Voutenay-sur-Cure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Voutenay-sur-Cure
Le lavoir de Voutenay-sur-Cure.
Le lavoir de Voutenay-sur-Cure.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Yonne
Arrondissement Avallon
Canton Vézelay
Intercommunalité CC Avallon - Vézelay - Morvan
Maire
Mandat
Nathalie Kowalczyk
2014-2020
Code postal 89270
Code commune 89485
Démographie
Population
municipale
230 hab. (2011)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 33′ 46″ N 3° 47′ 08″ E / 47.5628, 3.785647° 33′ 46″ Nord 3° 47′ 08″ Est / 47.5628, 3.7856  
Altitude Min. 127 m – Max. 268 m
Superficie 10,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Voutenay-sur-Cure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Voutenay-sur-Cure

Voutenay-sur-Cure est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique, Voutenay est situé sur les rives de la Cure. C'est à Voutenay que le Vau de Bouche se jette dans la Cure, « après un parcours de 20 kilomètres[1] ». Le village est traversé par la D606 (ancienne nationale 6), à 36 km d'Auxerre et à 15 km d'Avallon et non loin se trouve la ligne de chemin de fer Auxerre-Avallon.

Le GR 13 - qui va de Fontainebleau (Seine-et-Marne) à Bourbon-Lancy (Saône-et-Loire) - traverse également la commune.

L'habitat se situe sur la base d'un massif de roches dominant la rive droite de la Cure.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Précy-le-Sec Rose des vents
Saint-Moré N Girolles
O    Voutenay-sur-Cure    E
S
Blannay, Sermizelles

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, on retrouve un village nommé Vultinacum.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur la voie antique allant d'Auxerre à Avallon, la Via Agrippa, ont été mises au jour en 1850 les fondations d'une villa gallo-romaine : un cippe a été découvert et transféré au musée d'Auxerre.

Le château, qui appartenait à l'abbaye de Vézelay, a joué un rôle important au moment des guerres de religion et de la Ligue dans l'Avallonnais. Il a été ruiné peu après. Ce manoir était « bordé par la Cure, adossé à la pente escarpée d'une haute colline boisée et dominé par la montagne de Chora du côté sud[2]»

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Guy Christ    
  en cours Nathalie Kolwaczyk[3]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 230 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
328 323 310 327 362 341 326 338 350
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
329 318 320 323 278 300 328 341 329
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
326 286 275 245 220 219 203 215 197
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
188 207 190 193 199 189 196 196 230
2011 - - - - - - - -
230 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le lavoir communal au toit à quatre pans couvert de tuiles plates, attribué à l'école de l'architecte Soufflot, pierres de construction bien appareillées, mis en construction en 1827, (mis en eau en 1841), est inscrit, avec le pont attenant au titre des Monuments historiques par arrêté du 8 octobre 1962[6].
  • L'église Saint-André de Voutenay-sur-Cure, datant du XIIIe siècle, couverte de pierres (laves) posées sans charpente ni solives. Le clocher a été construit au XIXe siècle. Elle est inscrite au titre des Monuments historiques par arrêté du 29 juillet 1976[7]
  • Tour d’horloge construite en 1829, pour la somme de 30 000 francs (de l'époque)[réf. souhaitée].
  • Vieux pont sur la Cure à quatre arches datant de 1764.
  • Passage du sentier GR 13.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Emile Aubry (1880-1964), peintre, grand prix de Rome, décédé dans la commune.
  • Henri Malançon (1876-1960), peintre français, qui fréquenta la commune et y mourut.

Film tourné à Voutenay-sur-Cure[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Victor Petit ,Description des villes et des campagnes du département de l'Yonne,Auxerre, 1870.
  2. Victor Petit, Description des villes et des campagnes de l'Yonne, Auxerre, 1870
  3. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 3 janvier 2014.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  6. « Notice no PA00113959 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Notice no PA00113958 », base Mérimée, ministère français de la Culture