Saint-Père (Yonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Père.
Saint-Père
Saint-Père (sous Vézelay), vue générale
Saint-Père (sous Vézelay), vue générale
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Yonne
Arrondissement Avallon
Canton Vézelay
Intercommunalité Communauté de communes de l'Avallonnais, de Morvan-Vauban et du Vézelien
Maire
Mandat
Christian Guyot
2014-2020
Code postal 89450
Code commune 89364
Démographie
Gentilé Saint-Pérais
Population
municipale
366 hab. (2011)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 27′ 34″ N 3° 45′ 55″ E / 47.4594, 3.765347° 27′ 34″ Nord 3° 45′ 55″ Est / 47.4594, 3.7653  
Altitude Min. 142 m – Max. 359 m
Superficie 15,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Père

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Père
Vue générale du village depuis le jardin de la basilique de Vézelay.

Saint-Père anciennement dénommée Saint-Père-sous-Vézelay est une commune du département de l'Yonne, dans la région Bourgogne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Père est traversé par la Cure, affluent de l'Yonne et rivière de première catégorie (dit "rivière à truite"). Le village se trouve dans un "creux" cerné de toute part de lieux d'altitude (Vézelay, le Terria, Vignes, Avallon…)

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Asquins Domecy-sur-le-Vault Rose des vents
Vézelay N Tharoiseau
O    Saint-Père    E
S
Foissy-lès-Vézelay Menades
Pierre-Perthuis

Histoire[modifier | modifier le code]

Établi de très longue date, Saint-Père est situé près du gué de l'ancienne voie menant d'Autun à Auxerre par Quarré-les-Tombes[1].

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Vers 6000 av. J.-C., des Hommes s'installent sur le site de Saint-Père car la terre y est fertile et l'eau proche[2]. De cette époque, les fouilles archéologiques ont mis à jour un caillebotis constitués de galets brisés et des silex taillés[3].

Puits de captage des eaux néolithique[modifier | modifier le code]

En 1933, un puits vertical cylindrique de 1,5 m de diamètre environ, est partiellement démoli lors de l'extraction de sable. Ce puits, creusé dans le sable, avait ensuite été comblé avec de l'argile ; il n'y avait pas de boisements d'étayage[1].

Tentant de dégager le puits d'argile en 1938 ou 1939, René Louis et Robert Dauvergne sont arrêtés à 4 m de profondeur par des infiltrations d'eau.

Les Fontaines salées au sud-est de Saint-Père-sous-Vézelay, proches de la Cure, s'appelaient anciennement le puits de sel[1]. Elles ont été utilisées dès 2300 ou 2200 av. J.-C.. C'est l'âge des seize chênes évidés qui ont servi à fabriquer des puits de captage des eaux, et qui sont dans un très bon état de conservation. La grosseur de ces arbres laisse supposer qu'ils ont été conservés sur plusieurs générations avant d'avoir été abattus pour cet usage, un travail collectif mené à bien à l'aide de haches en cuivre ou en bronze. Deux techniques différentes ont été mises en œuvre pour ce faire, par deux groupes différents. Abandonné après l'Age du Bronze ancien, les puits ont été comblés par les alluvions des crues de la Cure. Ensuite, certains puits ont été réutilisés à la fin de l'Âge de Bronze - peut-être pour abreuver du bétail. Il faut attendre l'Age du Fer pour y voir une production de sel par le feu[4].

Nécropole du champ d'urnes[modifier | modifier le code]

Article connexe : Champ d'urnes.

Au lieu-dit le Poron, anciennement le Perron, une défense de mammouth a été trouvée en 1930 dans une sablière exploitée, à 1 m de profondeur[1]. Des ossements et fragments de poterie sombre se trouvaient dans la couche de terre recouvrant le sable, aux environs proches de la carrière de sable. En 1934 c'est une imbrex gallo-romaine intacte qui est mise à jour; puis à une profondeur variant de 50 cm à 60 cm, une sépulture en 1937, une en 1938 et, suite aux premières fouilles de René Louis et Robert Dauvergne, trois autres en 1939. Ces cinq sépultures trouvées paraissent former trois rangs avec des espacements de 2 m entre chaque sépulture, et vraisemblablement il s'agit d'un "champ d'urnes" avec de nombreuses autres sépultures.

Outre les restes d'ossements humains, la deuxième urne funéraire trouvée entière contenait une autre urne de même modèle mais assez petite pour passer par le col de la grande urne, ainsi qu'un bol, deux bracelets de bronze, et une pointe de flèche néolithique en silex avec pédoncule et barbelures, craquelée comme après un passage dans le feu[Note 1].

Ces "champs d'urnes" sont bien connus en Bohême, Allemagne du sud, Rhénanie, Bavière, Suisse et Italie du nord. Ils indiquent la période entre l'Age du Bronze et l'Age du Fer et correspondent à un peuple probablement originaire de Hongrie et de Lusace où la culture des urnes a remplacé celle des tumulus vers 1200 à 1000 av. J.-C.. Puis, ce peuple s'est étendu entre 1000 et 800 av. J.-C. en Allemagne du sud et la Haute vallée du Rhin, ensuite en Bavière, Suisse et Italie du nord. Les urnes globuleuses à haut col remplacent alors celles bicôniques à col court et évasé. Selon Bosch Gimpera, un groupe de ce peuple, parti de Bavière, Wurtemberg et Bâle, serait passé par la trouée de Belfort pour arriver au centre de la France (champs d'urnes de Pougues-les-Eaux - aussi une station thermale - dans la Nièvre, de Dompierre-sur-Besbre en Allier) ; et aurait ensuite contourné les Cévennes par l'ouest pour arriver dans le Tarn (nombreuses nécropoles vers Saint-Sulpice-la-Pointe), la plaine de Toulouse et les Pyrénées. Un autre groupe du même peuple, passant par le plateau suisse et la vallée du Rhône où il aurait remplacé la civilisation palafitte, aurait suivi le bord de la Méditerranée pour peupler le Roussillon et le Narbonnais. Une autre nécropole découverte en 1935 à Granges près de Chalon-sur-Saône viendrait appuyer cette hypothèse. Les quatre champs d'urnes du centre de la France connus fin XIXe siècle sont tous localisés dans des bancs de sable (en sus de nombreuses autres ressemblances)[5].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le matériel céramique et métallique retrouvé entre le village et la chapelle Saint-Jean-Baptiste indique une fréquentation importante depuis la Tène finale jusqu'au Ve siècle[6].

En 1935-36 est découvert un mur de de 80 mètres le long de la chapelle, des thermes gallo-romains avec plusieurs sanctuaires de source, et d'anciens captages néolithiques sont reconnus. Plusieurs exploitations de fer étaient en opération dans les environs proches, et une activité commerciale s'était établie[1],[7],[8]. Charles Beyney a également trouvé au lieu-dit Corvée St-Jean près de la Brèche, des pièces romaines, céramiques, tuiles romaines, pilette d’hypocauste, verre, un fût de colonne de 67 cm de diamètre (maintenant au musée de St-Père sauf les murs et le fût de colonne). Des photos aériennes[9] indiquent un grand domaine rural, appelé Vercellacus à partir du IVe siècle (du nom de son propriétaire), transmis en tant que villa carolingienne[10].

An début du XXe siècle, l'abbé Pissier explore les ruines de la chapelle Saint-Jean-Baptiste du IVe siècle.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La Geste des évêques d’Auxerre donne le nom "Vidiliacus" lors du don de Domecy avec Vézelay par Aunaire à St-Germain en 590 ("cum Vidiliaco")[11]. Ce nom s'est transmis vers la colline de Vézelay. Par ailleurs on a découvert en 2012 un mur carolingien sous le cloître de Vézelay[12]. Des sarcophages mérovingiens ont été retrouvés dans le sous-sol de l'église Saint-Pierre, et sous l'un d'eux un sarcophage plus ancien[13].

En 858 un monastère a été fondé par Girart comte de Vienne. Installé sur la colline, on ne sait pas s'il occupait dans ses débuts le site de l'église actuelle[12], mais il y a continuité d'occupation du site entre l'Antiquité et le Moyen Âge, comme l'ont démontré des fouilles réalisées dans le sous-sol de l'église Saint-Pierre[13].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le bourg fut appelé « Val-en-Sel » pendant deux ans après la Révolution[14], bien que les sources en usage aient été volontairement comblées en 1767 pour empêcher la production locale de sel.

Au XVIIIe siècle le ru du Val de Poirier (« des Perriers ») a été détourné à l'aide d'une digue pour établir un jardin. Il avait auparavant alimenté en eau le domaine gallo-romain puis les fossés moyenâgeux[12].

Le village d'aujourd'hui est construit sur la partie habitat du domaine gallo-romain, avec l'église Notre-Dame près de l'ancien hypocauste.

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
avant 2006 en cours Christian Guyot[15] PS ex-instituteur

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 366 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 385 1 246 1 356 1 401 1 476 1 539 1 038 1 072 1 112
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 088 1 069 1 073 1 023 1 018 1 001 987 951 906
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
870 836 770 587 602 563 538 492 432
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
377 402 348 356 348 385 380 385 370
2011 - - - - - - - -
366 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2004[17].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame de Saint-Père a été classée monument historique depuis 1840[18]. Construite du XIIIe au XVe siècle, c'est un chef-d'œuvre de l'art gothique flamboyant bourguignon. Le clocher du XIIIe siècle, haut de 50 mètres (34,30 mètre hors flèche) est remarquable. L'église fait aussi 50 m hors-tout. À l'extérieur, un porche couvert et clos typique de Bourgogne. À l'intérieur, deux chapiteaux dont une tête de nègre et une tête d'avare très abîmée dont deux dragons mangent les oreilles restées sourdes aux appels. La coûteuse rénovation oblige à faire appel à la générosité des habitants d'une modeste commune de 385 habitants. Très peu de messes y sont célébrées.
Article détaillé : église Notre-Dame de Saint-Père.
  • Le musée des fouilles des Fontaines Salées situé au pied de l'église. Il abrite principalement les trouvailles archéologiques du Site des Fontaines Salées. L'essentiel des collections est constitué par des céramiques, monnaies, bijoux, statuettes, Ex-voto.

Vignoble[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bourgogne-vézelay.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Saint-Père (Yonne).

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Deuxième et troisième urnes de sépulture trouvées : des photos des urnes et des artéfacts sont données dans "le champ d'urnes des fontaines salées (Yonne) et la civilisation des “ champs d'urnes ” en Bourgogne, p. 19.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e "le champ d'urnes des fontaines salées (Yonne) et la civilisation des “ champs d'urnes ” en Bourgogne. Louis Robert, Gallia, 1943, Volume 1, no 1-1, p. 15-41.
  2. Bernard Pujo, Histoire de Vézelay, Des origines à l'an 2000, Perrin, Paris, 2000, p. 10-11.
  3. Bernard Pujo, Histoire de Vézelay, Des origines à l'an 2000, Perrin, Paris, 2000, p. 10.
  4. Captages en bois à la fin du Néolithique : les Fontaines Salées à Saint-Père-sous-Vézelay. Vincent Bernard, Pierre Pétrequin, Olivier Weller, Gilles Bailly, Christine Bourquin-Mignot, Hervé Richard. p. 299-336.
  5. H. Jacquinot et P. Usquin, La Nécropole de Pougues-les-eaux (Nièvre). Derniers Temps de L'âge Du Bronze. Bulletin de la Société Nivernaise Des Lettres, Sciences Et Arts. 1879.
  6. Pierre Nouvel, dans Carte archéologique de la Gaule par Jean-Paul Delor, p. 608. Cité dans La villa gallo-romaine de St-Père ne cesse d’intriguer les archéologues. Philippe Beyney, 2012.
  7. René Louis, Les fouilles gallo-romaines de Saint-Père-sous-Vézelay (Yonne) : vue d'ensemble sur les campagnes 1934, 1935 et 1936 aux lieux-dits "Les Fontaines-Salées", "Le Perron" et "La Corvée Saint-Jean" ]. Monographies de fouilles, Société des fouilles archéologiques et des monuments historiques de l'Yonne. 1937.
  8. Les fouilles des Fontaines- Salées en 1942 - Les thermes, le "temple de source", et les puits à cuvelage de bois. René Louis, Gallia, 1943, Vol. 1, no 1-2, p. 27-70.
  9. Jean-Paul Delor, Carte archéologique de la Gaule, 89/1 et 2. Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2002, tome 2, p. 604. Article de Pierre Nouvel. Cité dans La villa gallo-romaine de St-Père ne cesse d’intriguer les archéologues. Philippe Beyney, 2012.
  10. Abbé Bernard Lacroix, Saint-Père-sous-Vézelay. Origines et évolution. Librairie Voillot, 1993.
  11. Michel Sot, dir. La Geste des évêques d’Auxerre, tome 1. Textes établis par G. Lobrichon et H. Goullet, collection Les Classiques de l’histoire de France du Moyen Âge, 42e volume. Les Belles-Lettres, 2002, 400 pages. Cité dans La villa gallo-romaine de St-Père ne cesse d’intriguer les archéologues. Philippe Beyney, 2012.
  12. a, b et c La villa gallo-romaine de St-Père ne cesse d’intriguer les archéologues. Philippe Beyney, 2012.
  13. a et b Christian Sapin, Saint-Père (Yonne) - Église Saint-Pierre. Bulletin du CEM no 7, 2003, no 8 de 2004, et Études et Travaux de 2005, p. 41-42. Cité dans La villa gallo-romaine de St-Père ne cesse d’intriguer les archéologues. Philippe Beyney, 2012.
  14. Notice Historique sur Saint-Père-sous-Vézelay, abbé Pissier, Société des Sciences Historiques et Naturelles de l'Yonne, Auxerre, Volume 56, 1902.
  15. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 2 janvier 2014.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  18. « Notice no PA00113834 », base Mérimée, ministère français de la Culture.