Girolles (Yonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Girolles.
Girolles
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Yonne
Arrondissement Avallon
Canton Avallon
Intercommunalité CC Avallon - Vézelay - Morvan
Maire
Mandat
Bernard Massol
2014-2020
Code postal 89200
Code commune 89188
Démographie
Population
municipale
187 hab. (2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 59″ N 3° 50′ 36″ E / 47.5331, 3.843347° 31′ 59″ Nord 3° 50′ 36″ Est / 47.5331, 3.8433  
Altitude Min. 145 m – Max. 346 m
Superficie 16,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Girolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Girolles

Girolles est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce village est traversé par un cours d'eau alimenté de sources : deux d'entre elles sont utilisées pour alimenter les lavoirs publics.

Au nord de Girolles s'étend un territoire très ondulé. Deux buttes dominent : celle du Champ-Porsin (329 mètres)et celle du hameau du Champ-du-Feu. Entre les deux se trouvent les Bois Brûlés dont le nom rappelle l'exploitation de minerai : rappelons qu'en 1870 le nom du village était Girolles-les-Forges

Hydrographie
  • Fontaine Chopard - Fontaine Cointet-

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Voutenay-sur-Cure Précy-le-Sec Rose des vents
Sermizelles N Annay-la-Côte
Tharot
O    Girolles    E
S
Givry Vault-de-Lugny Annéot

Histoire[modifier | modifier le code]

«  La voie romaine d'Agrippa traverse le territoire de Girolles. La chaussée, enfouie sous la terre végétale, passe à 500 mètres au sud de l'église de Girolles se dirigeant vers Sermizelles »[1].

Au IX° siècle un château (dont il ne reste que l'un des côtés d'une tour carrée) défend le village. Il appartenait à l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, suite à un don de la reine Brunehilde. Donation confirmée par une bulle du Pape Alexandre III, réfugié en France en avril 1164: " Ecclesiam de Girollis "[2].«Le châtel et maison-forte dudit Girolles avec les fossés dont il est clos et environné et en icelui a une tour voûtée sous laquelle est le portail et entrée d'icelui châtel. Un corps de logis auquel est la salle dudit château. Une grande tour ronde avec quatre pavillons en icelle. Un autre corps de logis entre ladite tour ronde et une autre quarrée servant de montée, au-dessous de laquelle est une prison criminelle, auquel corps de logis il y a une autre chambre servant de chapelle et une grande chambre au-dessous de laquelle sont les cuves et vinées desdits seigneurs. Plus il y a une grosse tour carrée regardant sur le verger en laquelle il y a une chambre, au-dessous d'icelle une cuisine. Un autre corps de logis servant de cellier et grenier joignant laquelle et entre la tour ronde appelée la Guette est la grange desdits seigneurs, plus entre ladite tour ronde et la tour dudit portail sont les étableries dudit châtel et maison-fort »[3]

Au XIIe siècle, le village est mentionné sous le nom de Girolloe.

En 1297, Johannes, curé de Girollis, donne des terres à l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun[4].En août 1335, une ordonnance des commissaires du Duc, Eudes IV de Bourgogne, révoque les lettres de bourgeoisie accordées par les officiers du roi, au bailliage de Sens, à 53 habitants du bourg de Girolles, près Avallon, et les replace dans la condition de taillables et mainmortables où ils étaient auparavant[5].

Huguenin, prévôt de Sommant, échange en 1346, diverses terres avec l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, contre la mairie de Girolles[6].L'Abbé de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Hugues, céde en 1373,des terres à Girolles et à Sermizelles, aux religieux du Prieuré de Bragny, leur vie durant. Les bénéfices de ce prieuré vont à St Martin d'Autun[7].

Au XVe siècle, une église est construite sur le flanc d'un coteau : la poussée des voûtes à nervures ogivales a rendu les piliers obliques.En 1403, Jean III de Chalon-Arlay, ayant eu connaissance du contenu de la lettre que son grand-père avait édigée en 1351, au sujet des serfs de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun à Girolles, par laquelle son grand-père renonçait au droit qu'il pouvait avoir ès borgeoisies et adveux des hommes de Girolles, défendit à ses baillis, chastelains et officiers, d'en recevoir aucun en bourgeoisie ou aveu[8].En 1451, Jean Petitjean, abbé de St Martin d'Autun octroie le droit de chasse aux habitants de Girolles[9]. Il est dit dans cette charte que le château appartient à l'abbaye.

En 1590, on obtient de raser le château, ce qui ne sera fait qu'en 1594 à la mort d'Henri III par les gens d'Avallon. Les meilleurs matériaux furent utilisés pour de nouvelles constructions ; les fossés furent comblés (ils avaient servi pendant un temps de réservoir pour un moulin à farine).

Au cours du XVIIe siècle, la famille Despence de Pomblain acquit les restes du château et construisit une demeure non loin de l'ancienne bâtisse.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 mars 2008 Jacques Simon    
mars 2008 en cours Bernard Massol[10]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 187 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
409 403 453 386 418 431 470 462 415
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
367 343 353 353 342 329 316 313 297
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
291 292 280 214 204 195 187 189 144
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
143 143 156 150 160 163 183 186 187
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Victor Petit: " Description des villes et des campagnes de l'Yonne ". Auxerre.1871.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Victor Petit: Description des villes et campagnes du département de l'Yonne
  2. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun: Charte no 18.
  3. Abbé Fauvet: Notes diverses qui concernent Lucy-le-Bois
  4. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, charte n°XCIV. Texte en ligne.
  5. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, charte no 113.
  6. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte no 119.
  7. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte no 131.
  8. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte n° CXXV,NOTES.
  9. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte no 152.
  10. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 24 décembre 2013.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  13. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte n° CLXI.