Le Rire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Rire (homonymie).
Le Rire
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Hebdomadaire
Genre Presse satirique
Fondateur Félix Juven
Date de fondation 1894
Ville d’édition Paris

Le Rire est un hebdomadaire humoristique français qui connut un grand succès entre octobre 1894 et les années 1950.

Lancé à Paris par Félix Juven pendant la Belle Époque, Le Rire est apparu à un moment où les Parisiens commençaient à devenir plus cultivés, plus riches et disposaient de plus de loisirs. L'intérêt pour les arts, la culture et la politique ne cessa de croître pendant la dernière décennie du XIXe siècle. Des publications comme celle-là aidaient à satisfaire leur curiosité. De tous les journaux humoristiques, celui-là eut le plus de succès.

L'Affaire Dreyfus éclata en 1894 et Le Rire fut l'une des nombreuses publications à exploiter les sentiments anti-républicains et antisémites (caricatures signées Léandre notamment) que suscita ce scandale. C'était une époque où le gouvernement français était souvent caractérisé par la corruption et la gabegie. Ministres et responsables militaires devinrent des cibles fréquentes.

Pendant la Première Guerre mondiale, il parut sous le titre Le Rire Rouge.

Les dessins et caricatures[modifier | modifier le code]

Ce journal satirique était rempli d'excellents dessins dus notamment à des artistes peintres réputés qui sont aujourd'hui l'objet de collection. Il donnait des chromotypographies en pleine page sur les pages de couverture et les pages centrales. Le contributeur le plus important en volume et le plus fidèle fut Théophile Steinlen : ses illustrations, des caricatures mordantes, visaient les hommes politiques du temps.

Les autres illustrations provenaient d'artistes comme :

Le monde de la scène[modifier | modifier le code]

Pendant le règne du music-hall, les cabarets et les cafés étaient remplis de personnalités et les Parisiens pouvaient y apercevoir les vedettes du jour. Le Rire était là pour montrer ce qui s'y passait à ses lecteurs. Il présentait des vedettes comme Yvette Guilbert, Polaire, Jane Avril, Réjane, et même des visiteurs connus dans les théâtres comme Séverine.

Fin du journal[modifier | modifier le code]

Le magazine dura près de soixante ans, et disparut au cours des années 1950 ; il tenta de reparaître dans les années 1970, mais ce fut éphémère.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pour la France versez votre or. L'or combat pour la victoire. », sur World Digital Library,‎ 1915 (consulté le 2013-10-26)

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :