Magny (Yonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Magny.
Magny
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Yonne
Arrondissement Avallon
Canton Avallon
Intercommunalité CC Avallon - Vézelay - Morvan
Maire
Mandat
Philippe Lenoir
2014-2020
Code postal 89200
Code commune 89235
Démographie
Gentilé Magnycois
Population
municipale
833 hab. (2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 54″ N 3° 58′ 41″ E / 47.4817, 3.978147° 28′ 54″ Nord 3° 58′ 41″ Est / 47.4817, 3.9781  
Altitude Min. 200 m – Max. 381 m
Superficie 30,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Magny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Magny

Magny est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle se trouve dans l'Avallonnais, aux portes du Morvan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sauvigny-le-Bois Sceaux Rose des vents
Avallon N Cussy-les-Forges
O    Magny    E
S
Saint-Germain-des-Champs Saint-Brancher

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de ce village sont gallo-romaines (Magniacus) ; la voie romaine d'Agrippa y passe notamment. Henri, Évêque d'Autun fait don en 1161 de la Chapelle à l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun[1]. Possession confirmée en avril 1164, par le Pape Alexandre III, réfugié en France qui reconnaît par une Bulle les possessions de l'Abbaye: " Ecclesiam de Magneio "[2].

Dans les années 1920, l'abbé Parat a mis en évidence la présence de 13 villas gallo-romaines et un atelier de potier. Il y a découvert du mobilier, aujourd'hui en grande partie perdu ou dans des collections privées.

La légende voudrait que Napoléon Bonaparte se soit arrêté à l'auberge de la Poste (anciennement à Étrée, hameau de Magny) pour s'y reposer une nuit. En effet, la voie gallo-romaine longeant la commune est restée très fréquentée jusqu'à cette époque.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1977 2008 Jean-Charles Levêque    
2008 2014 Philippe Patouret[3]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 833 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
885 696 915 942 1 028 1 016 1 064 1 107 1 169
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 067 1 105 1 115 1 130 1 141 1 179 1 168 1 166 1 161
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 071 1 041 992 835 852 776 806 778 624
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
636 632 610 642 757 819 810 808 833
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de Magny, de style roman, fraichement rénovée grâce à un legs privé.
  • Lavoir d'Étrée
  • Château de Marrault (XVIIIe siècle), sur l'emplacement d'une ancienne forteresse démantelée en 1478. Louis Pasteur y effectua plusieurs séjours.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Alexandre Parat, Chroniques historiques villageoises de l'avallonnais, Magny - Marrault - Charbonnière - Étrée (1919)
  • Arnaud Bachelin, Magny, au-delà des apparences

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Charte n°XIV du Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun
  2. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte no 18.
  3. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 27 décembre 2013.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011