Salvinorine A

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Salvinorine A
Structure de la salvinorine A
Structure de la salvinorine A
Identification
Nom IUPAC (2S,4aR,6aR,7R,9S,10aS,10bR)-méthyl 9-acétoxy-2-(furan-3-yl)-6a,10b- diméthyl-4,10-dioxo-dodécahydro-1H-benzo[f]isochromène-7-carboxylate
No CAS 83729-01-5
Propriétés chimiques
Formule brute C23H28O8  [Isomères]
Masse molaire[1] 432,4636 ± 0,0228 g/mol
C 63,88 %, H 6,53 %, O 29,6 %,
Propriétés physiques
fusion 238 à 240 °C
Caractère psychotrope
Catégorie Hallucinogène psychédélique et dissociatif
Mode de consommation
Autres dénominations
Risque de dépendance Inexistant
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La salvinorine est une substance hallucinogène diterpène de la famille des néoclérodanes (en) et son mode d'action est très particulier par rapport à celui des autres hallucinogènes. La salvinorine A est le principal constituant psychotrope actif de la plante enthéogène Salvia divinorum (sauge des devins), qui est employée depuis longtemps dans le chamanisme Mexicain spécifiquement dans la région d'Oaxaca [2].

Le mécanisme d'action de cette molécule a longtemps été mystérieux. En 2002, la cible pharmacologique de la salvinorine A a été mise en évidence par Roth et al. cette substance est un agoniste sélectif des récepteurs opioïdes kappa (appelés KOR pour kappa opioid receptor) et est le premier composé connu agissant sur ces récepteurs qui ne soit pas un alcaloïde. Les effets psychotropes de la salvinorine A sont similaires à ceux des autres agonistes des récepteurs opioïdes kappa[réf. nécessaire].

Historique[modifier | modifier le code]

La salvinorine A a été isolée de façon indépendante à partir des feuilles de Salvia divinorum en 1982 par Alfredo Ortega au Mexique et en 1983 par Leander J. Valdes III aux États-Unis.

Potentiel thérapeutique[modifier | modifier le code]

Les modes d'action très particuliers et hors du commun de la salvinorine A intriguent beaucoup les scientifiques. Par exemple, Bruce Cohen et ses collègues d'Harvard ont étudié le potentiel thymorégulateur de la salvinorine A, piste de traitement chez des personnes bipolaires. De plus, en activant les récepteurs opioïdes "kappa", la salvinorine pourrait réduire la dépendance aux stimulants. D'autres chercheurs soutiennent l'hypothèse que la salvinorine A peut amoindrir les symptômes chez les personnes souffrant de psychose et troubles dissociatifs[3].

Autres salvinorines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Salvinorines.

Chimie[modifier | modifier le code]

La salvinorine A peut être synthétisée par acétylation de la salvinorine B (qui est inactive), mais sa synthèse totale n'a pas encore été décrite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. R.E Schultes et A. Hofmann, Les plantes des dieux, 1979
  3. (en) David Jay Brown, « Salvia on Schedule: Law, Medicine and Hallucinogen : Scheduling the mind-altering herb as a controlled substance could slow medical research », Scientific American,‎ 20 juillet 2009 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]