Henri Vaugeois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vaugeois.
Henri Vaugeois

Henri Vaugeois (25 avril 1864 à L'Aigle - 11 avril 1916 à Paris) était un militant nationaliste français et le cofondateur de la Revue d'Action française (1899) avec Maurice Pujo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Vaugeois était d'abord un professeur de philosophie de centre gauche, républicain (d'ailleurs descendant d'un conventionnel régicide, Jean-François Gabriel Vaugeois). Il appartient à une cercle d'intellectuels de gauche, l'"Union pour l'action morale", qui prit parti pour la défense du capitaine Dreyfus. Jusqu'à l'Affaire, Henri Vaugeois est philosophiquement spinoziste et kantien, politiquement utopiste et républicain[1].

À ce moment, par réaction nationaliste, Henri Vaugeois et Maurice Pujo quittèrent ce cercle pour fonder, le 8 avril 1898, le premier Comité d'Action française qui deviendra l'Action française. Charles Maurras adhéra à ce mouvement et convertit ses membres à l'idée monarchique. En 1908, la Revue d'Action française (mensuelle) change de nom pour L'Action française et devient un quotidien (sous la direction de Maurras).

Vaugeois continua de contribuer à l'organe du "nationalisme intégral" et, dans la lignée germanophobe et revancharde du mouvement monarchiste, il dénonça le criticisme de Kant et le gain de popularité de la pensée allemande en France. À ce courant il oppose une morale chrétienne et traditionaliste. Plusieurs de ses écrits ont été publiés de façon posthume par ses confrères de l'Action française.

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'Action française, conférence du 20 juin 1899, Paris, Bureaux de l’Action française, 1899.
  • Au Conseil supérieur de l'instruction publique, 21 décembre 1900, Paris, Bureaux de l’Action française, 1901.
  • Un français chez le duc d’Orléans. (M. Vaugeois à Carlsruhe. Déclaration, discours de Mr le duc d’Orléans. La charte de San Remo. Maximes politiques du comte de Paris. Interview chez le comte de Lur-Saluces), Paris, Publications de la Gazette de France, 1901.
  • Le Banquet de ″l'Étape″, 7 juillet 1902. Discours de MM. Henri Vaugeois et Paul Bourget. Lettre du Cte Eugène de Lur-Saluces (hommage au roman L’Étape de Paul Bourget), Paris, Bureaux de l’Action française, 1902.
  • Un français chez le duc d’Orléans. (M. Vaugeois à Carlsruhe. Déclaration, discours de Mr le duc d’Orléans. La charte de San Remo. Maximes politiques du comte de Paris. Interview chez le comte de Lur-Saluces), Paris, Publications de la Gazette de France, 1901.
  • (et Eugène de Lur-Saluces, Firmin Bacconnier, Ferdinand Beau), Ligue d'Action française, section de l'Orne. Grande réunion privée, donnée à Alençon, le 21 octobre 1906. Allocution de M. Ferdinand Beau, discours de MM. le Cte E. de Lur-Saluces, Bacconnier et Vaugeois, Alençon, Imprimerie alençonnaise, 1906.
  • Notre Pays. Figures de France. Voyages d’Action française. Le temps de la guerre, Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1916.
  • La morale de Kant dans l’université de France, Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1917.
  • L'interrègne, 1793-19… La Fin de l'erreur française. Du nationalisme républicain au nationalisme intégral, Paris, Librairie de l’Action française, 1928.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane Giocanti, Maurras – Le chaos et l'ordre, éd. Flammarion, 2006, p. 187.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]