Le complexe devrait accueillir une salle polyvalente (prévue pour écouter de la musique, regarder la télévision, jouer au ping-pong ou au baby-foot ou plus simplement servir de lieu de réunion aux jeunes de la commune), une salle informatique et un point d'information (en vue de la réalisation de projets personnels par exemple)[24].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du latin « Valles », vallée.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason.
Blason Blasonnement :
Les armes de Vaux-sur-Mer se blasonnent ainsi : D'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or. (adopté par le conseil municipal le 7 juin 1989).
Commentaires : La devise de la commune est : « Mes hôtes ne mords ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

L'occupation du territoire de la commune est probablement très ancienne, puisque deux dolmens ( disparus aujourd'hui ) y sont encore signalés à la fin du XIXe siècle. Des vestiges de souterrains datant du Néolithique et servant de refuges aux Hommes à la fin de la Préhistoire ont également été découverts sur la commune[25]. Plus tard, à l'époque romaine, plusieurs villæ romaines voient le jour à Pontaillac, Bernezac, Vessac. Leurs propriétaires implantent la vigne et exploitent les forêts et marais alentour.

Du Moyen Âge aux guerres de religion[modifier | modifier le code]

Ancien logis de la duchesse de Rohan, devenu hôtel

C'est néanmoins durant le Moyen Âge que le bourg commence à véritablement se développer, avec la fondation en 1075 par des moines bénédictins de l'abbaye Saint-Étienne. Cette modeste abbaye sera plusieurs fois saccagée au cours de son histoire, une première fois par Guibert, seigneur de Didonne, en 1167, puis durant les guerres de religion, période pendant laquelle elle sera occupée par les protestants, avant d'être finalement cédée à Catherine de Bourbon, sœur d'Henri IV.

Le Domaine des Fées, en bord de mer, était appelé Lo Défens dans un document du XIIe siècle. La duchesse de Rohan, propriétaire des lieux qui y a fait édifier un manoir, l'a appelée Domaine des Fées par déformation[26].

XVIIIe et XIXe siècles[modifier | modifier le code]

Si la Révolution française est bien accueillie par la population, la terreur laissa ici comme ailleurs un goût amer. La déchristianisation fut virulente et le curé de Vaux, Antoine Rouzeau Dussertier, ou l’abbé Castin de Guéris de la Magdelaine, dernier seigneur de l'abbaye de Vaux, refusant de prêter serment à la constitution, sont déportés. Durant le XIXe siècle, Vaux commence à bénéficier de l'engouement des bains de mer, et les premiers chalets et villas commencent à voir le jour, notamment près des plages de Nauzan et de la corniche Nord de Pontaillac. La ligne de tramway reliant Royan à la grande côte est inaugurée.

De 1940 à nos jours[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Vaux-sur-Mer est occupée par le troupes allemandes, qui l'intègrent dans leur système défensif de la poche de Royan. Les combats de la libération, initiés les 14 et 15 avril 1945, sont incroyablement violents et les dégâts qui en résultent, particulièrement importants. Ville martyre, à l'instar de sa voisine Royan, elle sera citée peu après le conflit à l'ordre du régiment, avec croix de guerre. Rapidement relevée de ses ruines, Vaux-sur-Mer est aujourd'hui une ville en pleine expansion, dont la population a triplé depuis 1954. Elle est totalement intégrée à l'agglomération royannaise.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Tour de l'ancienne abbaye.
La mairie.

De 1789 à 1799, en vertu de la loi du 14 décembre 1789, les agents municipaux (maires) sont élus au suffrage direct pour 2 ans et rééligibles, par les citoyens actifs de la commune âgés d'au moins 25 ans, contribuables payant une contribution au moins égale à 3 journées de travail dans la commune. Sont éligibles ceux qui paient un impôt équivalent au moins à dix journées de travail.

De 1799 à 1848, La constitution du 22 frimaire an VIII (13 décembre 1799) revient sur l’élection du maire, les maires sont nommés par le préfet pour les communes de moins de 5 000 habitants. La Restauration instaure la nomination des maires et des conseillers municipaux. Après les lois organiques 1831, les maires sont nommés (par le roi pour les communes de plus de 3 000 habitants, par le préfet pour les plus petites), mais les conseillers municipaux sont élus au suffrage censitaire pour six ans.

Du 3 juillet 1848 à 1851, les maires sont élus par le conseil municipal pour les communes de moins de 6 000 habitants.

De 1851 à 1871, les maires sont nommés par le préfet, pour les communes de moins de 3 000 habitants et pour 5 ans à partir de 1855. Après 1871, les maires sont de nouveau élus, sauf dans les chefs-lieux (de départements, d'arrondissements ou de cantons).

Ce n'est que le 28 mars 1882, qu'une loi sur l’organisation municipale (encore en vigueur) est votée, et qui régit le principe de l'élection du maire et des adjoints par le conseil municipal, quelle que soit l'importance de la commune (sauf pour Paris). La loi du 5 avril 1884 fixe le mandat à quatre ans, durée portée le 10 avril 1929 à six ans[27].

De par sa taille, la commune dispose d'un conseil municipal de 27 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[28]). Lors du scrutin de 2008, Jean-Paul Cordonnier (Liste divers-droite) arrive en tête avec 52,03 % des voix (1113 voix), devant Philippe Pain (Liste de la majorité), qui récolte quant à lui 47,97 % des voix (1026 voix). En conséquence de quoi le conseil municipal désigne Jean-Paul Cordonnier comme maire de la commune[29].

Conseil municipal de Vaux-sur-Mer (2008-2014)
Groupe Président Effectif Statut
Liste divers-droite Jean-Paul Cordonnier 21 majorité
Liste de la majorité (UMP) Philippe Pain 6 opposition

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Gilbert Naudin    
2008 2014 Jean-Paul Cordonnier    
2014 en cours Danièle Carrere DVD[30]  
Les données manquantes sont à compléter.

Canton[modifier | modifier le code]

La commune de Vaux-sur-Mer est une des sept communes composant le canton de Royan-Ouest, dont le conseiller général est actuellement Michel Servit.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Vaux-sur-Mer fait partie, comme 30 autres communes de la région royannaise, de la communauté d'agglomération Royan Atlantique.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 879 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
367 320 332 371 374 387 388 367 406
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
419 421 406 440 441 485 475 488 531
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
537 554 605 564 540 611 630 619 1 038
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 368 1 798 2 163 2 481 3 054 3 448 3 696 3 738 3 876
2011 - - - - - - - -
3 879 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2004[32].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Vaux-sur-Mer en 2006[33] en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
1,1 
Avant 1916
2,6 
13,1 
1917-1931
16,4 
26,9 
1932–1946
25,0 
19,7 
1947-1961
22,8 
14,6 
1962-1976
14,1 
13,2 
1977-1991
9,2 
11,4 
1992-2006
9,9 
Pyramide des âges de la Charente-Maritime en 2006[34] en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
Avant 1916
1,5 
8,4 
1917-1931
11,7 
16,1 
1932–1946
16,9 
21,3 
1947-1961
21,1 
19,5 
1962-1976
18,8 
16,8 
1977-1991
14,9 
17,3 
1992-2006
15,2 

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

La commune est au cœur d'un bassin d'emploi particulièrement attractif, la zone d'emploi de Royan (issue de la partition de l'ancienne zone d'emploi Saintonge maritime, qui regroupait les régions de Royan et de Rochefort), forte de 27 753 emplois en 2008[35]. La zone d'emploi de Royan est, avec celle de La Rochelle, la plus dynamique de la région Poitou-Charentes, toutes deux profitant « d'un tissu économique et d'une démographie dynamiques » (Insee)[35]. La croissance y est particulièrement soutenue, du fait du développement des activités tertiaires. Vaux-sur-Mer, qui appartient au bassin de vie de Royan, partage avec sa célèbre voisine une économie basée sur le tourisme, essentiellement balnéaire (en été, la population passe à près de 20 000 habitants), mais aussi sur les services et le commerce.

Conche de Nauzan à marée basse.

Comptant parmi les principales stations balnéaires de la Côte de Beauté, la ville tire un parti non négligeable du tourisme. Les principales infrastructures touristiques sont concentrées autour de la plage de Nauzan (discothèque, bars de nuit, base nautique), seule véritable plage (avec les petites criques de Saint-Sordelin, du Conseil et de Gilet) d'une commune légèrement excentrée par rapport à ses voisines (Saint-Palais-sur-Mer, Royan, voire Saint-Georges-de-Didonne).

La commune apparaît de plus en plus connectée au tissu économique de l'agglomération royannaise, notamment depuis la création d'un nouveau parc économique communautaire de huit hectares (cinq hectares dédiés à l'activité commerciale et trois hectares formant un pôle artisanal et tertiaire) inauguré le 23 mars 2010. Comprenant notamment un centre commercial de 12 000 mètres carrés (Val Lumière), il s'étend en bordure de la rocade et complète la zone artisanale de Plain, en activité depuis plusieurs années[36].

Le secteur tertiaire est ici comme ailleurs en plein développement, commerces et services à la personne se matérialisant par de nombreuses enseignes, deux grandes surfaces (U Express et Picard), une très grande surface (Hyper Intermarché) et plusieurs entreprises artisanales. Le centre-ville concentre également boutiques et services, de même que les quartiers de Nauzan et de Pontaillac (un îlot de commerces/immeubles d'habitation appartenant à la commune).

Le centre commercial Val Lumière.

La ville abrite une population globalement moins active que la moyenne nationale (35,7 % contre 45,2 %), avec un taux d'activité des 25-59 ans également légèrement en deçà des chiffres nationaux (78 % contre 82,2 %)[37]. Les catégories socio-professionnelles les mieux représentées sont les employés (33,9 %), les artisans, commerçants et chefs d'entreprise (19,9 %), les professions intermédiaires (19,5 %), les ouvriers (18,9 %) et les cadres (6,8 %). L'agriculture reste un secteur marginal, employant seulement 1 % de la population active (2,4 % au niveau national).

Le chômage reste un problème majeur, le taux de chômage étant passé de 15,7 % à 17,2 % entre 1999 et 2005, alors même qu'au niveau national, il passait de 12,9 % à 9,6 % au cours de la même période[37]. La commune ne dispose pas d'agence pour l'emploi, mais est rattachée comme toutes les communes de l'agglomération royannaise au pôle emploi (et à la mission locale) de Royan.

Les retraités forment une importante composante de la population (34,9 %), juste derrière les actifs (35,7 %) et loin devant les jeunes scolarisés et les étudiants (15,4 %)[37].

Immobilier[modifier | modifier le code]

Les revenus des ménages habitant la commune sont supérieurs à la moyenne nationale, atteignant 22 164 € par an contre 15 027 € dans le reste de l'hexagone. Le taux de personnes propriétaires de leur logement est de 65,6 % (moyenne nationale : 55,3 %) ; parallèlement, 30,1 % des habitants de la commune sont locataires et 4,3 % sont logés gratuitement.

Le parc immobilier de la commune est constitué de 4870 logements, dont 65,1 % de résidences secondaires et seulement 33 % de résidences principales. Seuls 2 % des logements de la commune sont réputés vacants. Les maisons individuelles sont le type d'habitat le plus répandu (82,3 %), loin devant les appartements (10,3 %)[38].

Patrimoine communal[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Étienne.

Relativement méconnue par rapport à ses voisines Royan ou Saint-Palais-sur-Mer, la commune de Vaux-sur-Mer conserve néanmoins une parure monumentale discrète mais significative. Campée sur une hauteur dominant à la fois les maisons du centre-ville et un vaste jardin public, l'église Saint-Étienne est un des rares vestiges d'une ancienne abbaye bénédictine fondée au XIe siècle[39]. Typique du style roman saintongeais, elle doit son aspect modeste à d'importantes destructions durant les guerres de religion (les dernières ruines de sa nef sont abattues au XIXe siècle). Un cimetière, dont certaines tombes remonteraient au XVIIe siècle, a été aménagé aux abords du sanctuaire. Tout comme celui-ci[40], il est aujourd'hui classé monument historique[41].

En 2004, La Poste a consacré un timbre à cette église[42].

L'ancien château (aujourd'hui hôtel de ville) est situé à quelques dizaines de mètres de l'église. S'il intègre quelques éléments datés du XVIIe siècle (provenant vraisemblablement de l'ancien logis abbatial ou d'une de ses dépendances), le bâtiment n'est pas antérieur à la fin du XVIIIe siècle pour les parties les plus anciennes et ne prend son aspect actuel que dans le courant du XIXe siècle. Composé d'un corps de logis à trois niveaux (rez-de-chaussée, premier étage surmonté d'un étage mansardé percé de trois petites lucarnes) encadré de deux ailes latérales, il comprend également des dépendances dont une ancienne tour de garde.

La chapelle de Pontaillac.

En contrebas de l'église, aux abords d'une place François Courtot réaménagée en espace paysager, le temple protestant a été inauguré en 1848. De conception simple, sinon austère, il s'inspire du style néoclassique (à l'instar des temples voisins de Courlay, Breuillet ou Meschers-sur-Gironde). À proximité se dresse la fontaine de l'abbaye (ou fontaine aux moines), dont les origines remontent à la période médiévale. La place François Courtot conserve également un lavoir public à ciel ouvert, équipé d'un système hydraulique comprenant notamment une pompe en fonte. La période de sa construction reste indéterminée.

L'émergence de la mode des bains de mer entraîne l'urbanisation de nouveaux quartiers au cours du XIXe siècle, en particulier aux abords des conches (terme local désignant une plage) de Nauzan et de Pontaillac. De nombreuses villas balnéaires sont édifiées en bord de mer. Parmi celles-ci figurent notamment la villa Marpa, monumental chalet à quatre façades en pignon jouant sur l'alternance de la pierre et de la brique, la villa Le Charme qui reprend des éléments sculptés datés du XVIIIe siècle ou encore la villa Les Fées, castel en brique et pierre de taille ayant accueilli en son temps divers cercles littéraires et politiques, fréquentés notamment par Aristide Briand. Les villas balnéaires se diversifient au cours du XXe siècle, comprenant des échantillons de tous les styles. Ainsi de la villa Etchola, vaste ensemble inspiré de l'architecture traditionnelle basque ou de la villa Mélusine qui présente des éléments Art déco[43].

Située sur la falaise nord de Pontaillac, la chapelle de l'Assomption-de-Notre-Dame est caractéristique de la vogue néogothique du XIXe siècle. D'une grande sobriété, sa façade accueille une grande rose aux formes épurées.

Les falaises situées entre les conches de Pontaillac et de Nauzan accueillent également un élément caractéristique des côtes charentaises et girondines, les cabanes à carrelet. Montés sur pilotis, ils sont utilisés (entre autres) pour la pêche aux crevettes ou aux pibales.

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

La ville de Vaux-sur-Mer possède un tissu associatif assez dynamique, constitué principalement d'associations caritatives (ex : Les restos du cœur) et d'associations culturelles (ateliers de théâtre amateur et professionnel, club d'informatique, atelier de peinture). La plupart de ces activités ont lieu dans les locaux de la salle Équinoxe (à proximité de la mairie) ou au pôle associatif L'Estran.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Vaux-sur-Mer appartient à l'académie de Poitiers.

La commune a inauguré en 2004 un tout nouveau groupe scolaire, regroupant une école maternelle, une école primaire, un centre de documentation et une salle multimédia. Plus de 200 enfants y sont inscrits. La commune abrite également une halte-garderie, un centre de loisirs et une bibliothèque municipale.

Les établissements d'enseignement secondaires les plus proches (collèges publics Henri Dunant et Émile Zola, collège privé Sainte-Marie, Lycée d'enseignement général Cordouan et lycée technique de l'Atlantique) sont situés à Royan.

Sports[modifier | modifier le code]

Article connexe : Sport en Charente-Maritime.

La commune est équipée d'un stade, d'un tennis, d'un terrain de basket et d'une salle omnisports. De nombreuses associations et clubs sportifs sont établis à Vaux sur mer, parmi lesquels :

  • Football : Le club est de niveau régional et se nomme le Royan Vaux Atlantique FC à la suite de la fusion des deux clubs de Royan et de Vaux-sur-Mer.
  • Volley-Ball
  • Tennis
  • Musculation
  • Gymnastique
  • Tennis de table

Espaces verts[modifier | modifier le code]

Vue du parc de la mairie.

À proximité de l'église, là où se trouvaient autrefois les jardins du monastère, la municipalité a créé le parc de la Mairie, une vaste étendue arborée, organisée à la manière d'un jardin anglais, autour d'un plan d'eau coupé par plusieurs petits ponts de bois. Bambous, chênes, palmiers, marronniers, saules constituent l'essentiel de la végétation. De nombreuses espèces d'oiseaux fréquentent le parc : canard, huppe fasciée, mésange, rouge-gorge, chouette effraie, grimpereau, étourneau ou bergeronnette grise. Des nichoirs ont été aménagés afin d'offrir à toutes ces espèces des conditions d'habitat optimum[44].

Des fascines (assemblage de branchages) ont été posées aux abords du plan d'eau à l'automne 2009 afin d'en sécuriser les berges. Ces ensembles en fibre de coco servent également de support à des plantes hélophytes (myosotis des marais, iris des marais, joncs, souci des marais), qui permettent de limiter l'érosion des berges tout en permettant la création d'un biotope.

Le parc accueille un théâtre de verdure où sont organisés spectacles, animations et concerts en plein-air.

Le chemin des Écrevisses et le chemin des Fontaines sont deux sentiers de promenade faisant la liaison entre le parc et le centre-ville.

Santé[modifier | modifier le code]

Le centre hospitalier Malakoff, ou centre hospitalier de Royan (CHR) est implanté dans la partie méridionale de la commune. Il est l'héritier d'un préventorium bâti en 1855 pour soigner les tuberculeux. Le nom de Malakoff vient d'une victoire française pendant la Guerre de Crimée, qui connaît un grand retentissement au moment de la construction du bâtiment. Il comprend 171 lits répartis dans les différents services (urgences, réanimation, cardiologie, médecine interne, longs séjours, maison de retraite, centre de dépistage anonyme, soins de jour)[45]. Les cas les plus graves sont dirigés, par ambulance ou hélicoptère médicalisé, au centre hospitalier de Saintonge (Saintes) ou au centre hospitalier universitaire de Bordeaux.

Une maison médicale est établie dans la commune. Elle regroupe les cabinets de deux médecins généralistes, d'un dentiste, d'un kinésithérapeute et de deux infirmières.

  • Ostéopathe
  • Podologue-Pédicure
  • Infirmière à domicile
  • Pharmacie en centre-ville

Vie locale[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La commune est équipée d'un lieu de culte catholique (Église Saint-Étienne).

Vaux-sur-Mer appartient au diocèse catholique de La Rochelle et Saintes, intégré depuis 2002 à la province ecclésiastique de Poitiers. La paroisse catholique dépend du secteur pastoral « Notre-Dame — L'Assomption » qui regroupe neuf paroisses du pays royannais[46]. La messe a lieu chaque samedi soir à 18 heures, des messes ayant également lieu le dimanche matin à 9 heures 30 durant les mois de juillet et août.

La paroisse protestante appartient au consistoire de Charente-Maritime de l'église réformée de France et au secteur Saintonge-Océan[47]. Les offices sont célébrés chaque dimanche à 10 heures 30 au temple de Courlay, à Saint-Palais-sur-Mer.

Marchés[modifier | modifier le code]

Le marché est installé sur la place François-Courtot chaque mardi et samedi de 8 heures du matin à midi en basse saison et tous les jours de 7 heures 30 à 13 heures durant les mois de juillet et août (en plein-air et/ou sous les halles). Les différents commerçants présentent sur leurs étals produits alimentaires, productions artisanales et divers produits manufacturés.

Un marché nocturne proposant produits traditionnels, vêtements et productions artisanales se tient durant les mois de juillet et août chaque lundi de 20 heures à minuit sur le front de mer de Nauzan.

Festivals et événements touristiques[modifier | modifier le code]

Les carrelets de la conche de Pontaillac.
  • Le festival Jazz in Vaux se tient chaque année durant la période hivernale. Réunissant divers artistes de jazz, swing ou bebop (des groupes méconnus aux artistes confirmés), cet événement a vu le jour en 2003 à l'initiative de Jacques Chauvain, animateur départemental passionné par ce style musical. La direction artistique du festival a été reprise depuis 2007 par le musicien Carl Schlosser[48].
  • Les fêtes romanes ont lieu chaque année au printemps. Prenant pour thème la période médiévale, elles se déroulent dans plusieurs communes du pays royannais et sont notamment l'occasion d'expositions thématiques, de concerts, de récitals de troubadours, de banquets et de marchés médiévaux[49].
  • Le festival Festi'Vaux se tient chaque année dans le théâtre de verdure du parc de la mairie. Lancé en 2003, il ouvre sa scène aux artistes contemporains, jeune talents ou artistes reconnus. Chaque été, la programmation de cet événement intègre rock, pop, musiques électroniques ou variété française. Les concerts sont gratuits[50].
  • Cinétoiles est une série de séances de cinéma en plein-air ayant lieu chaque mardi soir aux mois de juillet et août au théâtre de verdure du parc de la mairie. Entièrement gratuite, la programmation comprend documentaires, films et ciné-concerts (un groupe jouant en direct l'orchestration d'un film).

Médias[modifier | modifier le code]

Télévision

Vaux-sur-Mer se situe dans une région où la réception de la télévision numérique terrestre est possible. Deux émetteurs de télévision couvrent l'agglomération : celui de Niort-Maisonnay (réception numérique aléatoire) et celui de Vaux-Malakoff, qui reprend les chaînes de la TNT[51] depuis le 30 juin 2008. Tous deux reprennent les chaînes gratuites et payantes diffusées dans la région, dont la déclinaison régionale de France 3, France 3 Atlantique, l'émetteur de Niort-Maisonnay diffusant en sus France 3 Ouest.

Le 31 mai 2009, l'émetteur de Niort-Maisonnay a débuté la diffusion d'un nouveau multiplex, permettant la réception des premières émissions de télévision haute définition (HD)[52].

Radio

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé de Vaux-sur-Mer
  2. Vaux-sur-Mer Magazine no 6, mars 2010
  3. Musée du patrimoine du Pays Royannais
  4. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  5. « Calcul de l'orthodromie entre Vaux-sur-Mer et La Rochelle » (consulté le 1er décembre 2009)
  6. « Calcul de l'orthodromie entre Vaux-sur-Mer et Bordeaux » (consulté le 1er décembre 2009)
  7. « Histoire de Royan », sur Musée du patrimoine du pays royannais (consulté le 15 février 2009)
  8. TER Poitou-Charentes
  9. Aéroport de La Rochelle-Île de Ré
  10. Aéroport de Bordeaux-Mérignac
  11. Musée du patrimoine du Pays Royannais
  12. Séisme d'Oléron sur le site du CEA.
  13. Site du SIGORE
  14. Conservatoire de l'estuaire de la Gironde
  15. Estuaire de la Gironde, Réseau Natura 2000
  16. Arrêtés de reconnaissance de catastrophe naturelle à Vaux-sur-Mer, site Prim.net
  17. Données Météo France.
  18. Relevés Météo-France de 1946 à 2000, sur le site Bernezac.com
  19. Données de la station de La Rochelle, sources l'Internaute, INSEE et Lameteo.org
  20. « Climatologie mensuelle à La Rochelle », sur infoclimat.fr (consulté le 22 octobre 2009)
  21. « PLU de Royan : rapport de présentation », sur site officiel de la mairie de Royan,‎ 29 mai 2007 (consulté le 16 février 2009)
  22. « Déploiement ADSL à Vaux-sur-Mer », sur degroupnews.com (consulté le 12 janvier 2010)
  23. « Annuaire des hotspots WIFI à Vaux », sur linternaute.com (consulté le 12 janvier 2010)
  24. Vaux-sur-Mer magazine, no 6, mars 2010, p. 12, « L'espace jeunes »
  25. J.R. Colle, Comment vivaient nos ancêtres en Aunis et Saintonge, Rupelle, La Rochelle, 1977, p. 48-60.
  26. Panneau d'information municipal
  27. La décentralisation, site de l'Assemblée nationale
  28. « nombre des membres du conseil municipal des communes », Legifrance
  29. « Les résultats des élections municipales 2008 à Vaux-sur-Mer », sur Les échos
  30. Résultats élections municipales Vaux-sur-Mer
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  33. Pyramide des âges de Vaux-sur-Mer, Recensement 2006 sur le site de l'INSEE
  34. Pyramide des âges de la Charente-Maritime, Recensement 2006 sur le site de l'INSEE
  35. a et b « Treize nouvelles zones d’emploi en Poitou-Charentes », sur le site de l'Insee (consulté le 05 août 2012).
  36. Cara'Mag', Le magazine de la communauté d'agglomération Royan Atlantique, édition printemps 2010, p. 43-44
  37. a, b et c Données économiques sur le site L'internaute
  38. Données immobilier, site l'internaute
  39. Musée du patrimoine du pays royannais
  40. « Notice no PA00105295 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  41. « Notice no PA00105294 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  42. Coppoweb.com : timbre de l'église Saint-Étienne
  43. Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime, éditions Flohic, p. 788-791
  44. Vaux-sur-Mer magazine, no 2, avril 2009, p. 3, « Curieuses cabanes et drôles d'oiseaux »
  45. « site du centre hospitalier de Royan » (consulté le 29 août 2012)
  46. Les paroisses du diocèse de La Rochelle et Saintes
  47. Église Réformée de France
  48. Vaux-sur-Mer Magazine, no 5, décembre 2009, p. 3, « Ça swingue à Équinoxe »
  49. Site des Fêtes romanes
  50. Festi'Vaux sur le site de la mairie de Vaux-sur-Mer
  51. L'émetteur de Vaux-Malakoff
  52. « Les émetteurs pour la TNT-HD se dévoilent », sur Degroupnews (consulté le 12 mai 2010)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Territoires et administrations
Transports
Monuments

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :