Lupin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lupin (homonymie).

Les lupins constituent un genre de plantes (Lupinus) de la famille des Fabaceae, ou légumineuses, regroupant de très nombreuses espèces. Ce sont des espèces annuelles ou vivaces, herbacées ou ligneuses, de l'Ancien et du Nouveau monde. Elles se caractérisent notamment par la richesse en protéines de leurs graines (jusqu'à 50 %), mais beaucoup de ces espèces sont toxiques, du fait de la présence d'alcaloïdes, notamment dans les graines. Certaines sont cultivées depuis plus de 4 000 ans pour leur graines, pour l'affouragement des animaux d'élevage mais aussi pour leur capacité à améliorer les sols et comme plantes ornementales. Leur culture s'est sensiblement développée pour l'alimentation animale dans les dernières décennies, en particulier en Australie, grâce à la sélection de lupins « doux » à très faible teneur en alcaloïdes.

Aspects botaniques[modifier | modifier le code]

Caractéristiques générales du genre[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les lupins ont des feuilles composées palmées. Le nombre de folioles varie de 5 à 11.

Les lupins sont des plantes qui ont une forte teneur en protéines (43 %) et contiennent aussi des fibres (25,5 %), des sucres (13,5 %), des matières grasses (12,5 %) et des minéraux (5,5 %). Les lupins poussent à l'état sauvage dans les sols sablonneux.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Le Lupinus polyphyllus et le Lupinus magellanicus s'observent dans toute la Patagonie dans des clairières des forêts, les prairies non exposées au vent. On en trouve jusqu'en Terre de Feu, sur l'île Navarino notamment. Prolifiques et résistants, ils sont utilisés en ornement dans les jardins de ces régions[1].

Classification[modifier | modifier le code]

Le genre Lupinus compte de nombreuses espèces, de 200 à 600, voire 1 000, selon les auteurs. Celles-ci ont été regroupées en deux sous-genres, Lupinus subgen Lupinus et Lupinus subgen Platycarpos (Wats.) Kurl.

Le premier compte une douzaine d'espèces de l'Ancien monde qui sont toutes des plantes herbacées annuelles[2] :

Lupinus graecus est considérée par certains auteurs comme une sous-espèce de Lupinus albus[3]. Il en est de même de Lupinus termis.

L'espèce Lupinus somaliensis† Baker, endémique de la Somalie et décrite à la fin du XIXe siècle, n'a pas été observée depuis et est considérée comme éteinte[4].

Le second regroupe toutes les autres espèces originaires du continent américain et majoritairement vivaces. Les principales sont les suivantes :

Histoire[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Le lupin est d'un grand intérêt biologique et écologique car :

  • c'est une plante rustique et résistante ;
  • il supporte, beaucoup mieux que le soja ou le pois, l'absence de traitements insecticides et fongicides.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Alimentation humaine[modifier | modifier le code]

Tramousses (graines saumurées de Lupin blanc consommées à l'apéritif)

La graine de curieux, également appelée par métonymie lupin, est un aliment. Comparaison des valeurs nutritionnelles par type de farine (% sur matière sèche de graines décortiquées) [5]:

Lupin Soja Farine de blé
Protéines 43 41 11
Lipides 12 25 1
Fibres 27 12 2
glucides 13 14 60

C'est un légume sec plat ; certaines variétés comme le lupin jaune amer nécessitent un trempage prolongé dans de l'eau salée avant consommation, et doit être cuit plusieurs heures pour éliminer les alcaloïdes (comme la lupanine à ne pas confondre avec la lupuline qui est produite par le houblon). Même cuit, il faut continuer à le faire tremper dans de l'eau froide salée pendant une semaine, en renouvelant l'eau deux fois par jour. Une mauvaise préparation pourrait le laisser toxique. Le lupin blanc, couramment cultivé depuis la Grèce antique, ou le lupin jaune doux ne contiennent par contre pas ou très peu d'alcaloïdes.

Il peut être consommé sous forme de graine saumurée, appelée tramousse (sud de la France, Espagne (pays dans lequel les graines de lupin portent le nom d'altramuces), Portugal, Maghreb (lupin blanc)). Mais également Équateur, Bolivie, Pérou (Lupinus mutabilis, contenant de la spartéine, que l'on trouve également dans le genêt à balais), ou sous forme de semoule à galettes. La farine de Lupin que l'on trouve dans certains magasins bio peut être utilisée avec profit dans la confection de différents plats. Au Brésil, il est consommé sous forme de bière. Les Égyptiens déjà le consommaient, ainsi que les Mayas et les Incas (Lupinus mutabilis). L'agriculture du lupin en Europe s'est probablement implantée en Grèce antique, puis a continué sa progression par la Rome antique.

Cette plante protéagineuse, parfaitement adaptée aux climats européens, est d'un grand intérêt en tant que ressource en protéines végétales. Quatre espèces présentent aujourd'hui un intérêt agronomique pour l'alimentation humaine :

Alimentation animale[modifier | modifier le code]

Trois espèces de lupins originaires du bassin méditerranéen, le lupin blanc, le lupin jaune et le lupin bleu, sont largement cultivées pour l'alimentation du bétail et des volailles.

Les alcaloïdes des lupins amers peuvent engendrer des syndromes neurologiques, analogues au lathyrisme. Les graines toxiques de lupins provoquent chaque année la perte de nombreuses têtes de bétail et de moutons dans les cordillères de l'ouest américain[6].

Toutes les variétés, qu'elles soient douces ou amères, peuvent provoquer des intoxications du bétail, appelées lupinoses, lorsqu'elles sont contaminées par des champignons tels que Phomopsis leptostromiformis ou Diaporthe toxica[7]. Ces champignons produisent des mycotoxines, appelées phomopsines, qui entraînent des lésions au foie.

Utilisation dans l'industrie[modifier | modifier le code]

Les graines de lupin peuvent être utilisées par les industriels comme émulsifiant biologique ; elles peuvent compenser le manque de lysine de la farine de blé dans les produits céréaliers ; elles peuvent se substituer aux œufs dans les produits destinés aux personnes allergiques aux œufs.

Le lupin comme plante ornementale[modifier | modifier le code]

De nombreuses espèces de lupins sont également cultivées dans les jardins, recherchées pour leurs grappes colorées. Les "hybrides de Russell" (Lupinus × russellii) aux grandes fleurs et aux coloris très variés, créés par George Russell (1857-1951), sont parmi les plus connus.

Le lupin comme engrais vert[modifier | modifier le code]

Le lupin récupère l'azote de l'air, le recycle dans le sol et limite les apports d'engrais pour les cultures suivantes ; c'est un engrais vert. Il permet également de produire le lupinex, fertilisant naturel et protecteur[8]

Aspects économiques[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

La production de lupin en Europe a été de 145 000 tonnes en 2001 (92 000 tonnes en 1999) soit + 58 %. La Commission européenne à la recherche appuie plusieurs projets de recherche et développement européens.

Les lupins blanc et bleu ont été sélectionnés pour éviter les traitements de désamérisation (enlever le goût amer). Ces variétés douces contiennent moins de 200 ppm d'alcaloïdes.

Production en tonnes. Chiffres 2003-2004
Données de FAOSTAT (FAO)

Australie 953000 86 % 996000 86 %
Chili 43520 4 % 43520 4 %
France 23979 2 % 23000 2 %
Fédération de Russie 20000 2 % 20000 2 %
Maroc 14000 1 % 14000 1 %
Espagne 9800 1 % 11500 1 %
Autres pays 41126 4 % 42690 4 %
Total 1105425 100 % 1150710 100 %

Échanges[modifier | modifier le code]

Aspects culturels[modifier | modifier le code]

Dans l'épisode 37 des Monty Python, le hors-la-loi Dennis Moore vole des lupins aux riches pour les donner aux pauvres.

Arsène Lupin est le nom d'un héros de roman policier créé par Maurice Leblanc.

Remus Lupin est le nom d'un personnage important dans la saga Harry Potter de J. K. Rowling.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Patagonia y Antártida, Vida y Color, Patagonia and Antarctica, Life and Color, Maria luisa Petraglia de Bozón y Norberto Domingo de Bolzón, Buenos Aires, 2005, ISBN 987-43-9902-3
  2. Jacques Papineau et Christian Huyghe, Le lupin doux protéagineux, éditions France Agricole, Paris, 2004 (ISBN 2-85557-112-X), p. 15.
  3. (en) Boguslav S. Kurlovich, Intraspecific Diversity of Lupins, The scheme of classification of Lupinus albus L.
  4. (en) Hot spots revisited, Horn of Africa Biodiversityscience.org, University of Virginia
  5. « atouts nutritionnels »
  6. Dr. Hutchins, R. E. 1965. Tha Amazing Seeds. New York: Dodd, Mead & Company.
  7. Williamson et al. (1994)
  8. (en) Use of Lupinex to increase crop yield and improve harvest quality with lesser nitrogen fertilization sur inist.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Beltéky, Kovàcs, Desbrosses, Le Lupin, histoire et utilisation de l'une des légumineuses les plus riches du monde en protéines, UNAPEL, Millançay, 1983, 124 p.
  • Jacques Papineau, Christian Huyghe, Le Lupin doux protéagineux, éditions France agricole, Paris, 2004, Coll. Produire mieux, (ISBN 2-85557-112-X), 176 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Taxinomie

Autres documents