Brassy (Nièvre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brassy.
Brassy
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Nièvre
Arrondissement Clamecy
Canton Lormes
Intercommunalité Communauté de communes des Portes du Morvan
Maire
Mandat
Jean-Sébastien Halliez
2014-2020
Code postal 58140
Code commune 58037
Démographie
Population
municipale
626 hab. (2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 15′ 45″ N 3° 56′ 11″ E / 47.2625, 3.9363888888947° 15′ 45″ Nord 3° 56′ 11″ Est / 47.2625, 3.93638888889  
Altitude Min. 387 m – Max. 652 m
Superficie 54,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brassy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brassy

Brassy (nivernais Bressy) est une commune française située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Brassy se situe dans le Morvan, près du lac du barrage de Chaumeçon. La commune fait partie du Parc naturel régional du Morvan. Elle fut desservie par une gare de chemin de fer à partir de Saulieu.

Les hameaux[modifier | modifier le code]

Les Menères, La Croix vieille, Le Crot, L'Huis Carré, L'Huis Duboux, Bogniard, Bonnetré, l'Huis Dummée, Lavaux, Le Creusart, L'Huis Valtois, L'Huis Bouché, Chambrias, Vaucorniau, L'Huis Naudin, Montour, L'Huis des Brosses, Le moulin de Montour, L'Huis Truchot, Montchelnot, Vieilfou, Le Breuil, Velotte, L'Huis Bonardin, Bonin, Brassiot, Gouvault, Razou, Les Chaises, Meulois, L'Huis Guyollot, Magnémont, L'Huis Parthiot, Rivières, Le Champ du Moulin, Le Moulin Talard, Le Vivier, Brizon, L'huis Renault, L'Huis Blondot, L'Huis Blin, Vossegrois, La Gravelle, Porcmignon, La Chaume aux Veaux, Prélard, Verneriou, Le Mont, La Vendue, Les Fossottes, Le Pont, L'Huis Pilavoine, L'Huis Gadré[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Lormes Saint-Martin-du-Puy Marigny-l'Église Rose des vents
N Dun-les-Places
O    Brassy    E
S
Gâcogne Ouroux-en-Morvan Montsauche-les-Settons

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne Braciacum gallo-romaine, la paroisse est connue depuis 1052.

Henri de Clamecy y fonda un monastère bénédictin rattaché à l'abbaye de La Charité-sur-Loire.

Brassy fut chef-lieu de canton jusqu'en 1800 et fut désenclavée au XIXe siècle par la création d'une route traversant le Morvan à partir de Lormes, à l'initiative du député André Dupin, dit Dupin Aîné, Président de la Chambre des Députés sous la Monarchie de Juillet.

En juin 1944, le château de La Chaume des Vaux fut le point de ralliement de l'état major du colonel Jarry et du capitaine Julien, chef du célèbre maquis Julien, organe de Résistance en Morvan.

Le Tacot du Morvan[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, la commune était desservie par une des lignes du Tacot du Morvan : le chemin de fer de Corbigny à Saulieu.

La commune disposait d'une gare au lieu-dit Razou. Elle partageait également avec la commune voisine de Gâcogne, une autre gare située à la limite des deux communes, au lieu-dit La Gare.

Le trafic voyageurs fut stoppé le 15 mars 1939.

Locomotive à vapeur Tacot du Morvan de Corbigny à Saulieu
Commune précédente
Gâcogne
Brassy
Brassy-Gâcogne (Gare)
Razou (Gare)
Commune suivante
Ouroux

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1965 Georges Maurisso    
1965 1972 Robert Folliau    
1972 1977 Marcel Petillot    
1977 1989 Edouard Isambert    
1989 1995 Gaston Malardier    
mars 1995 mars 2008 Frédéric Beaucher    
mars 2008 en cours Jean-Sébastien Halliez   Cadre territorial
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 626 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 278 1 047 1 065 1 277 1 663 1 630 1 983 2 149 2 106
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 980 1 922 2 052 2 138 2 167 2 341 2 280 2 222 2 206
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 026 2 033 1 809 1 547 1 462 1 324 1 206 1 185 961
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
851 774 693 637 569 574 620 621 637
2011 - - - - - - - -
626 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Gervais et Saint-Protais, très remaniée à la fin du XIXe siècle, est l'ancienne chapelle prieurale du XIIe siècle, modifiée aux XVe et XVIe siècles. Elle a fait l'objet d'une rénovation complète inaugurée en 2013.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Malardier (1818-1878) ancien instituteur de Dun-les-Places et député de la Nièvre né à Brassy. L'école maternelle de Lormes porte son nom.
  • Le capitaine Julien (Pierre Henneguier de son vrai nom) et le colonel Jarry (André Rondenay), chefs de la Résistance, ont installé le poste de commandement du maquis Julien au château de La Chaume des Vaux, sous le signal de Montrecon, le 6 juin 1944.
  • Le docteur Louis Michon (1892-1973) a habité cette même propriété.

Vie communale : La commune de Brassy compte 23 associations, un centre de secours de pompiers volontaires, une dizaine d'agriculteurs, une quinzaine d'artisans, un centre pour les enfants au titre de l'aide sociale à l'enfance (19 enfants accueillis pour une vingtaine d'emplois), environ 100 lits touristiques (hôtels du nord et du centre, centre d'hébergement du domaine de velotte au hameau de La Montée), quelques gîtes et chambres d'hôtes. Le secteur touristique s'appuie notamment sur la pêche (avec les rivières et les plans d'eau, mais aussi la pisciculture du Moulin Tala), les loisirs de pleine nature, et le Lac de Chaumeçon, un des 7 grands lacs du Morvan. La Commune a réalisé avec le Parc Naturel Régional du Morvan l'aménagement du parcours des "prairies de Montour", en secteur para tourbeux, où des vaches écossaises de type high land cattle ont été implantées. Le village compte également 3 classes, dans le cadre du regroupement pédagogique associant les villages de Gacogne, Mhère, Vauclaix, Dun les Places, Marigny l'Eglise et Chalaux. Il accueille des équipements sportifs (notamment le stade de football), une aire de jeux, un terrain de pétanque.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Un coin du Morvand (le canton de Lormes) - Armand Billaud (1900)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011