Saint-Léger-Vauban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Léger et Vauban (homonymie).
Saint-Léger-Vauban
Place et statue Vauban.
Place et statue Vauban.
Blason de Saint-Léger-Vauban
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Yonne
Arrondissement Avallon
Canton Quarré-les-Tombes
Intercommunalité CC Avallon - Vézelay - Morvan
Maire
Mandat
Damien Brizard
2014-2020
Code postal 89630
Code commune 89349
Démographie
Gentilé Léodégardien(ne)(s)
Population
municipale
393 hab. (2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 16″ N 4° 02′ 30″ E / 47.3877777778, 4.0416666666747° 23′ 16″ Nord 4° 02′ 30″ Est / 47.3877777778, 4.04166666667  
Altitude Min. 325 m – Max. 566 m
Superficie 33,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Léger-Vauban

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Léger-Vauban

Saint-Léger-Vauban est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Léger-Vauban est situé dans le parc naturel régional du Morvan, à 25 km d'Avallon et de Vézelay et à 220 km de Paris et Lyon. Les départements limitrophes sont la Nièvre (lac de Saint-Agnan) et la Côte-d'Or (Saulieu).

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Hameaux, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • La Bécasse - Le Bon Rupt - Corvignot - La Maison des Champs - le Moulin Simonneau - Ruères - Trinquelin -

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Beauvilliers Bussières Saint-Andeux
(Côte-d'Or)
Rose des vents
N
O    Saint-Léger-Vauban    E
S
Quarré-les-Tombes Saint-Agnan (Nièvre) Saint-Germain-de-Modéon
(Côte-d'Or)

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'au XIXe siècle, la commune s'appelait Saint-Léger-de-Foucheret. Étant donné qu'il s'agit du village où est né Sébastien Le Prestre de Vauban, un décret de Napoléon III en 1867 transforma ce nom en Saint-Léger-Vauban.

En, 1237, Guy II Besors, seigneur de Villarnoult, cède à l'Abbaye de Reigny, ses prés, terres et bois qu'il possède à Saint-Léger de Foucheret[1].

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1899 1919 Pierre Boussard    
1919 1921 Eugène Luriau    
1921 1929 Achille Collas    
1929 1959 Henri Chevillotte    
1959 1965 Marcel Falconnier    
mars 1965 mars 2001 Michel Veuillot RPR  
mars 2001   Gisèle Richard[2] PS  

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Léodégardiens[3].


En 2011, la commune comptait 393 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 244 1 040 1 224 1 458 1 499 1 450 1 633 1 530 1 481
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 474 1 276 1 398 1 376 1 348 1 296 1 225 1 312 1 276
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 230 1 115 1 000 850 860 841 903 931 846
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
693 599 509 489 394 440 424 393 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques-François Baudiau, abbé :" Le Morvand ", réédition: Éditions Guénégaud, 1965. Paris. t. I, p. 292. - t.III; p. 199.
  • Collectif: " Saint-Léger-Vauban " in: Mémoires Vivantes du Canton de Quarré-les-Tombes[6]
  • Claude Courtépée & Edme Béguillet: " Origine de Saint-Léger de Fourcheret ", in:Description générale et particulière du Duché de Bourgogne , 1re édition, Ed:L.N. Frantin 1775 - 2e Édition: V. Lagier (1847). 3e édition, Paris 1967: Ed: Guénégaud. 824 p.
  • Victor Petit: "Description des villes et des villages de l'Avallonnais ", 1867. Réédition Avallon, Librairie Voillot, 2001.
  • Promenades en Morvan: brochure de l'Association des Amis de la Maison Vauban
  • Parc naturel régional du Morvan. Encyclopédies du Voyage. Gallimard

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé Jacques-François Baudiau: " Le Morvand "t.III. p. 135-136.
  2. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 1er janvier 2014.
  3. habitants.fr, « Nom des habitants des communes françaises - Saint-Léger-Vauban » (consulté le 6 décembre 2008).
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. « Mémoires Vivantes du Canton de Quarré-les-Tombres: Saint-Léger-Vauban »