Saint-Hilaire-en-Morvan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Hilaire-en-Morvan
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Nièvre
Arrondissement Château-Chinon (Ville)
Canton Château-Chinon (Ville)
Intercommunalité Communauté de communes du Haut-Morvan
Maire
Mandat
Virginie Buteau
2014-2020
Code postal 58120
Code commune 58244
Démographie
Gentilé Saint-Hilariens, Saint-Hilariennes
Population
municipale
212 hab. (2011)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 04′ 41″ N 3° 53′ 20″ E / 47.0780555556, 3.88888888889 ()47° 04′ 41″ Nord 3° 53′ 20″ Est / 47.0780555556, 3.88888888889 ()  
Altitude Min. 283 m – Max. 530 m
Superficie 21,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-en-Morvan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-en-Morvan
Liens
Site web sthilaireenmorvan.free.fr

Saint-Hilaire-en-Morvan est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne.

Ses habitants se nomment les Saint-Hilariens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Châtin Corancy Rose des vents
Dommartin N Château-Chinon Campagne
Château-Chinon Ville
O    Saint-Hilaire-en-Morvan    E
S
Sermages Saint-Léger-de-Fougeret Château-Chinon Campagne

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune était dénommée Saint-Hilarii en 1130. L'érection de la paroisse remonte au XIIe siècle. L'évêque donna le patronage de la cure, en 1130 à l'Abbaye de Saint-Martin de Nevers, auquel il fut bientôt contesté par le chapitre de Saint-Cyr; mais Bernard de Saint-Saulge, le confirma en 1222 et dès-lors toutes les contestations cessèrent[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Virginie Buteau SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 212 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
363 317 414 402 406 463 482 488 559
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
534 552 549 591 608 638 683 636 634
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
608 600 517 423 401 397 368 356 372
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
303 284 234 206 250 228 220 219 212
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges en 1999[4] en nombre d'individus :

Hommes Classe d’âge Femmes
75 à plus
15 
60 à 74
20 
35 
40 à 59
34 
29 
20 à 39
24 
33 
0 à 19
26 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint Hilaire de style néo-romain du XIXe siècle.
  • Château du XVIIe siècle au lieu-dit L'Huis au Roi.
  • Château de Mouasse des XVIIIe et XIXe siècles disposant d'un colombier et d'une chapelle bénite en 1836[5].
  • Ancien château d'Argoulais du XVIIIe siècle détruit et sa chapelle datant de 1862. Le château actuel date du XIXe siècle et a été bâti par Andoche Parthiot pour la famille de Chabannes[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :