Pois mascate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le pois mascate (Mucuna pruniens ou Dolichos pruriens) est une plante annuelle qu'on retrouve dans les régions tropicales de L'Inde et de l'Afrique.

Description[modifier | modifier le code]

C'est une plante grimpante qui peut mesurer plus de 15 mètres de haut, ses fleurs sont blanches ou pourpres et ses gousses, qui mesurent 10 cm, sont recouvertes de poils bruns jaunâtres. Les multiples poils qui recouvrent ses gousses sont pointus et urticants. Sèches, les grains pèsent de 0,55 à 0,85 g[1].

Surnoms[modifier | modifier le code]

Il est connu sous de multiples noms dont :

  • Haricot pourpre
  • Pois du Bengale
  • Poil à gratter (Cow'itch en anglais Juckbohne en allemand)[2],[3]
  • Cow'hage
  • Picapica
  • Kapikachu
  • Yerepe (Yoruba)
  • Atmagupta

Composition[modifier | modifier le code]

Le pois mascate contient les éléments suivants[4] :

Les composants chimiques responsables des démangeaisons sont la mucunaïne, une endopeptidase, enzyme très irritante, et la sérotonine. En conjonction, elles favorisent le prurit (son nom d'espèce pruriens signifie : irritant).

Utilisation[modifier | modifier le code]

Fleurs de pois mascate (gravure colorée)

Le pois mascate est couramment utilisé à travers le monde dans les cultures de fourrages et d'engrais verts[1]. Les poils extérieurs de ses gousses peuvent servir de poil à gratter[5].

Médecine[modifier | modifier le code]

Il est utilisé dans la médecine ayurvédique qui lui prête de nombreux bienfaits dont celui de traiter l'anémie, la dysenterie, l'aménorrhée, les vers intestinaux, et les morsures de serpents. Il est également utilisé pour ses effets anti-vieillissement. Il est une source de L-Dopa, un acide aminé utilisé dans la lutte contre la maladie de Parkinson et la dépression. Des vertus aphrodisiaques sont également prêtées au pois mascate, il soignerait les troubles de l'érection et stimulerait la libido[6],[7].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Sa gousse comestible est utilisée comme complément alimentaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b "Tropicalforages.info du 2008-02-23"
  2. Jacques Fournet et John L. Hammerton, Weeds of the Lesser Antilles
  3. Chistian Rätsch, Enzyklopädie der psychoaktiven Pflanzen. Botanik, Ethnopharmakologie und Anwendungen
  4. "Notes de développement de l'organisme scientifique chrétien ECHO"
  5. (en) G. V. Joglekar, M. B. Bhide J. H. Balwani. An experimental method for screening antipruritic agents. British Journal of Dermatology. Volume 75 Issue 3 Page 117 - March 1963
  6. "Amin KMY, Khan MN, Zillur-Rehman S, et al. (1996)"
  7. "Passeportsante.net"

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :