Château-Chinon (Ville)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château-Chinon.
Château-Chinon (Ville)
Vue sur le Morvan et la plaine du Bazois, depuis le sommet du Calvaire
Vue sur le Morvan et la plaine du Bazois,
depuis le sommet du Calvaire
Blason de Château-Chinon (Ville)
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Nièvre
(sous-préfecture)
Arrondissement Château-Chinon (Ville)
(chef-lieu)
Canton Château-Chinon (Ville)
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Haut-Morvan
Maire
Mandat
Guy Doussot
2014-2020
Code postal 58120
Code commune 58062
Démographie
Gentilé Château-Chinonais,
Château-Chinonaises
Population
municipale
2 098 hab. (2011)
Densité 490 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 03′ 54″ N 3° 56′ 04″ E / 47.065, 3.93444444444 ()47° 03′ 54″ Nord 3° 56′ 04″ Est / 47.065, 3.93444444444 ()  
Altitude Min. 337 m – Max. 655 m
Superficie 4,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Château-Chinon (Ville)

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte topographique de Bourgogne
City locator 14.svg
Château-Chinon (Ville)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Château-Chinon (Ville)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Château-Chinon (Ville)
Liens
Site web www.ville-chateau-chinon.fr

Château-Chinon (Ville) (prononcé [ ʃato ʃinɔ̃ vil ] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter), ou souvent simplement Château-Chinon ([ ʃato ʃinɔ̃ ] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) (Sâtiau-Sgnion en morvandiau), est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne.

Considérée comme la capitale du Haut-Morvan, elle est bâtie sur les flancs d'une colline culminant à 609 m. Compte tenu de sa situation stratégique, son histoire est chargée depuis les époques gauloise et gallo-romaine avec le peuple des Éduens, au Moyen Âge et à l'Ancien Régime comme étant une châtellenie puis un comté appartenant aux plus grandes familles du Royaume de France, jusqu'à l'Époque contemporaine avec l'élection de son ancien maire à la présidence de la République : François Mitterrand.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la Nièvre
Les 3 croix du Calvaire en 2007

La ville est bâtie en amphithéâtre sur les flancs sud et ouest d'une colline culminant à 609 m, Le Calvaire, qui surplombe la rive gauche de l'Yonne et la plaine du Bazois.

Ce gros bourg est considéré comme la capitale du Haut-Morvan et se situe à l'est du département de la Nièvre, à environ 13 km de la limite avec la Saône-et-Loire.

Avec ses 428 hectares, Château-Chinon (Ville) est l'une des communes du département ayant le plus petit territoire.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Château-Chinon (Ville) est quasiment enclavé dans celui de la commune de Château-Chinon (Campagne). L'unique contact avec une autre commune se situe à l'ouest, dans la forêt communale de Château-Chinon, vers le lieu-dit Chaligny de la commune de Saint-Hilaire-en-Morvan. Cette limite avec une autre commune que Château-Chinon (Campagne) ne fait qu'une centaine de mètres de longueur.

Situation du territoire de la commune par rapport aux communes voisines

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique de Château-Chinon (Ville) de 1948 à 1999
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,9 −0,3 1,9 4,1 7,8 10,9 13,2 13,1 10,8 7,3 2,6 0,2 5,9
Température maximale moyenne (°C) 4,1 5,5 8,8 12 16,1 19,3 21,9 21,4 18,3 13,6 7,8 5,1 12,8
Précipitations (mm) 124 108 104 88 125 97 73 98 100 110 122 134 1 283
Nombre de jours avec précipitations 18,7 16,2 16,6 15,5 16,9 15 12,3 13,5 13,6 15,1 17 18,2 191
Source : SOPHY - Banque de données botaniques et écologiques (1948-1999)
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
4,1
−0,9
124
 
 
 
5,5
−0,3
108
 
 
 
8,8
1,9
104
 
 
 
12
4,1
88
 
 
 
16,1
7,8
125
 
 
 
19,3
10,9
97
 
 
 
21,9
13,2
73
 
 
 
21,4
13,1
98
 
 
 
18,3
10,8
100
 
 
 
13,6
7,3
110
 
 
 
7,8
2,6
122
 
 
 
5,1
0,2
134
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm
Relevé pluviométrique de Château-Chinon (Ville) de 2006 à 2008
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Relevé pluviométrique en 2006 (mm) 64,4 102,4 184,1 62,2 130,5 71,4 51,7 210,2 107,8 146,1 169,1 62,4 1 362,3
Relevé pluviométrique en 2007 (mm) 144,2 145,1 146,4 40,9 166,1 150,2 186,5 167,9 105,3 35 73,6 110,8 1 472
Relevé pluviométrique en 2008 (mm) 113,8 50,6 190,2 120,6 99 56,4 100,7 131,6 97,3 120,4 83,2 80,4 1 244,2
Source : DIREN de Bourgogne


Transports et réseaux de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Château-Chinon (Ville) est traversée d'ouest en est par la route départementale 978 (portion de l'ancienne RN 78) qui permet de rejoindre Nevers à l'ouest, et Autun, puis Louhans à l'est.

Par le sud, depuis Luzy, on peut rejoindre la commune via la route départementale 27.

La commune est également accessible par la route départementale 37 depuis Cercy-la-Tour au sud et Montsauche-les-Settons au nord.

Toujours depuis le nord, on peut rejoindre Château-Chinon depuis Lormes et Avallon par la route départementale 944 (portion de l'ancienne RN 444 reliant Château-Chinon à Troyes avant son déclassement en 1972).

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par 5 lignes d'autocars :

  • Ligne 1 : Château-Chinon - Nevers, tous les jours par les autocars Siyatégie (autocars du réseau départemental de la Nièvre)[D 1],[D 2]
  • Ligne 4 : Château-Chinon - Gouloux, le mercredi et le 2e lundi de chaque mois par les autocars Taboureau[D 2].
  • Ligne 6 : Château-Chinon - Autun, du lundi au samedi par les autocars Buscéphale (autocars du réseau départemental de la Saône-et-Loire)[D 3].
  • Ligne 7 : Château-Chinon - Arleuf, uniquement le samedi, par les cars Siyatégie[D 2].
  • Ligne 8 : Château-Chinon - Glux-en-Glenne, uniquement le mercredi par les autocars Voyages Gonin[D 2].

Le Tacot du Morvan[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, la commune était desservie par une des lignes du Tacot du Morvan : le chemin de fer d'Autun à Château-Chinon.

Le 1er juin 1905, la ligne fut prolongée et le terminus, situé précédemment aux hameaux de Athez et Corcelles (commune d'Anost) depuis son ouverture en août 1900, fut alors fixé à Château-Chinon (Ville), dans la bien nommée rue du Tacot, près de l'actuelle place Jean Sallonnyer.

Le 1er juin 1905, la ligne fut à nouveau prolongée et le terminus se trouva alors plus à l'ouest, à de Château-Chinon (Campagne), au niveau de la gare terminus de la ligne PLM qui rejoint Tamnay-en-Bazois.

Le trafic voyageurs fut stoppé le 31 juillet 1931, remplacé par un service d'autocars. La ligne, fermée définitivement en 1936, fut démontée entièrement en 1939.

Locomotive à vapeur Tacot du Morvan d'Autun à Château-Chinon
Commune précédente
Château-Chinon (Campagne)
Château-Chinon (Ville)
Rue du Tacot (gare)
Commune suivante
Château-Chinon (Campagne)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes et nom actuel[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, on note les appellations suivantes sous la forme latinisée Castellania de Castro Canino en 1193 et sous la forme française Chasteaul-Chignon en 1372[1],[2].

Durant l'Ancien Régime, des documents et textes officiels (notamment des chartes établies par le roi Louis XI[H 1],[H 2] ou une lettre écrite par Louis XIV[H 3]) utilisent l'appellation Chastel-Chinon ; d'autres mentionnent ChâteauChinon[H 4]. Sous la Révolution française, la commune (encore couplée à sa voisine, l'actuelle Château-Chinon (Campagne)) prend le nom révolutionnaire de Chinon-la-Montagne.
Après la Révolution, la commune est divisée en deux, et Château-Chinon (Ville) s'appelle alors Château-Chinon Intra-Muros, avant de prendre ensuite le nom de Château-Chinon(Ville) ou Château-Chinon (Ville).

Curieusement, jusqu'en 2008, la graphie officielle, utilisée par l’Insee (code officiel géographique et autres nomenclatures), le ministère de l'Intérieur, l’IGN, était Château-Chinon(Ville) (sans espace), de même pour le canton et l’arrondissement dont elle est le chef-lieu, ou pour la commune voisine de Château-Chinon (Campagne). Cet usage était toutefois peu respecté en dehors des cas mentionnés.

Depuis l'établissement du code officiel géographique de 2009, la graphie officielle de la commune est Château-Chinon (Ville) (avec une espace).
On écrit aussi parfois Château-Chinon-Ville et Château-Chinon-Campagne.[réf. nécessaire]

Dans l’usage courant, pour parler de la commune de Château-Chinon (Ville) (ou bien du canton ou de l’arrondissement dont elle est le chef-lieu), on emploie généralement l'appellation plus courte Château-Chinon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'étymologie du toponyme Château-Chinon a stimulé l'imagination des érudits et historiens du passé :

  • certains, comme l'historien Adrien de Valois dès le XVIIe siècle, prétendent que Jules César y logeait ses piqueurs et ses chiens, d'où le nom de « camp des chiens ». Cette théorie fut toutefois contestée en 1897 par la Société nivernaise des lettres, sciences et arts[3] ;
  • d'autres, comme Jean-Baptiste Bullet ou le Dr Edmond Bogros, affirment que cette appellation a une origine celtique et que « caninum » viendrait des termes « can » et « nein » et signifierait « cime blanche », faisant allusion à la neige pouvant recouvrir durant plusieurs mois la colline du Calvaire, se détachant ainsi dans le paysage du Morvan (qui selon la même démarche signifierait « montagne noire »)[4] ;
  • l'abbé Jacques-François Baudiau prétend quant à lui que « caninum » viendrait du nom d'un lieutenant que Jules César posta en Gaule pour pacifier le pays après la Guerre des Gaules : Caninius Rebellius. Le Dr Bogros fit toutefois remarquer que Caninius ne fut pas envoyé chez les Éduens mais chez les Rutènes et les Pictons[4] ;
  • enfin, certains attribuent cette dénomination à l'existence d'un temple dédié à Mercure que les Celtes adoraient sous le nom de Theutatès et que l'on représentait avec une tête de chien[5] ; ou bien encore à Anubis comme le pensait le poète autunois du XVIIe siècle, Étienne Ladoue[3].

Aucun de ces érudits ne s'interroge préalablement sur la nature des formes anciennes, à savoir leur caractère tardif au Moyen Âge et le fait qu'il s'agisse donc de latinisations médiévales (le latin ayant été langue de l'administration jusque l'ordonnance de Villers-Cotterêts au XVIe siècle, d'où la latinisation récurrente des toponymes pour les besoins des textes). En outre, aucun d'entre-eux ne s'interroge sur les divers noms en Château- de France jamais attestés avant le IXe siècle[6].

L'analyse proposée par les linguistes et toponymistes plus contemporains conclue à une formation toponymique médiévale en Château-, anciennement Chastel, qui pouvait avoir divers sens en ancien français « forteresse, enceinte urbaine, place fortifiée, citadelle, donjon, château fort », puis plus tard « grande maison de plaisance, grande demeure »[7]. Ce terme est issu du gallo-roman CASTELLU, terme de latin classique (diminutif de castrum, camp) qui avait le sens de « redoute », puis « château d'eau » et en latin médiéval, celui de « citadelle, ville fortifiée, oppidum »[8]. En revanche, le second élément -Chinon a donné lieu à diverses interprétations :

Histoire[modifier | modifier le code]

Plan de l'oppidum gaulois

Époque préhistorique[modifier | modifier le code]

Époque gauloise et gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Les observations et fouilles réalisées au sommet du Calvaire, ainsi que la physionomie du site permettent de penser à la présence d'un éperon barré d'époque protohistorique et d'une enceinte[13].

Les fouilles réalisées au XIXe et XXe siècles ont en effet permis de découvrir, outre des objets datant des époques gauloise, gallo-romaine et médiévale, une hache en cuivre, un bracelet en bronze et d'autres « objets de l'âge de la pierre »[13].

On ignore le nom primitif, sans doute gaulois, de Château-Chinon (voir Toponymie), c'est-à-dire celui de l’oppidum gaulois établi par le peuple des Éduens au sommet du Calvaire. D'après les fouilles archéologiques, l’oppidum était constitué d'une enceinte ovale, d'une superficie d'environ 3,5 ha (~130 m x ~250 m). L'accès y était rendu possible par deux poternes : l'une située au nord-est près d'une source, donnant accès aujourd'hui au bois de La Promenade, la seconde située au sud, tournée vers la ville actuelle en contrebas.

L'oppidum était divisé en deux parties inégales, séparées par une langue de terre entourée de deux fossés, encore observables de nos jours. La partie située au sud a ensuite servi d'emplacement au château féodal. Avant cela, l'oppidum gaulois fut également un castrum romain[Informations douteuses] occupant une position très stratégique de la voie romaine reliant Augustodunum (Autun) à Intaranum (Entrains-sur-Nohain)[14].

Des fouilles dirigées par le Dr Edmond Bogros au XIXe siècle ont mis au jour des bijoux, statues, lampes, poteries et divers objets en bronze. Des monnaies gauloises et romaines (de Germanicus, Vespasien, Domitien, Marc Aurèle, Dioclétien et Constance Chlore) ont également été découvertes[14].

Moyen Âge et Époque moderne[modifier | modifier le code]

Château-Chinon fut d'abord le siège d'une seigneurie, puis d'une châtellenie, et enfin d'un comté duquel relevaient plus de 255 fiefs et seigneuries. Ces terres appartinrent aux plus grandes familles du Royaume de France.

La date d'érection de la châtellenie en comté est inconnue.
D'après l'abbé Baudiau et le comte Georges de Soultrait, le roi Charles VI érige en 1389 la châtellenie de Château-Chinon en comté avec la châtellenie d'Ouroux, les seigneuries de Brassy et des Places, ainsi qu'une partie de la baronnie de Lormes[15],[1]. Joseph Pasquet reprend cette même date dans son ouvrage Le Haut-Morvan et sa capitale Château-Chinon[16].
Néanmoins, comme l'a souligné le Dr Bogros, aucune lettre patente ne confirme une telle érection. De plus, certains écrits officiels, postérieurs à 1389, mentionnent encore les terres de Château-Chinon sous l'appellation de « châtellenie »[17]. C'est notamment le cas en juin 1462 dans une charte de Louis XI confirmant la création d'une élection et d'un grenier à sel dans « laditte terre, chastellenie et seigneurie de Chastel-Chinon » ; en janvier 1477, le même roi, dans une charte de cession de ces mêmes terres à Jean II de Bourbon, parle encore « desdites ville, chastel et chastellenie, terres et seigneurie de Chastel-Chinon ».
Toutefois, en 1506, Charles Quint porte le titre de « comte de Château-Chinon ».
L'érection en comté serait donc située à la fin du XVe siècle ou au tout début du XVIe siècle.

Article détaillé : Comté de Château-Chinon.

Maison Delorme de Beauregard (1095-1240)[modifier | modifier le code]

Le plus ancien seigneur connu de Château-Chinon est Seguin de Lormes qui participe à la première croisade en 1096 afin de délivrer les Lieux Saints à la suite du concile de Clermont et de l'appel de Pierre l'Ermite en 1095.

En 1146, Hugues Ier de Château-Chinon assiste à l'appel de Bernard de Clairvaux pour la deuxième croisade. est est de retour sur ses terres en 1153[18].

En 1190, Hugues II de Blain (ou Hugo de Blino) participe, avec son frère, à la troisième croisade. À son retour en 1193, il donne les dîmes en sa possession sur la terre de Château-Chinon à l'abbaye Notre-Dame de Bellevaux, pour le repos de l'âme de son frère décédé durant la croisade.

Hugues III de Lormes (ou Hugo ab ulmis), petit-fils de Hugues II de Château-Chinon, hérite à la mort de son aïeul, de la totalité de châtellenie de Château-Chinon dont il était seigneur qu'en partie. Il confirme en 1208 les donations pieuses de ses ancêtres et en fait de nouvelles. Décédé en 1236, il laisse une fille prénommée Elvis[19] qui épouse Dreux Ier de Mello[20] a qui elle apporte les châtellenies de Château-Chinon et d'Espoisse en dot[21].

Maison de Mello (1240-1323)[modifier | modifier le code]

Armes de la famille de Mello.

La seigneurie de Château-Chinon rentre dans la maison de Mello en 1240 à la suite du mariage de Dreux V de Mello avec la fille de Hugues III de la famille Delorme de Beauregard, qui lui apporte en dot les seigneuries de Château-Chinon, mais aussi de Lormes et d'Époisses. C'est à partir de cette époque que la seigneurie de Château-Chinon semble échapper à la suzeraineté des évêques d'Autun[22].

Le dernier seigneur de Château-Chinon issue de la famille de Mello meurt en 1323 lors de la bataille de Saint-Verain. Il laisse derrière lui un seul enfant : sa fille, Jeanne de Mello. Cette dernière s'étant mariée 4 ans avant avec Raoul Ier de Brienne, comte d'Eu et de Guines, la terre de Château-Chinon passe entre les mains de la famille de Brienne[22].

Maison de Brienne (1323-1389)[modifier | modifier le code]

Armes de Raoul Ier de Brienne.

Raoul Ier de Brienne devient donc seigneur de Château-Chinon en 1323 à la suite du décès de son beau-père. Il est nommé connétable de France par le roi Philippe VI de France en 1328. Il décèdera en 1344 ou 1345.

Raoul II de Brienne, son fils, hérite de ses titres mais est fait prisonnier lors de la prise de Caen en 1346. Libéré à l'automne 1350, il sera décapité pour trahison dès le mois de novembre de la même année. Dès 1346, c'est alors sa mère, Jeanne de Mello, qui administre ses terres[23]. À sa mort, ses terres furent confisquées, puis la seigneurie de Château-Chinon est donnée à Gautier VI de Brienne, mari de sa fille, Jeanne de Brienne (sœur de Raoul II).

Gautier VI de Brienne décède le 19 septembre 1356 à la bataille de Poitiers et c'est sa veuve, la duchesse d'Athènes, qui administre la terre de Château-Chinon jusqu'à sa mort en 1389[23].

La seigneurie est alors confisquée par le roi Charles VI et relève désormais directement de la Couronne.

Maison de Bourbon (1394-1454)[modifier | modifier le code]

Durant 5 ans, Charles VI conserve la seigneurie, puis, en 1394, l'échange contre d'autres d'autres avec Louis II de Bourbon. À sa mort le 10 août 1410, son fils, Jean Ier de Bourbon, hérite de ses terres.

Durant la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, Jean Ier de Bourbon prend le parti de Louis Ier d'Orléans, contre les Bourguignons. Une troupe d'Armagnacs, dirigée par le capitaine Baquin-Beul, occupe à cette époque la seigneurie de Château-Chinon et gêne les proches fourrageurs de l'armée royale qui se voient obligés de se ravitailler dans le Nivernais. Jean Ier de Bourgogne, dit Jean sans Peur, décide alors d'éliminer ce contingent et met donc le siège devant le château de Château-Chinon à la fin du mois de juin 1412[24].

Retenu au siège de Bourges, Jean Ier de Bourbon ne peut venir en aide aux assiégés. Les Armagnacs capitulent fin juillet ou début août, après un mois de siège. Ce fut une « capitulation honorable » puisqu'ils « sortirent de la ville avec les honneurs de la guerre, mais encore emportèrent une somme de 500 livres [...] comme prix de leur capitulation »[24]. En effet, la petite forteresse était difficilement prenable du fait de sa position et, plutôt qu'une capitulation, il s'agissait plutôt de l'achat d'une reddition. Malgré tout, les Bourguignons démantèlent les murs de la ville et ruinent le château.

Jean Ier de Bourbon est fait prisonnier par les Anglais à la suite de la bataille d'Azincourt d'octobre 1415 et décède à Londres en 1434. Son fils, Charles Ier de Bourbon lui succède donc en tant que seigneur de Château-Chinon. Vingt ans plus tard, le 30 octobre 1454, sa fille, Isabelle épouse en secondes noces son cousin Charles le Téméraire, futur duc de Bourgogne, et lui apporte notamment en dot les terres de Château-Chinon[24].

Maison de Bourgogne (1454-1477)[modifier | modifier le code]

Charles le Téméraire, seigneur de Château-Chinon de 1454 à 1477.

En 1462, Charles le Téméraire obtient de son cousin le roi Louis XI, la création d'un grenier à sel et d'une élection à Château-Chinon[H 1],[25].

Le 20 juin 1475, alors que Charles le Téméraire assiège en vain Neuss en Allemagne, une bataille éclate près de Château-Chinon entre les troupes de Louis XI et les Bourguignons dirigées par le comte de Boussi, gouverneur de Bourgogne. Le lieu de cette bataille reste incertain : Prosper de Barante évoque le combat de Guipy, près de Château-Chinon[26],[Note 1] ; Adolphe Joanne indique qu'elle eut lieu près de Sermages[27] ; Jean de Troyes mentionne Guy, près de Château-Chinon[28].
C'est ce dernier lieu qui semble le plus probable et défendu par René-Pierre Signé[D 4] (ancien maire de la commune) ainsi que par le docteur Bogros[25] (médecin et historien de la ville). Il s'agirait donc de Guy-lès-Château-Chinon, petit village aujourd'hui disparu, situé au nord de l'actuel territoire de Château-Chinon (Campagne) vers le lieu-dit Montbois, proche de l'actuelle chapelle Saint Roch.

À l'issue de la « bataille de Guy », les troupes bourguignonnes sont vaincues par celles de Louis XI. À cette occasion, le château et les remparts de la ville furent détruits. Seule subsiste de cette époque la tour de guet du château sur le faîte du Calvaire.

Charles le Téméraire meurt le 5 janvier 1477 à la bataille de Nancy. Marie de Bourgogne, sa fille, hérite donc des nombreuses terres de son père qu'elle a du mal à assumer du fait de la situation économique, la crise démographique et les épidémies de peste qui sévissent. Louis XI en profite pour attaquer la Bourgogne et donne également l'ordre de s'emparer de Château-Chinon qui se rend. Tout en promettant qu'il souhaite ainsi protéger les biens et droits de la duchesse de Bourgogne, le roi « cède » la jouissance de la seigneurie à Jean II de Bourbon, l'oncle de Marie, début 1477[H 2],[25].

Quelques mois plus tard, le 18 août 1477, Marie de Bourgogne épouse l'Archiduc Maximilien d'Autriche, futur empereur du Saint-Empire romain germanique, et lui apporte en dot la seigneurie de Château-Chinon ainsi que l'État bourguignon. L'Archiduc ne put néanmoins profité de la jouissance de Château-Chinon, cédée à la maison de Bourbon, avant le traité d'Arras de 1482[29],[D 4].

Maison d’Autriche (1482-1517)[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Château-Chinon et les autres terres bourguignonnes à la suite du traité d'Arras.

Le 23 décembre 1482, le traité d'Arras permet enfin à Maximilien d'Autriche de bénéficier de la seigneurie de Château-Chinon. Mais ce même traité prévoit que cette terre, avec d'autres, soit comprise dans la dot de sa fille alors âgée d'à peine 2 ans, Marguerite d'Autriche, à l'issue du mariage prévu avec le fils du roi Louis XI, le dauphin Charles.
Le mariage est finalement annulé et Maximilien conserve Château-Chinon à la suite du traité de Senlis du 23 mai 1493.

Articles détaillés : Traité d'Arras et Traité de Senlis.

Le fils de Maximilien, Philippe le Beau, alors roi de Castille, se fait « rendre foi et hommage par tous ses vassaux du Morvan en 1504 »[30].

Après sa mort en 1506, on note que son fils aîné âgé de 4 ans, Charles Quint (futur roi d'Espagne, roi de Sicile et empereur du Saint-Empire romain germanique) porte le titre de comte de Château-Chinon[30].

Le 17 février 1508, le « conseil de famille » décide de redistribuer certaines terres en faveur de la tante de Charles Quint, Marguerite d'Autriche, notamment Château-Chinon et les comtés de Bourgogne et de Charollais. Elle en dispose réellement à compter du 4 mai de la même année[30]. Marguerite usurpe certaines possessions de Jeanne de Hochberg, duchesse de Longueville. Indigné, le roi François Ier profite de la signature du traité de Noyon avec Charles Quint, le 13 août 1516, pour ajouter une clause obligeant Marguerite à abandonner certaines de ses terres, dont celles de Château-Chinon, à Jeanne de Hochberg en compensation de celles usurpées. Cet échange devient effectif par procès-verbal le 20 mai 1517[30],[29].

Maison d’Orléans-Longueville (1517-1565)[modifier | modifier le code]

Jeanne de Hochberg, veuve de Louis Ier d'Orléans-Longueville devient donc Dame de Château-Chinon en 1517. N'ayant plus d'héritier direct (son fils Charles était décédé en 1525 à la bataille de Pavie), elle donne en dot les terres de Château-Chinon et de Noyers le 10 septembre 1536 à François, marquis de Rothelin, fils de Louis Ier d'Orléans-Longueville issu d'un premier mariage.

François décède à Noyers le 25 octobre 1548 et le fief de Château-Chinon revient à son fils Léonor d'Orléans-Longueville. Seize ans plus tard, il l'abandonne, « pour ses droits maternels », à sa sœur Françoise d'Orléans Longueville qui épouse Louis Ier de Bourbon-Condé le 8 novembre 1565[31].

Maison de Condé (1565-1644)[modifier | modifier le code]

La porte Notre-Dame flanquée de ses 2 tours.

Les bourgeois de la ville obtiennent du Prince de Condé que les matériaux issus de la destruction du château et des remparts en 1475 puissent être réutilisés pour rebâtir une partie des remparts[Note 2]. La Porte Notre-Dame, encore visible de nos jours sur la place du même nom, fut bâtie avec les pierres issues de l'ancienne porte du château fort.

Louis Ier de Bourbon-Condé, étant décédé le 13 mars 1569 à la bataille de Jarnac, le roi Charles IX confisque ses terres. L'année suivante, il restitue le comté de Château-Chinon à sa veuve, Françoise d'Orléans Longueville, duchesse douairière de Condé[31].

En 1587-1588, une épidémie de peste éclate dans le Morvan. Château-Chinon est fortement touchée, au point où il ne serait resté dans les murs de la ville que 2 habitants[32],[33]. Les autres habitants, qui n'auraient pas succombé à l'épidémie, auraient fui la ville.

Durant la 8e guerre de religion, Château-Chinon, comme beaucoup d'autres villes de la province voisine du Nivernais, se déclare pour la Ligue catholique. Jean VI d'Aumont, comte de Châteauroux et maréchal de France, ainsi que Louis de Gonzague, duc de Nevers, sont chargés de soustraire les villes rebelles de la région par le roi Henri IV. Le siège est mis devant Château-Chinon vers mars-avril 1591[33]. Les forces dont dispose le maréchal d'Aumont sont peu conséquentes : deux compagnies de cavalerie, un régiment d'infanterie et de quatre canons[33]. Le siège n'aurait duré qu'un mois et la ville emportée d'assaut[34]. La capitulation est convenue le 18 avril 1591 par le vicomte de Marre, commandant des ligueurs de Château-Chinon. La ville est alors pillée et les archives détruites[33],[35].

À la mort de Françoise d'Orléans Longueville le 11 juin 1601, son fils, Charles de Bourbon-Soissons, lui succède et devient comte de Château-Chinon. En 1607, il concède aux habitants de Château-Chinon et de ses faubourgs leurs bois-usages : « 811 arpents de bois de buissons et de terres vagues » dans lesquels les habitants pouvaient « prendre le bois mort pour le chauffage, le bois vif pour bâtir, pour chaussures [...] et d'y mener pâturer les porcs [...] »[33],[36].

Charles de Bourbon-Soissons, qui avait épousé Anne de Montafié en décembre 1601, meurt le 1er novembre 1612. Le comté de Château-Chinon revient alors à sa veuve qui en jouit durant 32 ans[33]. Leur plus jeune fille, Marie de Bourbon-Condé, épouse en 1625 Thomas de Savoie-Carignan, fils du duc de Savoie Charles-Emmanuel Ier. À la mort d'Anne de Montafié en juin 1644, le comté entre en partie en possession de la maison de Savoie-Carignan ; Louise de Bourbon-Condé, l'autre fille de Charles et d'Anne, étant décédée à cette date, c'est sa fille Marie d'Orléans-Longueville, duchesse de Nemours, qui demeure également propriétaire de ces terres en indivis.

Maison de Savoie-Carignan (1644-1719)[modifier | modifier le code]

Emmanuel-Philibert de Savoie, prince de Carignan

Le 26 février 1646, Roger de Bussy-Rabutin, en route vers le Nivernais pour prendre sa charge de lieutenant du roi, passe par Château-Chinon où « les habitants lui firent assez mauvais accueil »[37] car il tente de « s'imposer comme lieutenant-gouverneur au nom du duc de Nivernais »[38]. Quelques années plus tard, lorsque la Fronde éclate, Roger de Bussy-Rabutin reçoit l'ordre du roi Louis XIV d'assembler des régiments en Nivernais. Le comté Château-Chinon, terre indépendante, que ce soit de la Bourgogne ou de la province du Nivernais, est par définition exempté de cet ordre. Malgré cela, et peut-être par rancune, Roger de Bussy-Rabutin y loge 10 compagnies de son régiment d'infanterie. Les habitants s'en plaignent alors à leur seigneur, Thomas de Savoie-Carignan, qui en fait part au cardinal Mazarin, qui lui-même en informe le roi. Roger de Bussy-Rabutin se voit alors adresser une lettre datée du 28 avril 1652 et signée par Louis XIV en personne, lui rappelant les ordres qu'il a reçu et lui ordonnant vivement de cesser ses oppressions sur « Chastel-Chinon »[H 3],[37],[38].

Thomas de Savoie-Carignan décède en janvier 1656. Les terres de Château-Chinon (et de Soissons) demeurent donc la propriété par indivis de sa veuve, Marie de Bourbon-Condé, et de la duchesse Marie de Nemours. Elles décidèrent de faire le partage de leurs biens en 1688. Le comté de Château-Chinon (estimé à 494 000 livres en avril 1686) devient alors propriété unique de Marie, princesse de Carignan[37].

Marie décède en juin 1692, son fils Emmanuel-Philibert de Savoie-Carignan devient comte de Château-Chinon, puis en 1709, Victor-Amédée Ier de Savoie-Carignan, fils du précédent[37].

Plan de la ville au XVIIIe siècle.

Victor-Amédée Ier, après avoir réalisé des dépenses excessives et étant criblé de dettes, se voit contraint de vendre les terres de Château-Chinon en 1719.

Maison de Mascrany (1719-1790)[modifier | modifier le code]

Bien qu'estimé à près de 500 000 livres en 1686, le comté de Château-Chinon est vendu 325 000 livres le 14 mars 1719 au marquis Louis de Mascrany (issu d'une famille originaire du canton des Grisons en Suisse, et installé à Lyon)[39].

Louis de Mascrany meurt en 1775 mais donne, dès 1756 par contrat de mariage, la terre de Château-Chinon à son fils, François-Marie de Mascrany.

Le dernier propriétaire du comté fut Louis-Gabriel de Planelli, marquis de Maubec[40].

Sous la Révolution[modifier | modifier le code]

Collot d'Herbois, un des représentants de la Convention missionnés dans la Nièvre

En 1790, Château-Chinon devient chef-lieu de canton et de district.

Le 23 février 1793, la Convention nationale décrète la levée en masse de 300 000 hommes. Par l'arrêté du 2 mars qui suit, le département de la Nièvre fixe le contingent du district de Château-Chinon à 341 hommes dont 34 de Château-Chinon (18 de la « ville » et 16 de la « campagne »)[41].

Durant la Révolution, les représentants du peuple Jean-Marie Collot d'Herbois et Jacques Léonard Goyre-Laplanche sont missionnés dans la Nièvre pour installer un courant montagnard et sans-culotte. Après avoir été reçus à Nevers le 18 mars 1793, puis dans le Loiret, ils parcourent la Nièvre en avril et arrivent à Château-Chinon le 26 avril 1793. Ils épurent alors les administrations et font appliquer les décisions prises par la Convention nationale[42].

En juillet 1793, un nouveau représentant du peuple est nommé en mission dans la Nièvre : Joseph Fouché. Néanmoins, il ne se rend pas à Château-Chinon mais mandate des commissaires, comme Pierre-Gaspard Chaumette[43].

Par anticipation du décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, Château-Chinon prend le nom révolutionnaire de Chinon-la-Montagne dès le 21 septembre 1793[H 5].

Le 20 brumaire an II, le comité de surveillance de la ville fixe la taxe révolutionnaire imposée aux « riches à raison de leur fortune et de leur incivisme » qui s'élève au total à 64 225 livres pour la commune[H 6]. Cette somme s'ajoute aux 268 250 livres récoltées dans le reste du district de Chinon-la-Montagne au titre de cette même taxe, ainsi qu'aux 33 300 livres offertes par les « patriotes aisés » de ce même district.

Le 19 nivôse an III, les terres de Château-Chinon sont confisquées au nom de la Nation. Les forêts sont vendues à la fin du siècle comme propriétés nationales[39].

À la suite de la Révolution, la ville reprend son nom précédent mais est séparée en deux communes distinctes, Château-Chinon Intra-Muros et Château-Chinon Extra-Muros, qui deviendront respectivement Château-Chinon (Ville) et Château-Chinon (Campagne).

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Deux épidémies de choléra éclatent au XIXe siècle : l'une en 1849 qui touchera 137 habitants dont 37 succombèrent ; l'autre en 1854 qui fut moins meutrière[44].

La commune est néanmoins toujours un important lieu de commerce, d'artisanat et de prospérité. L'exploitation des forêts environnantes, bien que moins importante qu'auparavant, permet toujours de fournir d'importants revenus grâce au flottage du bois à destination de Paris[45].

Ce siècle marque également l'essor, à Château-Chinon et dans le reste du Morvan, de « l'industrie des nourrices » : d'une part les « nourrices sur lieu » qui se rendaient généralement à Paris, employées par des familles bourgeoises, d'autre part les « nourrices sur place » chez qui l'Assistance Publique de l'ancien département de la Seine plaçait des enfants parisiens : les « Petits Paris ».
En 1880, Château-Chinon (Ville) disposait de la plus grande agence de placement de France avec l'accueil de 3 000 enfants par an[46].

Article détaillé : Nourrice morvandelle.

Les limites de la ville ont par ailleurs largement débordé l'ancienne ceinture de remparts : le faubourg de Paris, au nord dans la partie haute de la ville, ainsi que la route d'Autun (future rue Jean-Marie-Thévenin), sont maintenant raccordées à la vieille ville[45].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

François Mitterrand, ancien maire de la ville

Les années 1950 marquent l'arrivée d'un homme politique d'origine charentaise : François Mitterrand. Maire de 1959 à 1981, conseiller général (il présida le conseil général de la Nièvre) puis député, il fut ministre sous la Quatrième République.

Alors député-maire, il signe le 15 juillet 1967, dans les locaux de l'ancienne mairie (devenu médiathèque de puis), l'acte de fondation de l'Académie du Morvan, avec Léon Bondoux (ancien maire de la commune), Joseph Pasquet, Jacques Thévenet, Jules Basdevant, Henri Perruchot, Régine Pernoud, Jean Chatelain, Lucien Olivier, Claude Régnier et Henri Desbruères.

Candidat malheureux en 1965 et 1974 à la présidence de la République, François Mitterrand fut finalement élu le 10 mai 1981, puis réélu en 1988. La ville se trouva alors propulsée dans l'actualité. François Mitterrand, qui ne possédait pas de domicile à Château-Chinon, louait une chambre (la chambre 15) à l'année à l'hôtel du Vieux-Morvan qui partagea alors la vedette avec son hôte illustre[D 5].

Le musée du Septennat

Très attaché à la ville qui l'avait adopté, le Président Mitterrand lui offrit une grande partie des cadeaux reçus au cours de ses deux septennats. Ils sont exposés au musée du Septennat, installé dans un ancien couvent. De nombreux présents de toutes natures sont exposés. Ce sont des tapis, meubles, vases, objets en or et pierres précieuses, comme ceux offerts par les chefs des États du Golfe. Plusieurs salles sont consacrées aux cadeaux africains. On peut également y voir les décorations, médailles et « clés de villes » reçues par le Président à l'occasion de ses voyages.

On peut également admirer la statue-fontaine-mobile, œuvre conjointe de Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely, installée en 1990 à la demande de François Mitterrand, devant l'ancien palais de Justice devenu la mairie.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« D'azur à un chêne au naturel sur une terrasse d'or. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Château-Chinon (Ville) est le chef-lieu du canton de Château-Chinon dont le conseiller général est Henri Malcoiffe, le maire actuel de la commune. Elle est également le chef-lieu de l'arrondissement de Château-Chinon et accueille à ce titre la sous-préfecture.

La ville a par ailleurs la particularité d'accueillir, près de la sous-préfecture, la mairie de sa « commune sœur » Château-Chinon (Campagne), avec qui elle partage son église, ses cimetières et son monument aux morts.

Le code postal de Château-Chinon a changé peu après la création des codes postaux en 1972 : il était 58100, puis est devenu, jusqu'à aujourd'hui 58120, comme quelques communes d'alentour qui dépendent de son bureau distributeur.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Comme beaucoup de communes et d'autres circonscriptions électorales du département, Château-Chinon (Ville) est traditionnellement une ville socialiste.

Liste des maires successifs depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Léon Bondoux SFIO Conseiller général, député
1947 1951 Joseph Michot    
1951 mars 1959 Robert Mantin SFIO  
mars 1959 mai 1981 François Mitterrand PS Conseiller général, sénateur, député, 1er secrétaire du PS, Président de la République de 1981 à 1995
mai 1981 mars 2008 René-Pierre Signé PS Médecin - Sénateur
mars 2008 mars 2014 Henri Malcoiffe PS Commerçant - Conseiller général
mars 2014 en cours Guy Doussot PS Inspecteur d'assurance à la retraite
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles (résultats des deuxièmes tours)
Élections législatives (résultats des deuxièmes tours)
Élections régionales (résultats des deux meilleurs scores)
Élections cantonales (résultats des deuxièmes tours)
Élections européennes (résultats des deux meilleurs scores)
Élections référendaires

Économie et emploi[modifier | modifier le code]

L’économie du secteur est tournée de manière générale vers l’élevage de bovins et de porcins, la culture de sapins, le tourisme et l’éco-tourisme, ainsi que la restauration avec des spécialités morvandelles. Mais du fait de la superficie réduite de la commune, l'emploi est majoritairement concentrée dans l'agglomération et est surtout tourné vers les commerces de proximité et l'artisanat.

La répartition de la population active ayant un emploi se découpait ainsi lors des recensements de 1999 et 2007[I 1] :

Catégorie socioprofessionnelle Nombre d'actifs ayant un emploi
1999 2007
Agriculteurs exploitants 4 4
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 48 28
Cadres et professions intellectuelles supérieures 64 28
Professions intermédiaires 92 85
Employés 316 300
Ouvriers 232 187

Le revenu fiscal médian par ménage était en 2006 de 14 705 €, ce qui plaçait Château-Chinon (Ville) au 22 069e rang parmi les 30 687 communes de plus de 50 ménages en métropole ; ce chiffre est passé à 15 164 € en 2007, puis à 15 322 € à 2009[I 2].

La commune a profité durant de longues années de la présence d’une usine de la marque DIM (fabrication de sous-vêtements). Un plan social en 2006 a toutefois conduit à la fermeture de ce site, entraînant ainsi la suppression de 95 emplois[D 7],[D 8].

Château-Chinon bénéficiait également de la présence d’un Établissement d’Imprimerie de l’Armée de Terre (EIAT) qui employait environ 80 personnes. Toutefois, à la suite des restructurations de l'Armée, cet établissement fut menacé de fermeture dès avril 2008[D 9], et définitivement fermé en août 2009[D 10]. Ces mêmes restructurations institutionnelles conduiront également à fermeture du service des ressortissants résidant à l’étranger (SRRE) en 2011, soit une suppression à venir de 22 nouveaux emplois[D 10].

Pour permettre à la ville et à son bassin d'emploi de surmonter ces nombreuses suppression d'emplois, un plan local de redynamisation a été conclu le 5 février 2010 entre l'État et les collectivités locales[D 10].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 098 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 405 1 563 1 758 1 946 2 466 2 775 2 900 2 889 2 962
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 773 2 777 2 713 2 623 2 668 2 613 2 713 2 673 2 554
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 330 2 222 2 133 1 871 1 953 2 200 2 396 2 477 2 546
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
2 443 2 578 2 636 2 463 2 502 2 307 2 224 2 167 2 098
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[47] puis Insee à partir de 2004[48].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramides des âges[modifier | modifier le code]

Évolution de la pyramide des âges de la commune de Château-Chinon (Ville),
comparaison des années 1982[I 3], 1999[I 3] et 2007[I 4] en nombre d'individus :

Pyramide des âges en 1982 :
Hommes Classe d’âge Femmes
81 
75 et +
220 
174 
60 à 74
231 
280 
40 à 59
297 
310 
20 à 39
301 
298 
0 à 19
271 
Pyramide des âges en 1999 :
Hommes Classe d’âge Femmes
130 
75 et +
278 
169 
60 à 74
244 
241 
40 à 59
247 
276 
20 à 39
258 
233 
0 à 19
231 
Pyramide des âges en 2007 :
Hommes Classe d’âge Femmes
125 
75 et +
308 
155 
60 à 74
177 
257 
40 à 59
270 
209 
20 à 39
213 
260 
0 à 19
225 

Composition des ménages[modifier | modifier le code]

Nombre de ménages de x personnes [I 5] :
Année 1
personne
2
personnes
3
personnes
4
personnes
5
personnes
6
personnes et +
Total
1982 252 272 171 126 54 22 897
1990 331 308 173 123 45 12 992
1999 354 317 157 92 29 20 969
2007 410 345 97 77 20 8 958

Logements[modifier | modifier le code]

Depuis 1968, le nombre total de logements a augmenté pour se stabiliser entre 1 100 et 1 200 durant les 20 dernières années.

En 2007, la commune comptait 1 199 logements dont 695 maisons individuelles et 494 appartements. Cette même année, les occupants des 962 résidences principales étaient quasiment à part égale des propriétaires et des locataires. On comptait en effet 461 propriétaires et 468 locataires (ainsi que 33 locataires à titre gratuit)[I 6].

Évolution du nombre de logements par catégorie depuis 1968[I 6] :
Année Résidences principales Résidences secondaires et logements occasionnels Logements vacants Total
1968 843 64 87 994
1975 921 78 76 1 075
1982 897 69 129 1 095
1990 966 94 136 1 196
1999 969 77 99 1 145
2007 962 97 140 1 199
2009 943 99 144 1 187

Éducation et culture[modifier | modifier le code]

Les établissements scolaires, assimilés et garderies[modifier | modifier le code]

Malgré sa petite taille et sa faible population, Château-Chinon (Ville) dispose de 6 établissements scolaires[D 11].

L'école maternelle Jacques-Prévert est située rue de Nevers. Elle dispose de 4 classes et a une capacité de 100 à 120 élèves.

Près de la place Saint-Christophe, on trouve l'école élémentaire George-Sand avec une capacité d'accueil d'environ 170 élèves répartis en 8 classes dont une classe d'intégration scolaire. Une antenne de l'école de la deuxième chance est par ailleurs située dans les mêmes locaux.

Le collège Bibracte

Le collège Bibracte, situé rue de Cortona, accueille jusqu'à 300 élèves répartis en une quinzaine de classes de la 6e à la 3e, et dont une cinquantaine en section d'enseignement général et professionnel adapté (SEGPA). Il dispose également d'un internat.

La commune dispose également d'un groupe d'enseignement professionnel située rue Pierre-Mendès-France et comprenant 3 établissements et un internat.
On y trouve le lycée des métiers François-Mitterrand (ancien lycée professionnel François Mitterrand) accueillant jusqu'à 500 élèves et préparant les examens de CAP, BEP, Baccalauréat professionnel, BTS et licence professionnelle dans des filières telles que la petite enfance, l'ébénisterie, les carrières sanitaire et sociale, la plomberie, sanitaire et chauffage, le tourisme, les métiers de la restauration et de de l’hôtellerie, les métiers de la boulangerie et pâtisserie[D 12].
L'établissement public local d'enseignement et de formation professionnelle agricoles du Morvan (EPLEFPA) accueille le lycée professionnel (LEGTA) et le centre de formation professionnel pour adultes du Morvan (CFPPA).
Le lycée agricole forme les élèves en vue de l'obtention d'un Certificat d'aptitude professionnelle agricole (CAPA), ou d'un Baccalauréat professionnel, ou encore d'un Brevet de technicien supérieur agricole (BTSA) dans les domaines de l'élevage, de l'agriculture, des services en espaces ruraux et de l'aquaculture[D 13]. Le lycée dispose également de deux exploitations de pisciculture (élevage de truites fario et truites arc-en-ciel) situées sur les rives de l'Yonne à Vermenoux (commune de Château-Chinon (Campagne)) et à Corancy[D 14].
Le centre de formation, en partenariat avec des acteurs locaux, propose des formations pour adultes autour des domaines des services aux personnes, de l'agriculture, de l'animation sportive et socio-culturelle, du tourisme, du développement des territoires, etc. Ces formations peuvent être destinées à l'obtention de brevets professionnels, brevets d'aptitude professionnelles ou certificats d'aptitude professionnelle dans ces domaines[D 15].

La médiathèque[modifier | modifier le code]

Le Centre culturel Condorcet (ancienne mairie)

La ville dispose d'une médiathèque : le Centre Culturel Condorcet de Château-Chinon.

Elle met à disposition une collection de livres, cassettes vidéos, CD audios, DVD, ainsi que des ordinateurs connectés à Internet. Elle comprend également une salle d'exposition et un auditorium.

La médiathèque abrite également le siège de l'Académie du Morvan et sa bibliothèque.

Les médias[modifier | modifier le code]

Château-Chinon possède une radio associative, Radio Morvan (ou Radio Morvan Force 5), qui émet 24 heures sur 24 en stéréophonie des programmes musicaux et divers, et traite l'information locale. Sa fréquence est 95,8 MHz en FM et le nom de la station (code RDS) est « R.MORVAN ». Les studios sont implantés dans la rue de Nevers et l'émetteur FM est placé sur la butte du Calvaire et sa portée permet d'être reçue jusqu'à Nevers (avec 500 watts).

Les musées[modifier | modifier le code]

Le musée du Septennat (ancien couvent Sainte-Claire)

Château-Chinon accueille deux musées situés dans la rue du Château. Ils bénéficient tous les deux du label « Musée de France »[M 1],[M 2] :

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Paysage du Morvan vu depuis la butte de Château-Chinon

Lieux et édifices historiques ou administratifs[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville (ancien palais de justice)
La sous-préfecture
  • L'Oppidum de Castrum Caninum, datant des Ier et IIIe siècles, est situé au faîte du Calvaire, la colline sur le flanc de laquelle la ville de Château-Chinon est construite.
  • L'ancien hôtel de ville, devenu depuis le Centre Culturel Condorcet, fut construit en 1851 par É. Amé et dispose d'un sous-sol utilisé comme entrepôt, un rez-de-chaussée occupé par la médiathèque et un étage plus petit accueillant aujourd'hui une salle d'exposition ainsi que le local de l'Académie du Morvan[M 4].
  • L'ancien palais de justice construit entre 1851 et 1853 dans un style grec, est devenu depuis l'hôtel de ville[M 5].
  • L'ancienne prison bâtie en 1853 près de l'ancien palais de justice[M 6].
  • La sous-préfecture construite au XIXe siècle[M 7].
  • L'hôpital d'Aligre bâti selon un plan en U sur les plans de l'architecte morvandiau Andoche Parthiot et grâce aux dons du marquis d'Aligre et de sa femme. Sa construction débuta le 20 juin 1868 et les premiers malades furent accueillis en septembre 1870. Ce bâtiment, hormis les agrandissement dont il a bénéficié par la suite, possède quatre niveaux (un sous-sol, un rez-de-chaussée, un étage et un étage de comble). En son centre, une chapelle a été construite, surmontée d'un clocher à dôme à impériale[M 8],[D 16].

L'ancien château féodal[modifier | modifier le code]

Au sommet du Calvaire, sur le même site où l'oppidum, puis le camp romain prenait place, on remarque de nos jours quelques vestiges de l'ancien château fort : traces des anciens souterrains, d'une tour de guet et des fossés.

Sa construction pourrait dater du Xe ou XIe siècle[49]. De taille très modeste, il ne disposait visiblement pas d'habitation seigneuriale (la plupart des seigneurs de Château-Chinon n'ayant de toute manière jamais logé dans la ville). Il était constitué d'un corps de logis rectangulaire d'environ 30 mètres par 25 mètres flanqué d'une tour ronde à chaque angle. Ces tours avaient un diamètre de 7 mètres et leurs murs avaient une épaisseur de 3 mètres[49]. L'une d'elle, à l'angle sud-ouest, était percée d'une poterne permettant d'accéder au souterrain débouchant à l'intérieur du château. Une cinquième tour de même taille se trouvait sur la face nord ; elle faisait office de donjon et une petite chapelle dédiée à Saint Laurent y était adossée. La porte d'entrée de la forteresse était tournée vers la ville, sur la face sud. Elle était munie d'un pont-levis et surmontée de mâchicoulis. La basse-cour se trouvait à l'est de l'édifice.

Au nord, à l'ouest et en partie au sud, l'ensemble était ceint par des fossés (pouvant atteindre 30 mètres de large et 5 mètres de profondeur) et des bastions reliés par des courtines. Le côté est était quant à lui naturellement protégé à l'époque par l'escarpement de la colline[49].

La destruction du château date vraisemblablement de 1478 lorsque Charles Ier d'Amboise, gouverneur de Bourgogne, fut chargé par Louis XI de « démolir, abattre et raser toutes les places, châteaux et forteresses » du Morvan[49].

La Porte Notre-Dame et les anciennes fortifications de la ville[modifier | modifier le code]

La Porte Notre-Dame, visible sur la place du même nom, est l'un des rares vestiges des anciens remparts et fortifications de la ville. Elle fut construite par Louis XI à la fin du XVe siècle, et réaménagée à la fin du XVIe siècle. Elle fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis le 10 octobre 1930[M 9],[M 10].

Les autres vestiges des fortifications sont deux tours : la tour dite de la Paix dans la rue du même nom, en contrebas de l'église, et une autre tour 100 mètres plus loin, au croisement de la rue de l'École et de la rue des Fossés.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Romain[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Romain

L'église néo-gothique de la ville fut bâtie entre 1894 et 1896[M 11]. Elle est placée sous le vocable de Saint Romain († 560), instructeur de Benoît de Nursie à Subiaco qui, venant d'Italie, s'installa dans une grotte à Druyes-les-Belles-Fontaines (Yonne), dont il fonda le village et son monastère en devenant le premier abbé. L’église fut consacrée en 1902.

Le bâtiment actuel, avec sa flèche de 41 m, fait suite à plusieurs reconstructions. La première église, en style roman, date du XIIe siècle. Elle fut remplacée ensuite par une autre couverte en bois avec un clocher de style gothique. En 1722, l'église s'écroule en partie en faisant de nombreux tués et blessés. Dès l'année suivante, la foudre y provoque un incendie. Reconstruite à nouveau, elle est démolie durant la Révolution. Elle fut une nouvelle fois rebâtie en 1824, mais considérée trop petite, une ultime reconstruction eu lieu en 1894, par l'architecte Andoche Parthiot, pour faire place à l'église néo-gothique actuelle[D 17].

La chapelle du Chêne[modifier | modifier le code]

La chapelle du Chêne

Sur le tracé d'une ancienne voie romaine reliant Château-Chinon à Moulins-Engilbert, on trouve la chapelle du Chêne édifiée en 1868[M 12].

À ce même emplacement, d'après un plan datant de 1676[réf. nécessaire], se trouvait la « chapelle du Châgne » (chêne en morvandiau), vraisemblablement une autre chapelle détruite pendant la Révolution[Note 5].

Le chêne fut remplacé il y a plus de trois siècles par deux tilleuls. L'un d'eux fut brisé par un ouragan le 5 avril 1882, et le second subit le même sort en 1918.

L'ancien couvent Sainte-Claire[modifier | modifier le code]

L'ancien couvent Sainte-Claire, située rue du Château et datant du XVIIIe siècle, a été converti en musée du Septennat du Président François Mitterrand.

Prieuré de Saint-Christophe de Château-Chinon[modifier | modifier le code]

Arcs de l'ancien prieuré

Le plus ancien document parlant de la ville, daté de 1076, mentionne également le prieuré de Saint-Christophe. Ce prieuré était dépendant de l'abbaye de Cluny. Il possédait entre autres dans ses dépendances le hameau de Vissengy (commune de Chaumard), avec moyenne et basse justice. La haute étant au comte de cette ville. Il ne reste rien aujourd'hui, de ce prieuré, sinon la place où il était situé et qui en conserve le patronyme, près de l'église Saint-Romain. Des ruines d'un arc en plein cintre et d'un arc rampant pris dans la maçonnerie d'une maison au no 3 de la place Saint-Christophe, pourraient en être des vestiges[50].

Édifices commémoratifs[modifier | modifier le code]

Lieux divers[modifier | modifier le code]

  • Lavoir couvert, dans la rue du Lavoir, dans la partie haute de la ville près du faubourg de Paris.
  • Rocher dit "Maison du Loup" : faux dolmen naturel creux situé sur le flanc du Calvaire, qui aurait pu servir d'autel à sacrifices[51].

Foires, fêtes et événements locaux[modifier | modifier le code]

Un marché a lieu sur la place Saint-Christophe tous les samedis, et une foire se tient le 2e lundi de chaque mois dans tout le centre ville. Un marché de Noël s'installe également le 1er dimanche de décembre[D 18].

Chaque mois de juillet, depuis 2001, Château-Chinon accueille les lignes de départ et d'arrivée de la course d'ultrafond des 100 km du Morvan[D 19].

Lors de la fête nationale, une brocante est organisée ainsi que des animations musicales. La journée se termine par un feu d'artifice et un bal gratuit à la Maison des jeunes et de la culture[D 18].

Chaque année, lors de l'Assomption, la ville organise la fête populaire et folklorique « 15 août en Morvan » avec diverses animations de rue, des expositions de produits du terroir et d’artisans locaux, un spectacle folklorique, le tout clôturé par un feu d'artifice au stade Jean-Chevrier[D 18].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Labels[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Château-Chinon (Ville) est jumelée avec les villes suivantes :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Abbé Jacques-François Baudiau, Le Morvand ou essai géographique, topographique et historique de cette contrée, vol. 1, Nevers, impr. Fay père & fils,‎ 1865 (réimpr. 1990, chez Aleï - Lib. Voillot, Avallon (ISBN 2-908293-03-X)), 2e éd., 630 p., III Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Dr Edmond Bogros, Histoire de Château-Chinon, Ad. Bateau,‎ 1864 (réimpr. 1992, éd. Res Universis (ISBN 2-87760-555-8)) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • André Paris, La Révolution vécue en Morvan dans le District de Château-Chinon (3e partie) : De la Convention Girondine au Gouvernement Révolutionnaire organisé — Septembre 1792 - Décembre 1793, bulletin n°69 de l'Académie du Morvan,‎ 37e année, 2010 (ISSN 0750-3385) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Joseph Pasquet (préf. Maurice Genevoix), Le Haut Morvan et sa capitale Château-Chinon, Nevers, éditions Chassaing,‎ 1955 (réimpr. 1976 aux éditions Univers) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Simon-Pierre Petitiet, Statistiques de la ville de Château-Chinon à l'époque de 1798, Château-Chinon,‎ 1862
  • Laurent Pieuchot (préf. René-Pierre Signé), Le développement d'un centre urbano-rural : Château-Chinon, Nevers, Camosine, coll. « Les annales des pays nivernais, n°66 »,‎ 1991, 44 p. (ISSN 0153-7121) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Martine Régnier, La Seigneurie de Château-Chinon aux XVIIe et XVIIIe siècles, bulletins 7/8 de l'Académie du Morvan
  • Georges de Soultrait, Dictionnaire topographique du département de la Nièvre : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, imprimerie impériale,‎ 1865 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Notes et commentaires
  1. Le Dr Bogros, dans son Histoire de Château-Chinon p. 70, précise que cette localisation est peu probable dans la mesure où le village de Guipy se trouve à une trentaine de kilomètres de Château-Chinon.
  2. L'abbé Baudiau dans Le Morvand, le Dr Bogros dans Histoire de Château-Chinon et Joseph Pasquet dans Le Haut-Morvan et sa capitale Château-Chinon évoquent tous que le Prince de Condé octroya ce privilège en 1561. Cette date peut néanmoins être soumise à caution dans la mesure où les terres de Château-Chinon furent propriété de la Maison de Condé qu'à partir de 1565.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  5. La feuille 84 de la carte de Cassini, dont les relevés datent de 1757, mentionne déjà la présence de la « chapelle du Chêne »
  • Sources Insee et LdH/EHESS/Cassini
  • Sources Ministère de l'Intérieur
  1. Résultats de l’élection présidentielle 2012 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/06/2012.
  2. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/06/2012
  3. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/06/2012
  4. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site politiquemania.com. Consulté le 24/06/2012
  5. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/06/2012
  6. Résultats de l’élection législative 2007 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/06/2012
  7. Résultats de l’élection législative 2002 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/06/2012
  8. Résultats de l’élection régionale 2010 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/06/2012
  9. Résultats de l’élection régionale 2004 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/06/2012
  10. Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/06/2012
  11. Résultats des élections cantonales de 2001 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/06/2012
  12. Résultats de l’élection européenne 2009 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/06/2012
  13. Résultats de l’élection européenne 2004 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/06/2012
  14. Résultats du référendum 2005 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/06/2012
  15. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com. Consulté le 24/06/2012
  16. Résultats du référendum 1992 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/06/2012
  • Sources Mérimée - Muséophile - Répertoire des arts du Spectacle (bases du ministère de la Culture)
  1. « Le musée du Septennat », base Muséofile, ministère français de la Culture
  2. « Le musée du Costume », base Muséofile, ministère français de la Culture
  3. Fonds de la Collection Jules Dardy dans le Répertoire des Arts du Spectacle
  4. Ancien hôtel de ville (actuelle médiathèque) : « Notice no IA00002169 »
  5. Ancien palais de justice (actuel hôtel de ville) : « Notice no IA00002166 »
  6. Ancienne prison : « Notice no IA00002165 »
  7. Sous-préfecture : « Notice no IA00002164 »
  8. Hôpital d'Aligre : « Notice no IA00002168 »
  9. Fortifications de la Porte Notre-Dame : « Notice no IA00002161 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Porte Notre-Dame : « Notice no PA00112842 »
  11. Église Saint-Romain : « Notice no IA00002162 »
  12. Chapelle du Chêne : « Notice no IA00002163 »
  13. Fontaine : « Notice no IA00002170 »
  • Sources bibliographiques
  1. a et b Dictionnaire topographique du département de la Nièvre (1865), p. 42
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ 1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 178b
  3. a et b Société nivernaise des lettres, sciences et arts, Bulletin de la Société nivernaise des lettres, sciences et arts, vol. 17, t. 7, Nevers, librairie Mazeron,‎ 1897
  4. a et b Histoire de Château-Chinon (1864), ch. I, pp. 11-13
  5. Georges Touchard-Lafosse, La Loire historique, pittoresque et biographique : de la source de ce fleuve à son embouchure dans l'océan, Éd. Adolphe Delahays,‎ 1858, Tome III, p. 313-314. [texte intégral (page consultée le 17 décembre 2008)]
  6. Un bon exemple du caractère tardif de ces formations toponymiques est offert par Château-Larcher, appelé Mesgonno encore en 857, puis Castrum Acardi en 976, Castelachart vers 1172, altéré en Chasteaularchair en 1599. cf. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Ibidem.
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit., p. 178a.
  8. Site du CNRTL : étymologie de « château »
  9. Auguste Longnon, Les noms de lieu de la France : leur origine, leur signification, leurs transformations : résumé des conférences de toponomastique générale faites à l’École pratique des hautes études, section des sciences historiques et philologiques, publié par Paul Marichal et Léon Mirot, préface de Jacques Chaurand, Éditions Honoré Champion, Paris, 1999 (réédition), XV pages + 831 pages, 23 cm, (ISBN 2-7453-0046-6), « réimpression de l’édition de Paris, 1929 »
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit., p. 178b - 179a.
  11. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, [lire en ligne]
  12. Marie-Thérèse Morlet, Les Noms de personne sur le territoire de l'ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, 1968, Vol. I, p. 219b.
  13. a et b Sébastien Chevrier, « Les enceintes pré-médiévales du Nivernais-Morvan : de la documentation ancienne aux prospections récentes », Revue archéologique de l'Est, vol. 58,‎ 2009 [lire en ligne]
  14. a et b Comte de Soultrait, Répertoire archéologique du département de la Nièvre, col. 3, Imprimerie Nationale, Paris, 1875 (disponible sur Gallica)
  15. Le Morvand (1865), vol. 1, part. III, p. 290 (d'après une notice manuscrite d'un certain Millin)
  16. Le Haut-Morvan et sa capitale (1955), p. 64
  17. Histoire de Château-Chinon (1864), p. 33-34
  18. Dom Georges Viole, Histoire manuscrite de Régny
  19. Jean François Née de la Rochelle, Mémoires, p. 269
  20. Du Bouchet, Histoire générale de la maison de Coutenay, livre VIII
  21. Le Morvand (1865), vol. 1, part. III, p. 296
  22. a et b Histoire de Château-Chinon (1864), p. 57
  23. a et b Histoire de Château-Chinon (1864), ch. IV, p. 60-61
  24. a, b et c Histoire de Château-Chinon (1864), ch. IV, p. 63-65
  25. a, b et c Histoire de Château-Chinon (1864), ch. IV, p. 67-75
  26. Prosper de Barante, Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois. 1364-1477, Paris, Ladvocat, 1824-1826, Livre VI, p. 332-335
  27. Adolphe Joanne, Itinéraire général de la France, Louis Hachette et Cie, 1863, p. 168
  28. Jean de Troyes, Chronique scandaleuse, éd. Desrez, p. 312
  29. a et b Histoire de Château-Chinon (1864), ch. IV, p. 79-81
  30. a, b, c et d Le Morvand (1865), vol. 1, part. III, p. 306-307
  31. a et b Le Morvand (1865), vol. 1, part. III, p. 308-309
  32. Le Morvand (1865), vol. 1, part. II, p. 187
  33. a, b, c, d, e et f Histoire de Château-Chinon (1864), ch. IV, p. 81-93
  34. Le Morvand (1865), vol. 1, part. II, p. 191
  35. Mémoire pour M. de Mascrani, 1621, p. 27 (enquête faite à la demande du prieur de Saint-Christophe, avec la déposition de témoins oculaires de l'époque)
  36. Terrier de Château-Chinon
  37. a, b, c et d Histoire de Château-Chinon (1864), ch. IV, p. 83-98
  38. a et b Le Haut-Morvan et sa capitale (1955), ch. VII, p. 78-79
  39. a et b Histoire de Château-Chinon (1864), ch. IV, p. 98-103
  40. Le Haut-Morvan et sa capitale (1955), p. 68
  41. La Révolution vécue en Morvan dans le District de Château-Chinon (3e partie) (2010), ch. III.3, p. 97-106
  42. La Révolution vécue en Morvan dans le District de Château-Chinon (3e partie) (2010), ch. II.1, p. 15-28
  43. La Révolution vécue en Morvan dans le District de Château-Chinon (3e partie) (2010), ch. II.2, p. 28-41
  44. Histoire de Château-Chinon (1864), ch. XIV, p. 276-279
  45. a et b Le développement d'un centre urbano-rural : Château-Chinon (1991), p. 6-7
  46. Les nourrices sur le site « Patrimoine du Morvan »
  47. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  48. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  49. a, b, c et d Histoire de Château-Chinon (1864), ch. V, p. 107-112
  50. Roland Niaux, Château-Chinon, 1994, publication électronique en 2006-2007 [lire en ligne]
  51. Société du folklore français, Revue de folklore français, 1930-1942 (1931 (A2,T2)) [texte intégral (page consultée le 17 décembre 2008)]
  • Sources documentaires historiques
  • Sources diverses
  1. Rubrique « Transport de voyageurs » sur le site du conseil général de la Nièvre
  2. a, b, c et d Lignes d'autocars et horaires sur le site de la commune de Château-Chinon (Ville)
  3. Carte du réseau Buscéphale sur le site du conseil général de Saône-et-Loire
  4. a et b « Historique de Château-Chinon » sur le site officiel de la commune.
  5. Château-Chinon sur le site Lormes.net
  6. D'après la plaque située dans la salle des pas-perdus, à l'entrée de l'actuelle mairie.
  7. « Pour nous, Dim, c'était un bon employeur » sur le site Libération.fr
  8. Fermeture de l'usine Dim à Château Chinon (Question orale sans débat n° 1056S de M. René-Pierre Signé) sur le site officiel du Sénat
  9. Blog du député nivernais Christian Paul.
  10. a, b et c « Un plan de 9 millions d'euros pour "redynamiser" Château-Chinon » sur le site www.gensdumorvan.fr
  11. « Vie scolaire » sur le site officiel de la commune
  12. Descriptif des formations sur le site du Lycée des métiers François Mitterrand
  13. Formations du LEGTA sur le site de l'EPLEFPA
  14. Les piscicultures du LEGTA sur le site de l'EPLEFPA
  15. Les formations pour adultes du CFPPA sur le site de l'EPLEFPA
  16. L'hôpital d'Aligre sur le site du Patrimoine hospitalier européen (PAPHE)
  17. Site de l'office du tourisme de Château-Chinon
  18. a, b et c Agenda des manifestations sur le site de l'office de tourisme de Château-Chinon
  19. Site officiel des 100 km du Morvan
  20. a et b Les jumelages de Château-Chinon (Ville) sur l'Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Liens externes[modifier | modifier le code]