Ergine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ergine
Structure chimique de l'ergine
Structure chimique de l'ergine
Identification
Synonymes

acide d-lysergique amide
lysergamide
LSA
LA-111

No CAS 478-94-4
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C16H17N3O  [Isomères]
Masse molaire[1] 267,3257 ± 0,0149 g/mol
C 71,89 %, H 6,41 %, N 15,72 %, O 5,98 %,
Propriétés physiques
fusion 242 °C (Décomposition)[2]
Caractère psychotrope
Catégorie Hallucinogène psychédélique
Mode de consommation

Ingestion, absorption par la muqueuse buccale

Autres dénominations

LSA

Risque de dépendance Inexistant
Composés apparentés
Autres composés

LSD

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le LSA ou ergine (dont des synonymes sont : amide de l'acide dextro-lysergique, acide d-lysergique amide, LA-111) est un alcaloïde de la famille de l'ergoline produits par certains champignons et qui existe naturellement dans diverses espèces de plantes de convolvulacées, elle est dans ce cas due à des champignons clavicipitacés qui vivent en association avec les convolvulacées.

On le trouve majoritairement dans les graines de Turbina corymbosa (ololiuqui), Argyreia nervosa (Hawaiian baby woodrose ou Liane d'Argent) et Ipomoea Violacea (tlitliltzin ou Morning Glory) où on considère qu'il est responsable de l'effet psychotrope, même si l'ergine et l'isoergine synthétiques ne sont pas particulièrement hallucinogènes. Quoi qu'il en soit les processus hallucinogènes de ces graines demeurent encore obscurs. Synthétisé pour la première fois par Albert Hofmann au cours de ses recherches, sur l'ergot de seigle qui lui permirent de découvrir le LSD, il le retrouve quinze ans plus tard en analysant l'ololiuqui[3]. Selon Hofmann, elle est dix fois moins psychoactive que le LSD et l'effet hallucinogène comporte une composante narcotique (ref. nécessaire). Hofmann trouvait que les effets du LSA étaient sombres comparés aux effets du LSD[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. The Merck Index. An Encyclopaedia of Chemicals, Drugs and Biologicals. 14e Édition, 2006, p. 976-977, ISBN 978-0-911910-00-1.
  3. Albert Hofmann, LSD mon enfant terrible, Esprit frappeur,‎ 1979 (réimpr. 1989, 1997, 2003) (ISBN 2-84405-196-0), p. 243
  4. LSD mon enfant terrible, écrit par Albert Hofmann

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]