Uchon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec La Chapelle-sous-Uchon.
Uchon
Les « Rochers du Carnaval d'Uchon »
Les « Rochers du Carnaval d'Uchon »
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Autun
Canton Mesvres
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Autunois Morvan
Maire
Mandat
Étienne Descours
2014-2020
Code postal 71190
Code commune 71551
Démographie
Population
municipale
100 hab. (2011)
Densité 8,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 48′ 48″ N 4° 15′ 19″ E / 46.8133333333, 4.25527777778 ()46° 48′ 48″ Nord 4° 15′ 19″ Est / 46.8133333333, 4.25527777778 ()  
Altitude Min. 309 m – Max. 681 m
Superficie 11,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Uchon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Uchon

Uchon est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Uchon est perchée sur le petit massif granitique du même nom, qui se rattache au Morvan, tout au sud du Parc naturel régional du Morvan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Chapelle-sous-Uchon La Chapelle-sous-Uchon Saint-Symphorien-de-Marmagne Rose des vents
La Chapelle-sous-Uchon N Saint-Symphorien-de-Marmagne
O    Uchon    E
S
La Tagnière La Tagnière Charmoy

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Lucette Duband    
Les données manquantes sont à compléter.

Elle dépend jusqu'au 31 décembre 2013 de la Communauté de communes Arroux Mesvrin, et suite à regroupement, de la Communauté de communes du Grand Autunois Morvan[1].

Démographie[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, la commune comptait encore environ 500 habitants, le chiffre de la population s'étant effondré depuis lors.


En 2011, la commune comptait 100 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
410 359 416 664 734 737 742 727 695
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
588 558 535 580 566 557 625 574 542
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
501 455 405 313 296 260 238 206 163
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
116 89 73 67 55 85 95 97 100
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église d'Uchon
Oratoire d'Uchon
  • Le signal d'Uchon est un site touristique réputé pour ses chaos granitiques et ses panoramas exceptionnels. Il comporte de nombreuses curiosités : la pierre qui croule, la griffe du diable, la chambre du bois, le carnaval.
  • l'église médiévale et ses statues (les plus belles ayant toutefois été volées en 1973)
  • l'oratoire de granite construit au XVIe siècle. À l'époque, la région subissait de nombreuses épidémies de peste. L'église d'Uchon qui renfermait des reliques de Saint Sébastien, faisait l'objet de pèlerinages réunissant parfois plusieurs milliers de personnes. L'oratoire fut donc érigé afin de satisfaire les besoins de ces nombreux pèlerins en permettant la tenue de messes en plein air.
  • le théâtre de verdure construit sur les restes de l'ancien château.
  • le centre monastique orthodoxe et ses fresques (récentes). Le centre a été fondé en 1989 dans l'ancienne cure de la chapelle du château par le Père Luc Devoisin-Lagarde, iconographe. Inscrit depuis 1992 au Patrimoine de France, il dépend depuis 2008 de l'Église orthodoxe serbe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Eric Dujardin Le grand Autunois-Morvan est né Le Journal de Saône-et-Loire, 13 septembre 2013
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. Martine Chantereau « Pierre Leygonie, période rouge »