Edmond Perrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perrier.

Edmond Perrier

Description de cette image, également commentée ci-après

Edmond Perrier

Naissance 9 mai 1844
Tulle
Décès 31 juillet 1921 (à 77 ans)
Paris
Nationalité France Française
Profession Zoologiste
Autres activités
Président du Muséum national d'histoire naturelle,
Membre et président de l'Académie des sciences.
Formation
Famille
Rémy Perrier (frère)

Jean Octave Edmond Perrier, né le 9 mai 1844 à Tulle et mort le 31 juillet 1921 à Paris, est un zoologiste et anatomiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Des études brillantes[modifier | modifier le code]

Issu d'une vieille famille tulliste (son grand-père était contrôleur à la Manufacture d'armes de Tulle), fils d'Antoine Perrier, directeur de l'École supérieure de Tulle, et de Jeanne Roche, Edmond Perrier naît le 9 mai 1844 dans la maison ancestrale du quartier de la Rivière, aujourd'hui au numéro 42 quai Baluze (à l'angle de la rue du Four de la Ville).

Henri de Lacaze-Duthiers

Son frère, Rémy Perrier (Tulle, 14 juin 1861 - Chaunac, commune de Naves, 27 juin 1936), deviendra tout comme lui un zoologiste de renom.

Edmond fit ses études au collège de Tulle puis à Paris, au lycée Bonaparte, aujourd'hui Condorcet. Reçu, en 1864, à la fois à l’École polytechnique et à l’École normale supérieure, il opte, suivant les conseils de Louis Pasteur (1822-1895), pour le second établissement, où il suit notamment les cours de zoologie d'Henri de Lacaze-Duthiers (1821-1901). Il y obtient en 1866 les licences ès sciences mathématiques et physiques et en sort avec une agrégation de sciences physiques et naturelles l'année suivante.

L'enseignant et zoologiste reconnu[modifier | modifier le code]

Edmond Perrier enseigne d'abord trois ans dans un lycée d'Agen. Il obtient en 1868 un poste d’aide-naturaliste au Muséum national d'histoire naturelle grâce à Lacaze-Duthiers et devient docteur ès sciences naturelles en 1869. Il remplace son ancien professeur Lacaze-Duthiers à l’École normale supérieure en 1872.

Muséum national d'histoire naturelle

En 1876, il obtient la chaire d’Histoire naturelle des mollusques, des vers et des zoophytes au Muséum puis préside la Société zoologique de France en 1879. Toute sa vie durant, il partagea son temps entre la réalisation de travaux scientifiques et l'accomplissement de ses fonctions administrative et professorale. Dès son entrée au Muséum, Edmond Perrier œuvra afin de permettre à celui-ci de garder son indépendance vis-à-vis de l'Université de Paris.

Il participe, de 1880 à 1885, à diverses expéditions destinées à étudier la faune benthique, à bord des navires le Travailleur et le Talisman. Edmond Perrier acquiert une renommée internationale en tant que spécialiste de la faune marine.

Le 12 décembre 1892, Perrier est élu membre de l’Académie des sciences dans les sections d'anatomie et zoologie avant d'être nommé président de l'Académie en 1915[1]. En 1898, il devient membre libre de l'Académie nationale de médecine (il ne pouvait être membre titulaire, faute de posséder le titre de docteur en médecine).

En 1900, il reçoit la direction du Muséum, fonction qu’il remplira jusqu’en 1919. En 1903, il change de chaire et prend celle d’anatomie comparée, vacante depuis la mort d’Henri Filhol (1843-1902). Il est également membre puis président de la Société nationale d'acclimatation – l'actuelle Société nationale de protection de la nature – de 1901 à sa mort, en 1921[2].

En 1923, le lycée de Tulle adopte le nom de Lycée Edmond-Perrier.

Travaux et publications[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste de Lamarck

Edmond Perrier a étudié principalement les échinodermes et les annélides oligochètes. Il s'intéressa également à la théorie de l’évolution développée par Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829) et Charles Darwin (1809-1882). Ses travaux ont appuyé la doctrine transformiste; parmi les deux modalités de cette doctrine, darwinisme et lamarckisme, Perrier a opté pour cette dernière théorie.

Il est l'auteur de nombreux ouvrages, principalement sur les invertébrés et la philosophie zoologique et a publié un grand nombre de mémoires dans les revues périodiques. Il a été un partisan de la vulgarisation scientifique: à travers ses ouvrages et, à partir de 1909, sa chronique dans le journal Le Temps, intitulée "Le monde vivant", il s'est appliqué à partager les idées scientifiques qui lui étaient chères.

Il est cité par Émile Durkheim, dans De la Division du Travail social (1893, 2e éd.1897) et est utilisé par les organicistes.

  • Recherches sur les pédicellaires et les ambulacres des astéries et des oursins. Suivi de Propositions de géologie et de botanique données par la faculté, Paris, V. Masson et fils,‎ 1869 (lire en ligne)
  • Les Colonies animales et la Formation des organismes (Paris, édité par G.Masson, 1881).
  • Anatomie et physiologie animales (Paris, 1882).
  • Les Principaux Types des êtres vivants des cinq parties du monde (Paris, 1882).
  • La Philosophie zoologique avant Darwin (Paris, 1884), qui est une biographie de Lamarck.
  • Les Explorations sous-marines (Paris, 1886).
  • Notions de zoologie, enseignement secondaire spécial (1887).
  • L'Intelligence des animaux (Paris, 1887, 2 volumes).
  • Le Transformisme (Paris, 1888), [lire en ligne]
  • Éléments d'anatomie et de physiologie animales (Paris, 1888).
  • Éléments de sciences physiques et naturelles avec leur application à l'agriculture et à l'hygiène (1891).
  • Tachygénèse ou accélération embryogénique (1902, avec Charles Gravier, édité par G.Masson).
  • La Femme dans la nature, dans les mœurs dans la légende, dans la société (1910, Paris, Maison d’Édition Bong et Cie)
  • La Vie dans les planètes (1911,Paris, Éditions de la revue)
  • Les Robes de noces des animaux (1912, éditions Plon).
  • La Terre avant l'Histoire. Les Origines de la vie et de l'homme (Paris, "La Renaissance du livre", 1920).
  • À travers le monde vivant (1921).
  • Traité de zoologie, œuvre colossale commencée en 1885 et achevée par son frère Rémy.

Honneurs et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Edmond Perrier dans la liste des membres de l'Académie des Sciences
  2. Article sur le site de la Société nationale de protection de la nature

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]


E.Perrier est l’abréviation botanique officielle de Edmond Perrier.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI